Tuesday, December 25, 2012

Devinez où j'ai fait mon shopping de Noël...

Et oui, un second post à thème pour Noël, toujours un tout petit peu à propos de l'esprit de Noël, mais dans sa dimension commerciale.
Ouuuh, mais dites, mais vous avez vu, on dirait bien que c'est la première classe de l'Eurostar! Petit déjeuner dans l'Eurostar
Pour aller à... Pour aller à? Rho dites vous êtes lents aujourd'hui hein.
Voici Yle, co-auteur de the Meantime, et son lunch tourte au chèvre et mushed peas fluo
Londres
Froid!
Londres
J'en ai aussi profité pour voir Bébé Nuno
Nuno
Et l'arbre de tonneaux de whiskey Jack Daniels
Christmas decoration
Et voici pour vous une déco de Noël!
Christmas decoration
Aaaah Londres. Mais pour de vrai, on a fait du culturel aussi, on n'a pas passé tout notre temps dans les magasins (mais je ne m'aventurerais pas à vous donner un pourcentage...)
Alice a quand même, il faut le mentionner, ramené un unijama en forme de reindeer, avec des pates reindeer, des cornes sur la capuche, et un pompom sur le pet. Ma. gni. fique. Le destinataire de ce cadeau a apprécié mais j'attends d'avoir la preuve en image qu'il en a fait bon usage...

Monday, December 24, 2012

Cadeau de Noël pour vous!

Chers lecteurs, 
C'est un fait indéniable: Noël est à nos portes. Et même si ce qui compte c'est de se retrouver en famille dans l'esprit de Noël, ledit esprit de Noël est quand même un tout petit peu influencé par le fait qu'on offre et reçoit des trucs. 
Alors aujourd'hui, dans l'esprit de Noël, vous allez TOUS recevoir quelque chose. Enfin seulement si vous avez un Kindle, ou si vous avez une tablette numérique compatible format Kindle (si ça existe). Mais je me dis que les biblivores d'entre vous, et qui soit vivent avec leur temps, soit qui n'ont pas un espace de stockage illimité dans leur bibliothèque, doivent certainement être en possession d'une de ces petites choses. Soit.  Venons-en aux faits.
Dany G. Zuwen, co-auteur de The Meantime avec la nouvelle Eight Days, vient de sortir le premier volume de sa "Saga Tenebrae", appelé Mantax, dont il prévoit au moins trois tomes (à paraitre en 2013). Que devez-vous savoir à propos de ce livre? 1. Vous pouvez trouver le synopsis ici ou . 2. C'est en français, et 3. C'est de la science fiction. 
Si vous pensez que la science fiction ce n'est pas votre truc (comme moi auparavant), détrompez-vous! Je suis en plein dedans, et tout ce que je peux vous dire sans vous révéler l'intrigue, c'est qu'il apporte une nouvelle vision au genre qui rompt avec vos clichés. Et si la science fiction c'est votre truc, et bien, vous serez comblés.
Pour en venir au sujet de ce post, amis lecteurs, figurez-vous qu'aujourd'hui, exceptionnellement et parce que c'est Noël, Mantax est gratuit (GRATUIT!) sur Kindle (suivre ce lien)! Et oui, il vous est offert, vous avez bien entendu. Et comme c'est Noël mais en heure américaine, il sera gratuit à partir de 9AM aujourd'hui jusqu'à demain (25/12) à 9AM également... 
Allez-y, téléchargez-le, lisez-le, et dites-moi ce que vous en pensez après! Ou alors téléchargez-le et attendez ma review sur ce blog, comme vous voulez, c'est votre choix. Et si jamais vous n'avez pas le temps pour un livre, vous pouvez trouver une de ses nouvelles publiées ici, que j'avais particulièrement appréciée. 
Et surtout, Joyeux Noël à vous tous!

Friday, December 21, 2012

Des chaussettes de Noël

Aaaaaah, Noël. Cette année j'ai décidé de faire quelques chaussettes pour me mettre dans le thème. J'en ai faite une. Puis deux. Puis plein d'autres. Au final j'en ai fait quelques dizaines. J'ai même recruté des gens pour les faire avec moi.
Noël cacahouète
Noël cacahouète
Chaussettes Noël cacahouète
Pfu dites. C'est addictif cette petite chose!
Noël cacahouète
Au final, ces chaussettes se sont disséminées un peu partout, j'espère que cela fera le bonheur de multiples sapins! Il fera le bonheur de mon sapin 2013 si je suis dans ma maison à ce moment-là...

Wednesday, December 19, 2012

Et à part ça...

... Quelques autres photos!
Des sushis de Yama Sushis. Si ça dit quelqu'un, c'est quand vous voulez.
Yama Sushis
Le tram Picard
Tram Picard
La tarte au citron meringuée de Picard
Tarte aux citrons meringuée
Un apéro de bières de Noël en cours
Bières de Noël
Et un apéro tout court
 Bières
Un Mac 'n Cheese, de Jamie
A Killer Mac and Cheese, Jamie Oliver versus moi
Un dessert en cours
Cinnamon rolls
Cinnamon Rolls
Le dessert fini
Cinnamon Rolls
Saint Nicolas m'a apporté un cochon!
 Saint Nicolas
Ooooh Danio.
Oooh Danio

Un cadeau pour Noël!
Cadeau
Un autre cadeau. Pour le couple au ragot...
Tour Eiffel versus 
laboratoire
Un biscuit offert par Fourchette
 Biscuits Biscuits
Et enfin, un cap!
 33333 kilomètres!
Bonne journée à tous!

Tuesday, December 18, 2012

Monday, December 17, 2012

Noowel, Noooo-oowel...

Je kiffe Noël. 
Voilà, ça c'est dit. Chaque année j'attends avec impatience l'arrivée des premières décorations, des premières nourritures de saison, du premier vin chaud. Je m'imagine en train de faire une orgie de biscuits à la cannelle autour d'un feu de bois et avec une odeur de sapin pendant qu'il neige dehors. Aaaah. Noël. C'est la fête idéale pour l'addict de planification que je suis. Je planifie mes cadeaux des mois à l'avance. Je planifie mes menus, mes activités, mes tenues, je fais même parfois un régime pré-Noël dans l'espoir de pouvoir concilier lesdits menus et tenues. A la limite, j'ai plus de plaisir à planifier le tout qu'au moment-même, quand tout se déroule comme prévu. Je chante Jingle Bells sous ma douche. Je me noie dans les blogs qui font des posts à thème. J'ai plein de créativité, d'imagination, d'esprit de fête.
Quand j'étais enfant, Noël, c'était définitivement le highlight de l'année. Il suffisait que j'accepte de mettre des collants qui grattent pour la seule occasion de l'année où j'acceptais de mettre une robe, et le tour était joué, je montais dans la voiture avec toute la famille et des malles à linge vides. Certes, toutes les tantes s'extasiaient toujours parce que j'avais tellement grandi, et qu'est-ce que j'allais faire plus tard, est-ce que je travaillais bien à l'école? Mais après on nous laissait devant un dessin animé (le même tous les ans d'ailleurs) avec full bouffe, et on nous donnait des cadeaux, et je revenais avec des malles à linge remplies sur lesquelles mes frères et soeurs et moi on s'endormait tous à moitié (c'était un long trajet à l'époque). Puis on passait le reste de la semaine à tester tous nos nouveaux jouets, parce qu'on était en vacances. Je plaignais d'ailleurs toujours les pauvres enfants qui avaient leur anniversaire en décembre, parce que bon, Noël c'est une concurrence sérieuse quand même.  Heureusement pour moi, le mien était en mars. Et il n'y a rien à faire, on reste des éternels gamins, même maintenant. On décore toujours le sapin, on mange des biscuits aux amandes, on fait des hints subtils par rapport à ce qui nous ferait plaisir. Mais maintenant, il est vrai que Noël, c'est quand même toute une autre histoire. 
Bon, les collants font toujours partie de l'affaire, pour la seule occasion de l'année où j'accepte de mettre une robe (enfin avec les mariages et les occasions formelles et certains samedis soirs et parfois les entretiens pour ma thèse et globalement quand je me trouve trop grosse en pantalon). Sauf que les collants sont maintenant le modèle hyper amincissant qui me serre bien le bide pour planquer l'échec du régime pré-fêtes, mais ils finissent toujours par glisser dès que j'esquisse un mouvement, révélant un surplus de graisse abdominale qui définitivement ne faisait pas partie de mon enfance. Enfin soit. 
Mais ce que je veux dire, c'est que maintenant, Noël, c'est beaucoup plus d'organisation, et c'est donc aussi très fatiguant. Cela occupe l'esprit, cela prend du temps, cela crée des pressions additionnelles. En fait, chaque année, Noël est un peu ma benchmark pour évaluer mon état de stress général; on ne s'en rend pas toujours compte comme ça au quotidien, mais c'est quand un événement récurrent revient et qu'on le compare aux années précédentes, qu'on réalise la différence. Les années où j'ai l'esprit dégagé, cette pression additionnelle est très constructive. Par exemple, quand je n'avais pas d'examens en janvier et où Noël c'était peinard, je pouvais à mon aise donner libre cours à ma folie planificatrice. Ou bien en début de thèse aussi, ou les années où je n'avais pas de deadline, c'était ultra cool. J'étais très créative, et très relax. 
Puis il y en a eu où vraiment, je sentais que je n'étais pas aussi détendue que les autres années, et là Noël était juste une source de stress supplémentaire. L'année passée était définitivement l'une d'elle. J'étais à Paris, hyper stressée par ce terrain problématique, fatiguée, avec des idées noires. J'étais très anxieuse. Il fallait trouver un cadeau pour tout le monde, il fallait faire de la place dans mon planning pour cuisiner parce que je m'y étais engagée, il fallait faire des aller-retours Paris-Bruxelles, et mon compte en banque se vidait à une vitesse folle. Puis aux Noël familiaux en question, je me sentais boudinée dans mes tenues (la faute aux collants), coincée au même stade que l'année précédente mais avec quelques kilos en plus, pendant que les cousines ramenaient de nouveaux mecs ou de nouveaux bébés. Les oncles un peu relous n'arrêtaient pas de faire des remarques parce que je n'étais toujours pas mariée, car peu importe ce que j'avais pu accomplir pendant l'année écoulée, au final il n'y avait que cela qui permettait de tenir une conversation. (Et pourtant je venais d'acheter ma maison; je suis d'accord que discuter de ma thèse c'est pas donné à tout le monde, mais l'immobilier, quand même). Je n'arrêtais pas de me plaindre de mon terrain à toute oreille compatissante. Mes cadeaux étaient tous de dernière minute, et pour la plupart impersonnels. J'étais crevée. Enfin bref, ce n'était pas top, et définitivement pas à la hauteur des attentes que je m'étais fixée. Il est vrai que plus je me sens mal, plus je me fixe des objectifs irréalisables, et au final je me sens encore plus mal parce que forcément je ne parviens jamais à les remplir. La solution serait sans doute d'arrêter de tellement planifier et organiser, mais je ne peux pas m'en empêcher, c'est en moi.
Cette année la tendance est un peu mixte je dirais. Je sais que je serai définitivement plus boudinée que l'année passée et que je serai encore plus coincée au même stade qu'avant, parce que depuis décembre 2011 rien n'a avancé dans ma maison, ou dans ma thèse, ou dans mon statut matrimonial. J'ai déjà repris tout le poids perdu par mon régime et on n'est même pas encore aux fêtes officielles. Et je stresse parce qu'avec toute cette folie créatrice, cela fait un mois que je n'arrive plus à travailler le dimanche et le jeudi soir sur ma thèse, tout est parti en couture ou en cuisine. Cela fait deux mois et deux semaines que j'aurais dû me mettre à la rédaction, mes entretiens ne sont toujours pas terminés, enfin bref. Je dors et je dors et je me gave de vitamines et je suis super naze et j'ai rendez-vous avec mon promoteur en janvier pour lui dire où j'en suis et je n'en suis nulle part. Mes problèmes dermatologiques de Berlin ont refait un comeback, et je crains fort qu'au lieu d'un simple épisode, ce ne soit devenu une situation cyclique qui me suivra toute ma vie en fonction mon niveau de stress. Il y a des moments où on sent que définitivement, elle est loin l'époque où je devais juste monter dans une voiture et revenir avec des malles de cadeaux!
Mais d'un autre côté, cette année je le sens bien, ce Noël. Parce que si d'une part il y a tout le côté stress professionnel, d'autre part je remarque que ce qui fait la différence entre un Noël pourri et un Noël détendu, finalement, c'est d'être bien entourée. Et en cette fin d'année je me sens très soutenue. Bon, il y aura toujours les oncles relous qui constateront que même mes cousines qui ont cinq ans de moins que moi ramènent des fiancés. Mais cette fois-ci, les gens savent que je suis officiellement dans une année professionnelle difficile. Je suis d'ailleurs touchée par les nombreuses marques d'affection qui me parviennent depuis quelques temps, que ce soit par sous forme texte, par des invitations à diner, par des petits cadeaux symboliques, par des attentions de tous les jours. Et vivre chez mes parents, je dois dire que cela fait beaucoup pour alléger les petites pressions du quotidien, je suis ultra chouchoutée. Et bon. 2013 sera l'année de la fin de plusieurs gros projets; ce n'est pas comme si je n'allais vers nulle part non plus.
Et finalement, malgré tout, je kiffe Noël. Mais grave.

Monday, December 10, 2012

Allez, une fois n'est pas coutume...

Mais je vous reparle de "the Meantime". (Je sais, vous l'avez déjà lu, mais vous serez heureux de cette distraction quand je vous bassinerai avec ma fin de thèse et de mes travaux l'année prochaine).
Tout d'abord, il faut que vous le sachiez, ne manquez pas l'event littéraire de cette fin d'année (cliquez sur la photo pour élargir):
Notre cocktail littéraire de Noël au Méridien! C'est ce mercredi et vous ne serez pas déçus, on vous a organisé plein de trucs... Et c'est aussi votre chance de repartir avec des copies signées de "the Meantime" à un prix discount. 
Nom d'un livre, mais ne voyez-vous venir ce que je vais vous dire? Hein? Avez-vous pensé à offrir "the Meantime" comme cadeau de Noël? Dites? C'est l'occasion les amis! (Et si pas, ben, il existe aussi Amazon, comptez deux jours additionnels pour la livraison).
Puis, la seconde chose, c'est que même si on a eu pas mal de couverture médiatique autour de notre livre (voir page facebook), il y a une review que j'aime bien... Parce qu'elle est faite par de simples bloggers comme vous et moi (enfin surtout comme moi), dans un style que je ne connaissais pas, la "buddy review". C'est ici. Exemplaire gratuit à gagner en prime...
Et finalement, un lien existentiel pour tous ceux qui se posent la question: est-ce bientôt le week-end? (Il y a des chances que vous soyez déprimés si vous allez le consulter aujourd'hui, mais ça s'améliore quand c'est un jeudi).

Wednesday, December 05, 2012

Ne jamais sous-estimer la puissance des vitamines

Ce matin, je suis allée à la pharmacie pour me chercher un petit complexe vitaminé pour lutter contre la fatigue, le froid, le mauvais temps, tout ça, suite au constat que quand même ça faisait une semaine que je dormais 10 heures par nuit et que ça ne m'aidait pas à me sentir plus en forme ni à travailler sur ma thèse. On m'a donné un nouveau truc révolutionnaire qui venait de sortir, avec des couleurs oranges et jaunes flash, et plein de lettres pour les 11 vitamines représentées, et écrit en gras "all day energy", et en plus petit en dessous "effet longue durée" pour ceux qui n'auraient pas compris.
Et bien, nom de nom. Même le café en intraveineuse ne m'aurait pas fait le même effet.
Depuis ce matin, j'ai:
1. Rangé mon bureau (!!!!) et trié tous mes articles en vrac
2. Rendu tous mes livres en retard à la bibliothèque
3. Résolu mon problème d'anti-virus
4. Checké mon adresse email à spam, et en conséquence commandé des trucs sur Gap online (réduction sur les frais de port), sur Amazon (réduction de groupe), donné mon feedback sur mon trajet eurostar de vendredi et répondu aux quelques égarés qui utilisent encore cette adresse alors que je ne m'en sers plus depuis 2006
5. Voté pour les représentants au Conseil facultaire
6. Mis à jour mon fichier "retranscriptions d'entretiens"
7. Téléphoné à mon organisme financier pour régler des broutilles administratives
8. Envoyé des SMS qui ne servent à rien
9. Nettoyé la vaisselle commune
10. Organisé tous mes trajets pour toutes mes activités de la semaine.
Bref. Le seul truc c'est qu'il faut que je m'attaque à la lecture d'un livre dont l'auteur sera demain à l'unif et impossible de me concentrer, j'ai l'impression d'avoir été branchée à une pile Duracell. Enfin. Concentrons-nous, tout est possible. All day energy qu'ils disent, et bien, on n'est pas arrivés.

Wednesday, November 28, 2012

Trousses de toilette

J'avais accumulé depuis l'année passée une série de cadeaux en retard, mais que voulez-vous, c'est dans ma nature: je m'emballe, je commence, je m'engage, et puis je me rends compte qu'en fait je dois partir à l'étranger, que j'ai d'autres deadlines, tout ça, et entre temps il y a d'autres projets pour lesquels je m'emballe, et au final je ne parviens à rien terminer. Cet automne, ma priorité couture était de rattraper les cadeaux de mariage/naissance/autres que j'avais promis, avant de pouvoir m'emballer sur autre chose. J'ai travaillé par couches successives: ceux que j'avais promis pour août, puis pour juin, puis pour avril, etc etc... Et finalement, le weekend passé, j'ai pu rattraper le dernier (le dernier!) de mes projets de couture en retard:
Le cadeau de mariage de Steph et Gilles, en retard depuis octobre 2011. Que voici:
Trousses de toilette
Ou encore:
Trousses de toilette
Ce qui est aussi l'occasion de constater que quand on laisse un appareil photo à sa soeur, on se retrouve avec des photos comme celles-ci sur son appareil:
danio
Jolies chaussures, Alice.
Pour récupérer les chutes de tissus, j'avais fait des trousses dans les trousses:
Trousses de toilette
Et voilà! En fait, ce qui m'a pris du temps sur ce projet, c'était de broder les noms et motifs sur du lin ultra fin et absolument pas adapté à ce genre d'exercice. Cela me demandait d'y travailler en plein jour (pour la lumière) avec une concentration folle, et bon ces derniers temps, ma concentration était plutôt allée à, enfin, on ne va pas trop parler de ma thèse non plus hein.
Les heureux bénéficiaires du projet étaient très heureux.
Trousse de toilette
Voici le tutoriel pour faire la même chez vous, si jamais c'est votre kiff. (Vous pouvez aussi me faire des retranscriptions d'entretiens gratuitement si vous voulez).
Et j'en profite d'ailleurs pour souhaiter publiquement un bon anniversaire à Sophie. Qui m'a retranscrit un entretien gratuitement d'ailleurs, prenez-en de la graine. (Bon anniversaiiiire!)