Tuesday, October 10, 2017

Quelques souvenirs du mois de septembre

Hé oui, je suis de nature inspirée aujourd'hui, et en classant quelques photos du mois de septembre je me suis dit que c'était peut-être le bon moment pour vous en faire part!
(Enfin j'ai décidé que ça vous intéressait car si vous êtes venus sur ce blog c'est que vous l'avez voulu, en même temps).

1. Les Merrimoose se sont marriés

Hé oui! Avant d'aller vivre leurs aventures Outre-Atlantique, ils ont franchi le pas et ils nous ont préparé une big fête... Quatre bières différentes brassées pour l'occasion, viande de barbecue exceptionnelle, on a mangé incroyablement bien, et surtout on était bien entourés! 
Et comme on est des chanceux on a eu droit aux restes le lendemain... Désolée pour les végétariens qui tombent sur ce post mais ces ribs étaient juste incroyablement tendres, elles avaient cuit à basse température pendant 24h avec une marinade de dingue. Après on a fait diète pour compenser. Si. C'est vrai.
Enfin bref, à la fin de ce week-end, on avait l'impression d'être partis en mini-vacances alors qu'on était restés chez nous. Et on était même reposés. C'est fou.

2. Point de vue couture
Bon, il y a eu du Fil de Bibil bien sûr, et je carbure depuis plus d'un mois pour préparer les marchés de Noël et la réouverture de la boutique Etsy... Parfois je me fais des bonnes résolutions de ne pas faire de couture pendant plusieurs jours de suite, ou de me réserver une journée de week-end sans couture, enfin bref, le succès de ces initiatives est relativement modéré. Mais il faut que je me mette des limites parce que je sais comment ça va, je me laisse emporter par mes projets sans considérer que je travaille à temps plein quand même et un moment donné je ne sais plus suivre... Mais donc du Fil de Bibil:

Mais j'ai fait quelques robes pour enfants sur le modèle de la robe Birdie de la Maison Victor, comme ici:

Et je vous partage aussi ce lunch bag sur mesure pour le tupperware de MC (j'ai dû enquêter secrètement pour connaître la taille dudit tupperware, je suis assez fière de moi). 


3. Salami...
...a été mordu par un renard. Le pauvre, il a foncé chez moi en panique totale et plein de sang, ça faisait peine à voir. Pas de blessure profonde mais il a reçu des shots d'antibiotiques dans la demi-heure et a dû garder le cône pendant une semaine... Salami, on ne le dirait pas, mais il est plus difficile à dresser que Knacki. Et donc on n'a jamais réussi à lui faire manger ses médicaments. Pour y parvenir on a dû les lui hacher menu dans du maroilles.
Puis il est allé mieux.
Et il a fait ça.

Je vous l'ai dit qu'il était plus difficile à dresser que Knacki.
Mais cela ne m'atteint pas car...

4. J'ai une nouvelle brodeuse!

Une machine professionnelle. C'est une bête de compétition! Vous devriez voir la vitesse à laquelle elle brode et la précision du point! En plus elle change automatiquement de couleur, c'est vraiment un plaisir de travailler avec elle... J'attends un peu avant de proposer des broderies sur le Fil de Bibil car je suis toujours en recherche de fournisseurs, et je suis toujours en train de carburer pour les marchés de Noël, et je suis toujours en train de me donner de bonnes résolutions de me mettre des limites. Mais c'est pour bientôt!


Allez, ben bon mois d'octobre alors hein...



Sunday, September 24, 2017

Atelier Nami Cosmétiques

Je vous ai déjà parlé de mon amie Line et de Nami Cosmétiques, les cosmétiques zéro déchet... Aujourd'hui nous avons fait un atelier chez moi, et bien c'était franchement chouette! Non seulement nous avons passé une après-midi sympathique mais nous avons appris plein de choses...
(Vous allez par ailleurs remarquer ma superbe nappe qui fait toute ma fierté)
(Mais oui vous allez la voir)
Line est restée plusieurs heures avec nous pour parler de sa passion des produits cosmétiques, de son engagement zéro déchets, des différents ingrédients entrant dans la composition de ses produits, et nous on a fait un shampoing solide et un déodorant... 

Pour le shampoing solide, nous avons pu chacune personnaliser les ingrédients en fonction de nos besoins... Pour moi c'était huile de ricin (pour mes cheveux secs) et de jojoba (pour mes cheveux qui sont aussi gras, en fait), argile blanche, et en huiles essentielles cèdre de l'atlas, ylang-ylang et tea tree. On verra ce que ça donne! Les recettes ont été testées en laboratoire (et je le sais car j'ai crowdfundé les premiers tests) et je suis impatiente de voir le résultat en pratique...
Puis on a fait un déodorant et ça je sais déjà que ça marche bien car j'en ai déjà un chez moi, et on a reçu la fiche avec les recettes, bref de quoi faire tout plein de cadeaux de Noël cette année...
Et Knacki, elle, a profité de l'instant présent. 
 Un peu de bain-marie pour faire fondre tout ça! (En avant-plan remarquez une belle chemise en liberty vintage)
 Et hop, on mélange avec de la dinette avant que cela ne devienne solide...
 Admirez les belles mains de Marie qui dose comme personne
 Et voilà le résultat final! Un shampoing solide dans le coeur, et un déodorant dans le muffin! On pourrait presque les manger...
Ca sent trop bon! Un de ces quatre vous ne devrez pas vous étonner de me voir débarquer chez vous avec un produit cosmétique que j'aurai fait moi-même (ou commandé au cas où j'ai la flemme). Par contre si c'est le déodorant vous devrez le prendre un peu personnellement parce que bon... Enfin il était temps que quelqu'un vous le dise, en même temps.

Monday, July 10, 2017

Le Fil de Bibil

Hé oui, pour vos yeux ébahis, laissez-moi vous présenter mon petit bébé!
Mais non, pas ma thèse.
Mais non, pas mes chiens.
Je veux dire, le Fil de Bibil. 
Figurez-vous que j'ai professionnalisé la chose... Et bien c'est super gai! J'ai eu la chance de rencontrer une chouette graphiste qui m'a créé ce logo:
Et depuis... Cartes de visite, étiquettes, tote bags, enfin ce logo est déclinable sur tous les supports! Les couleurs (rouge corail et bleu marine) ont été pensées pour s'assortir avec toutes les couleurs. Je ne vous dis pas l'enthousiasme le jour où vous recevez ceci:
500! Il y en a 500 dans cette boite!
Alors, me direz-vous, ça marche bien?
Et bien la réponse honnête est oui, ça marche bien. D'ailleurs j'ai hésité pendant plusieurs semaines avant de faire ce post de crainte de créer un engouement et de devoir décevoir celles et ceux qui voudraient un bavoir, là tout de suite. Autant vous le dire directement: je n'ai plus de disponibilité avant le 20 août... 
Ce n'est pas tellement que je croule sous les commandes, c'est plutôt que combiner un travail à plein temps, tout l'admin et le marketing autour du lancement d'une activité professionnelle, et une vie sociale à côté (aaaah la belle saison qui revient), ça fait beaucoup... En semaine c'est tout simplement impossible, et le week-end dès que j'ai une activité en journée ou même juste des courses à faire c'est fichu. Finalement si j'ai 4 heures par semaine pour coudre je suis heureuse! Du coup pour éviter que les commandes ne deviennent un stress je suis obligée d'espacer mes délais... 

Moi je vous dis ça marcherait beaucoup mieux si j'avais une machine à broder professionnelle!
* se perd dans une petite rêverie *
Hein? Ah oui. 
Et est-ce que je n'en ferais pas mon activité à temps plein?
Ben les gars, comment dire, ce n'est pas exactement comme si j'avais le business plan du siècle et que cela pouvait réellement être rentable comme activité principale. Déjà, j'ai créé un site web (vous avez vu comment je le place discrètement?) pour automatiser la procédure parce que discuter avec les gens des différentes options qui s'offrent à eux c'est très chronophage. 
D'ailleurs c'est effarant de se dire que j'ai bien coupé de moitié les tissus que je proposais à la confection de bavoir et qu'il m'en reste toujours 60... Sans compter les Liberty et les Petit Pan! Rho je ne sais pas me limiter, c'est dingue!
Je ne vous dis pas la crise de stockage que je traverse pour le moment, je suis en train de virer des meubles pour pouvoir mettre des caisses de tissus à la place, et en attendant elles s'entassent dans l'entrée, dans le salon, dans ma chambre, enfin partout, ça t'envahit sournoisement comme de la cellulite après les fêtes, j'hésite à en proposer le rangement comme activité sur un groupe de crossfit... 
Je vous montrerai une photo.
Mais si.
Un jour. 
En attendant, pour les courageux/ses qui peuvent attendre jusqu'au 20 août, n'hésitez pas!

Sunday, July 02, 2017

Oh, mais! Vous ne rêvez pas, c'est bien du patchwork

Ca alors, cela faisait si longtemps...
A l'occasion du baptême de ma nièce, j'ai ressorti ma grande équerre, ma ouatine et mon pied pour piqué libre et j'y suis allée franco. Ma technique était simple: j'ai pris tous les tissus à pois que j'avais en ma disposition (+ quelques uns que je suis allée acheter en plus, l'occasion fait le larron) et j'ai fait ceci:

J'avais reçu comme vague instruction de ma soeur que ça devait aller avec le rose de la chambre et le rouge du salon et tant qu'à faire aller avec plein d'autres couleurs différentes, donc voilà. J'ai pris toutes les couleurs que j'avais, je les ai séparées par du blanc, et c'est la formule magique pour assortir même les couleurs qui ne vont pas ensemble. 
C'était fin avril.
Quelques jours plus tard, elle m'a envoyé cette photo:
Et depuis, chaque mois, je reçois une update!
Voici la photo pour le mois de mai

 Et celle-ci pour le mois de juin.
Il n'y a plus qu'à coudre les vêtements assortis au patchwork... (Ou bien ce serait déconner? Dites-moi que non)

Wednesday, May 03, 2017

Salami est allé au dog show

Comme je vous le dis.
Pourquoi? Me demanderez-vous. Et bien parce qu'il ne suffit pas que votre chien ait un pedigree pour que sa progéniture en ait un. Et dans la mesure où j'aime beaucoup les chiots, et que Salami est totalement consentant dans cette affaire, et bien... J'ai fait les démarches pour que Salami soit, comme on le dit dans le jargon, "admis à l'élevage".
Je suis donc allée à une compétition internationale et de prestige à Anvers, et c'était un événement important à en juger par les voitures de sponsors aux décorations parfois relativement douteuses. Je peux vous dire que les éleveurs qui vont là, ce sont des professionnels. On voit qu'ils ont l'habitude. Ils viennent avec leur matériel: chaises pliables, valises contenant les affaires de toilettage, cages pour les multiples chiens de compétition. Et ça, ça s'applique pour les teckels comme pour les bouviers bernois, le ring à côté. Trois cages pour bouvier bernois par éleveur, ce n'est pas une mince affaire, je vous le dis. 
Puis il y a moi, qui arrive avec un Salami totalement terrorisé au bout de sa laisse, avec rien d'autre qu'une enveloppe contenant les documents de la compétition et une boite contenant l'arme suprême - un reste de pain de viande. La compétition durait de 10h à 17h. Comme j'ai galéré pour trouver un parking, je suis arrivée à 10h05. Salami passait à 10h03. Pas de bol, Salami-Paul. Du coup, le pauvre, il avait été jugé absent, et ça s'arrêtait là. Je pouvais rentrer chez moi. 
Bon.
Je suis allée trouver le responsable en lui disant, en substance, qu'avec tout le respect que j'avais pour sa compétition de prestige, en fait le classement ne m'intéressait pas, je voulais juste faire une admission à l'élevage. Au bout de quelques négociations dans mon plus beau néerlandais, la juge a quand même accepté de prendre mon chien pour voir s'il était apte à propager ses gênes. Ce qui s'annonçait relativement bien, jusqu'à ce qu'elle demande à Salami de défiler.
Alors, ce qu'il faut savoir, c'est que les autres chiens, ceux des pros, ils n'ont pas le trac. Ils se baladent totalement à leur aise autour du ring, ils marchent au pied, ils courent, ils s'assoient, ils se tiennent parfaitement droit quand on leur demande. Ils ont la classe. Salami, lui, il était mort de trouille. La juge m'a demandé de marcher avec lui. Il se baladait la queue entre les jambes, le pet vers le sol, les pattes en canard, en vrai il rampait. Et encore, il n'avançait que parce que j'avais sorti l'arme suprême - que je devais tenir juste devant son nez. Mais parfois il se laissait distraire. Il s'est secoué au moins deux fois, puis quand il est arrivé au niveau des autres chiens, il a commencé à paniquer, à faire marche arrière, à se rebiffer, et là on va dire que le public se marrait franchement. La juge ne m'a pas demandé de courir ni de le faire s’asseoir. Elle l'a directement mis sur une petite table et l'a mesuré. 
Elle a dit quelque chose en russe à son interprète, dans lequel j'ai compris le mot "standard", puis en substance on m'a expliqué, avec des mots simples, que Salami n'était pas un teckel nain, contrairement à ce que disait son pedigree, qu'il était trop grand, et qu'il fallait changer son pedigree pour qu'il soit un teckel standard. Jugement: "non recevable". 
Tout ça pour ça.
En plus, la juge, qui est une juge internationale et de prestige, m'a envoyé paître en disant qu'il fallait que je me trouve un juge belge pour faire les démarches. J'ai dû ressortir mon plus beau néerlandais au secrétariat pour qu'on me trouve un juge belge qui écrive une petite lettre afin que je puisse faire les démarches. C'était compliqué. J'avais un Salami totalement traumatisé dans les bras qui me rentrait toutes ses griffes dans le cou. J'ai failli abandonner, je suis relativement fière d'être allée jusqu'au bout de ce truc. Il y a plutôt intérêt à ce qu'il y ait des chiots à la clé après tout ça.
Enfin, une fois que ça, c'était fait, je suis allée voir ce que c'était, en vrai, un dog show.
Et bien, c'est beaucoup d'autres chiens qui ressemblent au tien. C'est un peu perturbant. Salami a fini par un peu se décoincer et a essayé de propager ses gênes chez une de ses congénères qui lui semblait relativement jolie - sauf que c'était un mâle. Puis il a été agressif avec tous les autres.
Un dog show, c'est aussi des gens qui sont très intenses sur le toilettage. Ils sortent les bigoudis, font de la microchirurgie sur la chevelure abondante de leurs bêtes de compétition, et soignent avec attention ces espèces de coucougnettes inversées sur le dos de leur caniche. 
Mais c'est aussi du spectacle! Il faut bien divertir les enfants. Parce qu'il n'y a pas que la beauté dans la vie, il y a aussi le dressage...
Enfin, au final, j'étais quand même contente de ne pas avoir dû attendre la fin de la compétition, et je suis rentrée chez moi avec un Salami qui a été malade pendant tout le trajet, et qui n'a bouffé que de l'herbe pendant les jours qui ont suivi.
Mais il me remerciera plus tard.
Enfin je crois.

Thursday, March 30, 2017

Et les vacances, ça se passe?


 Et bien, deux choses.
1. Prendre des vacances quand on n'est plus en thèse, c'est pas mal, en fait. On ne devrait pas être en train de rédiger, on ne se sent pas coupable, on profite pleinement du fait que quand on glande, on ne devra pas le payer plus tard. Oui, vraiment, c'est pas mal.
2. Tous ces gens qui disent de faire attention au troisième jour du ski parce qu'on est fatigués, de faire attention au relâchement du stress, etc, et bien je les comprends. Le stress que j'ai au travail est différent que celui de la thèse car il est beaucoup plus "immédiat", et on ne s'en rend pas vraiment compte sur le moment-même, mais c'est quand on s'arrête que la fatigue tombe. Le premier jour je me suis fait une petite conjonctivite derrière les fagots, sexy et pratique. Les autres se sont fait de sympathiques tendinites ou autres chutes, des angines, et pour ma part j'ai eu un reflux de malade pendant tout le séjour. C'est gai, dites, les vacances. 

Non mais pour de vrai, c'est gai, les vacances. Je ne vous poste pas de photo de groupe car certains sont réfractaires au fait d'avoir leur image sur internet, mais pour ceux qui reconnaissent le fond, j'étais aux Menuires. Il y avait encore de la neige et du soleil par intermittence. Quand il n'y avait plus de neige on avait des terrasses. Et on a carrément bien mangé, les bonnes résolutions de perte de poids sont postposées aux 20km de Bruxelles. Ah oui le masque en plein soleil c'est à cause de la conjonctivite, et j'ai mes lunettes de soleil en dessous. Je vous ai dit, sexy et pratique.
Sinon j'ai fini une pieuvre dont je suis particulièrement fière...
Allez à bientôt depuis Bruxelles où il fait beau aussi, en fait...

Wednesday, March 08, 2017

Productivité

Je me suis remise à coudre pour le Fil de Bibil... Et bien, cela fait du bien! Mon salon est une scène de chaos post-apocalyptique, j'ai du tissu partout, je ne trouve plus mes ciseaux dans tout ce désordre, et parfois je ne suis pas même sûre d'où se trouve mon chien... Mais cela découpe, brode et coud et je peux vraiment partir dans tous les sens, cela fait du bien... 
Ces derniers mois je m'étais forcée à me restreindre un peu du côté créatif. J'ai remarqué qu'à la fin de ma thèse, j'étais obsédée par l'idée de la productivité. Chaque minute devait être passée à produire quelque chose. Je ne pouvais plus simplement passer une soirée à me détendre devant la télévision, il fallait faire de la couture, du point de croix ou autre, et ma détente c'était ça. Au fond cela ne me détendait pas, parce que je me rendais compte que je produisais pour produire. Je m'engageais dans tout et me mettais des échéances. Comme pour ma thèse, je ne prenais plus de plaisir à le faire, je vomissais des pages de la même manière que j'empilais des bavoirs. A l'époque, je me sentais tellement nulle part et en retard dans tout qu'il fallait que j'aie du rendement. 
J'ai finalement eu assez peu de temps entre la fin de ma thèse et le début de mon nouveau travail. Quand j'ai commencé en temps plein dans un secteur totalement différent de ma thèse, cela m'a demandé beaucoup d'énergie pour m'adapter, et la couture avait un peu la même sensation que sur la fin de ma thèse. Passion au départ, obligation à la fin. Bref, ces derniers mois, j'ai pris un break avec la couture, et je me suis obligée à faire d'autres choses à la place, comme lire des livres, jouer à des jeux de société, faire du sport, voir des amis. 
Et maintenant, six mois après avoir commencé mon nouveau travail, je commence à me stabiliser. J'ai enfin l'énergie nécessaire pour pousser le Fil de Bibil dans la direction voulue. Je vous prépare un site web, nouveau logo, nouvelle collection de tissus, et en attendant j'ai produit des bavoirs à la pelle pour épuiser tous mes "anciens" tissus. Car je sais que si je ne fais rien, ils vont rester languir dans un coin de mon stock. C'est une sorte de nettoyage de printemps en somme...
Qu'est-ce que cela fait du bien de s'y remettre! J'avais oublié ce que cela donnait, de s'investir complètement dans un projet créatif d'envergure. 44 bavoirs sont en production et je pourrais continuer si je le souhaitais... 
Et sinon, j'ai fait des pieuvres. 

Vous avez vu l'amélioration par rapport à la dernière fois? Hein? 
A très bientôt!

Tuesday, March 07, 2017

Et sinon, quoi de neuf docteur?

Si, j'ai le droit de faire ce jeu de mot pourri, parce que je l'ai bien mérité mon titre de docteur, d'abord.
(S'il me sert au quotidien? Mais je vous en pose des questions, aussi)
Bref. Voici un petit update en vrac de mon début d'année 2017... On est déjà en mars, je veux toujours écrire 2016, que le temps passe vite dites donc!

1. Mon père a une nouvelle obsession.


Il a ramené un appeau grenouille de Birmanie et il s'évertue à essayer de la reproduire, avec des bois et des formes différentes. Elles ne sont pas toutes concluantes, mais c'est comme la couture ou le crochet, il faut beaucoup de ratés avant de commencer à réussir...

2. En parlant de pieuvres...

J'ai craqué. J'ai trouvé un site aux Pays-Bas qui faisait les cotons moins chers qu'en Belgique et qui avait toutes les couleurs possibles et imaginables. Je ne les ai pas toutes prises. Presque, mais pas toutes. Tu en as pour un an, me direz-vous, mais j'ai déjà donné pas mal de ces pelotes à des amies pieuvreuses, donc on verra bien combien de temps ça tient... Bon je n'ai pas vraiment fait d'effort pour cacher la marque (et ce n'est pas une pub cachée), mais si vous souhaitez contribuer au projet, au moins vous pourrez reconnaître le coton conforme parmi les autres. 

3. Et comment vont les chiens? Mais ils vont bien, merci! 
Danio a 12 ans 1/2 et est en pleine forme. Bon, elle bouge un peu moins facilement, prend plus vite du poids, et ses petites problèmes comportementaux (angoisses, aboiements, etc) commencent à devenir de plus en plus gros, mais so far so good.


Knacki n'a pas fait de fugue déterminante ni de blessure extraordinaire... Il y a bien un soir où sa balise gps a arrêté de fonctionner alors qu'il était 22h et qu'il gelait, on n'était pas super à l'aise quand même, on l'a retrouvée 3 voisins plus loin sur base de ses destinations favorites du moment (le gps c'est sympa quand même, au fond).


Et Salami est fidèle à lui-même... 

4. Et en parlant de teckels, vous avez vu mes cartes de voeux? C'est Still on Paper qui me les a faites, je vous la recommande fortement!  

 5. Et enfin, vous aurez bientôt des nouvelles du Fil de Bibil... Vous verrez :-)


Saturday, March 04, 2017

Une petite robe de marquise

C'était l'anniversaire d'une de mes filleules il y a peu... Et comme elle a déjà deux ans, elle a été gâtée! Sa grande soeur avait reçu du grand Saint une robe de marquise, et comme j'avais un patron de robe qui était très similaire dans mes trésors, je me suis lancée. Pas évident, d'autant plus que c'est le type de livre aux photos très belles mais aux instructions seulement à moitié complètes, donc il faut savoir lire entre les lignes (et combler ce qui n'y figure pas). Enfin j'ai pris quelques libertés avec le patron en essayant de faire un modèle "évolutif", qui couvre du 2 ans au 6 ans... A savoir j'ai ajouté une frange bleu roi que l'on peut rentrer, afin de donner un peu de longueur ou au contraire d'en retirer un peu en fonction de la taille de l'enfant... Et de larges bandes de velcro sur le dos pour bien pouvoir serrer.
Sur la photo on voit bien que c'est un peu grand (les manches sont supposées être 3/4) mais je suis contente car c'est une robe qui pourra être portée longtemps!

Wednesday, March 01, 2017

Blouses!

J'ai cousu un cadeau de Noël pour mes deux filleules qui ont toutes les deux plus ou moins la même taille... Et je peux enfin le poster, car une des blouses a mis longtemps à atteindre sa destinataire, merci la poste internationale :-) Enfin plus de peur que de mal, car le colis est arrivé à bon port, c'est ce qui compte.
J'avais trouvé ce tissu avec des teckels dessus (chez Stragier, si vous vous demandez), en plusieurs tons différents, et je me suis dit, ben... C'était sans doute ma chance! Je l'ai pris en bleu et en rose, et pendant les vacances de Noël je me suis attelée à l'ouvrage. C'était drôle, tous ces teckels partout... Et assez agréable aussi, car le tissu était de qualité, c'est toujours un plaisir! Bref, voici ce que cela donnait pendant:
Et après! Ce sont les tuniques à encolure du livre des intemporels pour enfants. Le seul reproche que leur fait est d'être très court. J'ai rallongé le patron et pourtant ça reste encore très court... Mais bon, c'est encore à leur taille, ça ne durera juste pas très longtemps.


Et la touche finale: des boutons cupcakes qui m'ont été offerts par Claire et Léo! Ils ne sont pas faciles à fermer mais je sais de source sûre qu'ils ont été très appréciés par les destinataires...



A bientôt!

Monday, February 13, 2017

Tournée minérale!

Hé oui, moi aussi j'ai été gagnée par la contagion de la Tournée Minérale... Je ne voulais pas passer à côté du move, du hype, du trendy et du chic. Je me suis laissée embarquer dans l'aventure...
Alors, qu'on se le dise tout de suite, un dîner avec des amis au jus de fruit et à l'eau plate, alors que saute le champagne et décante le vieux bourgogne, ça change. Cela me fait réaliser le sacrifice qu'effectuent les femmes qui procréent, entre s'arrêter de boire, les remontées acides, l'accouchement sans péridurale, les crevasses, les vergetures, les jambes-saucisson et autres joyeusetés. Mais soit. Pendant un mois, donc, je ne bois plus d'alcool.
Un court mois.
Même pas bissextile.
Et bien mine de rien ce n'est pas si simple que ça...
A la base, je me suis toujours considérée comme une petite consommatrice en la matière: un ou deux verre par soirée, seulement chez des amis quand on m'en propose. Au restaurant, je suis souvent à l'eau. Si c'est en semaine, c'est généralement non. Les bières qui traînent dans mon frigo en cas de visite impromptue dépassent joyeusement leur date de péremption sans que cela ne se remarque. Tournée minérale, donc, je partais gagnante. Easy game, finger in the nose.
Ben en fait, pas trop. Quand on y pense, on n'est que le 13 février, et j'ai déjà refusé six occasions de boire. Ca fait un jour sur deux, en considérant que les activités couture et crochet n'impliquent pas de boisson alcoolisée. C'est vrai, je ne suis tentée que lorsque je ne suis pas chez moi. Mais le truc, c'est que je ne suis jamais chez moi. Il y a des jours où je fais tourner des lave-vaisselles remplis de 10 bols de petit déjeuner et 10 verres d'eau, et où je m'auto-juge. J'ai trop d'amis, que voulez-vous, c'est cela mon drame. Pfu.
Ce que je réalise aussi, c'est que heureusement, dans ce cas-ci il y a un mouvement de groupe socialement accepté qui s'appelle la Tournée Minérale qui rend acceptable le refus de boisson alcoolisée. En fait, on réalise qu'il faut souvent une justification pour refuser de l'alcool. "Tu ne bois pas Sybille?" "Non mais on peut te servir autre chose si tu veux, on a du vin et des bières et du porto et du champagne". J'avoue parfois sortir la carte de l'estomac sensible pour les occasions où je n'ai pas envie de boire. Ou le fameux "je vais commencer à l'eau" qui déroute toujours un peu.
Mais soit, Sybille, tu as tenu 15 jours, bravo, proficiat. Dis-nous, à nous qui n'avons jamais tenu aussi longtemps, quels sont les effets?
Ben...
Heu...
Bon allez, on peut quand même voir quelques effets immédiats. On m'avait promis que je digérerais mieux, et en effet, mon estomac est déjà beaucoup moins en crise (mais il y a un contexte dans mon cas). Et je fatigue beaucoup moins, aussi: je ne suis plus parmi les premières à partir, et je me sens en forme le lendemain. Sinon, la jolie peau, la perte de poids, l'amélioration du sommeil, tout ça, j'attends encore de voir. Mais bon, il faudrait sans doute faire plus qu'un mois pour vérifier.
Challenge, Bibil?
Heu, à voir.

Tuesday, January 31, 2017

Charline

C'est avec grande fierté que je vous annonce être tantine pour la seconde fois! 
Je vous présente Charline. C'est un gros bébé en pleine santé qui ressemble pour l'instant beaucoup à sa soeur, mais nous savons tous très bien que chaque soeur est unique, hein (dit la fille qui a deux soeurs). 

Comme tous les nouveaux-nés, elle ne dort pas forcément aux heures où on voudrait qu'elle dorme, et on ne comprend pas toujours ce qu'elle veut, mais la famille gère beaucoup mieux le reflux et le "non mais là tu vois bien que ce n'est pas un pleur de faim" (enfin c'est mon avis). Il y a eu quelques frayeurs pendant la grossesse par rapport au CMV mais finalement tout va bien, au soulagement de tous...
Sinon, si vous vous le demandez, oui, elle m'a déjà vomi dessus. Un pull que j'aimais bien. Oui, Salami a déjà sauté dans son maxicosy, et cela résultera sans doute en des heures de psychanalyse quand elle sera adulte. Mais à part ça, on s'entend plutôt bien. 
Et matez-moi ces deux jolies robes en Liberty confectionnées par une couturière de renom et de talent...

Tuesday, January 24, 2017

Petites pieuvres!

Aaahlala je me sens coupable d'ainsi délaisser ce blog, je vous jure. C'est dur de retrouver cette pulsion d'écrire quand les seuls moments où on peut le faire sont soit quand on est en train de respirer à pleins poumons l'aisselle de son voisin dans le métro, soit pendant un trop rare moment de temps libre partagé avec une machine à coudre, le Fil de Bibil et la fatigue de la semaine. 
Mais cela fait dix jours que je me dis que je vais faire une update, et là je prends mon courage à deux mains, et je vous fais cette update - oui! rien que pour vous, lecteurs que j'aime! - pour vous parler de ceci:
Des pieuvres, du crochet, on est en plein dans le thème du blog il me semble.
Le but de cette initiative est de crocheter des petites pieuvres en coton pour les mettre dans les couveuses des bébés prématurés, qui se raccrochent à ce doudou plutôt qu'aux sondes, et en sont plus rassurés. C'est mon amie A.-L. (que je remercie au passage) qui m'a fait rejoindre le mouvement. A ma grande surprise, j'ai découvert une vraie communauté qui se soude autour de cet objectif commun. Depuis l'ambassadrice qui nous a ouvert les portes de son appartement pour nous apprendre le crochet, à l'immense communauté facebook qui partage ses trucs et astuces pour réaliser les pieuvres les plus originales possibles, ce sont des milliers de bénévoles qui ne comptent pas leurs heures pour offrir le plus de réconfort possible aux prématurés et à leurs familles... 
C'est aussi un défi, car il faut que les pieuvres soient conformes. Il ne faut pas badiner avec la sécurité des enfants de cet âge-là et la pieuvre doit répondre à des critères stricts: fil de coton mais pas l'importe lequel (allergies, coupures), rembourrage de polyester enfermé dans un bas en nylon (pour ne pas qu'il passe à travers les mailles), tentacules de minimum 10 cm non étendues (pour que le bébé puisse les attraper facilement), mais maximum 20 cm étendues (pour ne pas qu'elles puissent s'enrouler autour des cous), mailles bien serrées (car le bébé peut mettre ses doigts dans les trous). Bref, c'est un challenge technique, mais finalement pas impossible à réaliser dès qu'on a capté le concept de la maille chaînette et la maille serrée, qui paraît-il sont le B-A BA du crochet. Enfin moi j'étais une débutante de folie et j'ai eu beaucoup de mal à comprendre le truc, mais heureusement il y en a qui ont été très patientes avec moi! Quand je vous dis que les bénévoles ne comptent pas leurs heures... Pensez à cette brave ambassadrice qui a appris à une gauchère à crocheter de la main droite! 
Et le résultat? Me direz-vous. Et bien, préparez-vous à du grandiose:

Pouin, pouin, pouiiiin...
Oui, bon, c'est un début, et en plus il parait que j'ai crocheté le dôme sur l'envers, bref je galère un peu avec la première pieuvre, et je suis dessus depuis un mois. Mais que cela ne vous décourage pas! J'en ai commencé une seconde et ça va déjà mieux!
Et une fois la pieuvre terminée, me direz-vous? On la dépose (ou l'envoie) chez une ambassadrice, qui les lavera à haute température et les mettra dans un sachet hermétique. On peut laisser un mot à l'attention des familles si on veut... 
Bref, la bonne résolution de certaines filles du groupe était de faire minimum 1 pieuvre par mois. Quand on voit la dextérité de certaines, pour qui une pieuvre prend trois heures, on les croit! Bon on n'y est pas encore dans mon cas, mais je progresse, et j'ai même commencé à initier ma mère (qui a dû "aller vérifier un truc dans la machine du chose" au bout de 15 minutes) et mon amie H. (qui a acheté le mauvais crochet et le mauvais coton)...
Si vous aussi, vous voulez vous initier, ou si vous vous débrouillez déjà bien ou si vous voulez juste de l'inspiration, toutes les instructions et informations nécessaires sont ici: http://petitepieuvresensationcocon.weebly.com/
Allez, je vous quitte avec une petite inspiration tirée du groupe facebook (niveau pro, j'admire à fond)
Poulpement vôtre!

Tuesday, January 03, 2017

Bonne année!

Hé oui! Comme de coutume, je vous souhaite les meilleurs voeux pour 2017... Le temps de regarder brièvement en arrière, et de voir que 2016 a été bien remplie:
1. Knacki est toujours en vie (et ça n'a pas été une mince affaire!),
2. J'ai fini ma thèse,
3. J'ai appris le néerlandais,
4. J'ai lancé le Fil de Bibil
et 5. J'ai trouvé un job.
En dépit de l'actualité internationale, 2016 a donc été une bonne année. Pas une année d'éclate, mais une année sérieuse où beaucoup a été fait. Si les années précédentes me semblaient traîner en longueur et se terminer toujours de la même façon, celle-ci est différente, et le réveil très tôt ce matin me l'a bien rappelé (ah oui mais tout a un prix que voulez-vous). Cette année, j'ai pu clôturer certains dossiers qui étaient ouverts depuis trop longtemps et aller de l'avant. Ca s'annonce chargé pour la rétrospective mais promis, j'ai quelques photos chantage pour rendre le tout plus light.

Bon, il y a encore du boulot pour 2017. J'ai beau en avoir beaucoup fait en 2016, je n'en suis toujours pas là où je voudrais être pour mon âge. Je dors mal, je digère mal, je suis sur les rotules en permanence, je n'ai pas d'énergie pour faire changer les choses qui ne me satisfont pas, et je les subis à la place, me laissant me manger. Ma gastrite est toujours là, j'ai pris énormément de poids à cause d'elle (j'ai faim en permanence et je préfère manger que prendre un médicament), et point de vue professionnel, je traîne une fragilité de ma thèse qui fait que la gestion du quotidien n'est pas la plus évidente. Cette année, la bonne résolution s'impose d'elle-même, et les excès de toutes sortes des fêtes de fin d'année ne la rendent que plus criante: soigner cette gastrite (nom d'un pantomed). Cela implique d'agir sur les causes du stress, et non seulement sur les symptômes.
J'ai déjà pris les premières étapes: un meilleur suivi médical, avec rendez-vous médicaux réguliers et régime spécial (sans gluten, lactose ni fructose - 2017 bring it on!) jusqu'à ce que cela aille mieux, et perdre du poids. Ca, c'est le côté purement mécanique. Il y a aussi l'aspect gestion du stress, et il y a du boulot. Tant au niveau personnel que professionnel, il y aura des adaptations à faire qui nécessiteront que j'aie le courage (et l'énergie) de sortir de ma zone de confort. Enfin, cela, je n'en parlerai qu'une fois que ce sera fait. Le but est d'aller mieux physiquement, histoire de laisser ma thèse mais aussi tout l'héritage de la thèse derrière moi une bonne fois pour toutes!
Et vous, quelles sont vos résolutions?