Friday, April 24, 2015

Capes de bain

J'ai fait un peu de couture! Deux capes de bain pour deux petits garçons (dont un qui est encore à naître). L'un sera en dinosaure, et l'autre en indien. Si vous savez qui parmi mes amis a un enfant qui a appelé ses dinosaures "Sybille", vous saurez qui les a reçus...
Pour le dinosaure, j'ai suivi mon inspiration du moment. J'ai d'abord monté la capuche et la queue, puis j'ai fait des petits triangles dans une matière éponge orange avec du rembourrage... J'ai coupé mon essuie en deux et j'ai inséré les triangles en faisant des coutures anglaises (enfin parfois je n'y suis pas arrivée, il y avait trop de couches de tissus, donc par endroits les finitions sont un peu, mais j'espère qu'il n'y a que moi qui le vois).
Pour l'indien, j'ai suivi ce tutoriel pour la capuche, et j'ai adapté les dimensions de l'essuie. En pratique j'ai pris pour chaque sortie de bain un set de deux essuies: un de 70x140 pour faire le "corps" de l'essuie, et un de 50x100 pour faire les capuches et autres. De cette façon ils pourront être utilisés pendant plus longtemps et aussi servir de déguisement...

Bonne journée!

Tuesday, April 21, 2015

Bibil et la médecine alternative

Ah, les charmes de la fin de thèse, le stress, les problèmes de dos, les problèmes de foie, les problèmes d'estomac... Mon médecin, qui est un peu ouverte aux médecines alternatives, m'a dit fort justement qu'au delà des médicaments, il fallait aussi que j'adapte ma vie à ma fin de thèse. Que je coupe dans ma vie sociale et mes hobbies, que je me mette moins la pression, que j'aie des soirs où je ne fais rien et je vais dormir tôt, que j'aille chez l'ostéopathe, mais aussi... que je commence un régime anti-acide.
Un régime anti-acide, si si, vous avez bien compris. Et j'ai dit oui, parce que mine de rien je n'ai pas une journée qui se passe sans un problème digestif quelconque, et que je vois bien que c'est ça ou l'ulcère. Et pour ce faire, je suis allée chez un aromathérapeute. 
Alors déjà, le titre vous dit tout. Je suis arrivée là-bas, j'ai commencé par me faire réprimander parce que j'utilise le micro-onde, que je bois l'eau du robinet, et que je mets des vêtements fabriqués au Bangladesh dont les colorants sont sans doute plein de produits chimiques. Puis je suis repartie avec un régime à suivre, qui a commencé par un allègement soudain de mon porte-monnaie - mais soit. Je suis allée au magasin bio faire mes stocks, autre allègement de mon porte-monnaie, puis j'ai regardé les prix des substances bizarres en aromathérapie que je devais commander, et je me suis dit que j'allais attendre l'avis de mon médecin, parce que bon.  Faut pas déconner non plus, avec le tout combiné je peux m'acheter une surjeteuse.
Parlons du régime, voulez-vous. En lui-même, est plein de bon sens: il supprime le gluten et le lactose, il dissocie les féculents et les protéines, il me fait prendre full légumes, et il m'élimine certains aliments trop acides ou trop difficiles à digérer, à savoir principalement ce qu'un régime amincissant supprime. Bref, c'est un peu comme un régime classique, sauf qu'on te laisse les féculents et qu'on te fait prendre du bio. Et qu'on te rajoute des trucs bizarres à prendre à des moments bizarres et à cuire selon des modes de cuisson bizarres.
Hier, pleine de motivation, j'ai fait deux plats destinés à me faire tenir les repas de midi de la semaine: un spaghetti de farine d'épeautre aux épinards, et un risotto courgettes-aubergines. Puis j'ai enchainé sur le petit déjeuner: j'ai fait des litres de compote de pomme et mangue, et j'ai mélangé ce qui allait remplacer mon porridge: un mix de flocons d'avoine, flocons de riz et flocons de quinoa. J'étais motivée, je vous jure. Jusqu'à ce que je mange un partie du spaghetti. J'ai été malade pendant toute l'après-midi. Bon, clairement, il y a un truc qui m'échappe. Du coup, je n'ai pas pris de sel de Nigari destiné à "faciliter mon transit". A chaque jour suffit sa peine.
Mais à ce que cela ne tienne. Ce matin, je me suis réveillée pleine de bonnes intentions. J'ai checké ma check list. Ca commençait par une vitamine et un machin bizarre en aromathérapie - ah ben tant pis, j'ai pas. Puis par un grand verre de jus de pomme de terre pour "tapisser l'estomac et en neutraliser l'acidité". Bon. S'il le faut. 
Je me sers un grand verre, je goûte, et OH MY GOD! Mais ce truc est infâme. Et je dois boire tout le verre. Mais c'est vraiment dégueulasse. Je comprends la gueule du vendeur au magasin bio maintenant. Je veux dire, j'avais déjà bu des trucs assez dégueulasses avant, mais ça, ça bat tous les records. Mais il le faut. Bibil, il le faut. Bref. J'ai bu le verre, d'un grand trait, sans respirer, puis j'ai bu deux verres d'eau (du robinet, enfin soit) pour faire passer le goût. Ca compte dans les pires trucs que j'ai faits pour ma thèse jusqu'à présent. Ca, et le Mohnkuchen
Cette partie étant terminée, je vois que je dois faire 30 minutes de promenade avec Knacki, et donc rester avec cet arrière-goût immonde pendant 30 minutes avant de prendre mon petit déjeuner. Ah ben dites! Knacki est chez Fourchette, c'est pas de bol hein ça? Bon c'est pas tout ça, mais ma check list est encore longue. Misère. 
Après je dois cuire mon "nouveau" porridge, mais attention, pas au micro-ondes, au poêlon. Mouais, on va voir combien de temps ça tient. "Ah mais ce n'est pas grave, vous laissez cuire à feu doux, vous continuez à vous préparer en attendant que ça cuise, et après la vaisselle c'est fait en deux minutes", était l'argument. Non mais déjà le concept de faire de la vaisselle au petit déjeuner m'horripile. Et n'entrons pas dans le débat sur la diabolisation du micro-onde, il n'y a rien à faire mais ça reste pratique. A que cela ne tienne, je suis motivée Bibil, je suis motivée. J'ai mis le poêlon sur feu doux, j'ai terminé de me préparer pour la journée - ceci dit, si je dois sortir pour promener Knacki avant l'étape du poêlon, il y a plutôt intérêt à ce que je sois déjà préparée pour la journée, enfin soit. Comme ce truc ne cuisait toujours pas, j'ai arrosé mes fleurs. Puis en désespoir de cause, j'ai programmé une lessive. Et enfin, c'était cuit - ça a accroché au fond, tant pis pour la vaisselle - j'ai mangé mon succulent porridge de riz et quinoa qu'heureusement j'ai pu noyer avec de la compote, et un verre de tisane anti-acide. C'était pas trop mauvais. Prise de tête, mais pas trop mauvais. 
Puis j'ai checké l'heure, et dites donc, j'étais vachement en retard mine de rien. "ah mais il faut vous lever une demi heure plus tôt" qu'elle m'avait dit. "Qu'est-ce qu'une demi-heure sur votre journée". Ha. Haha. Tu es marrante toi, on voit que tu ne termines pas une thèse. 
Enfin là, c'est bientôt l'heure du risotto et de mon rendez-vous chez l'ostéopathe, je vous tiens au courant... En attendant je goûte encore comme un arrière-goût de jus de pomme de terre mélangé à du dentifrice.

Wednesday, April 08, 2015

Bon, et cette thèse?

Commençons par un petit projet de couture... Je suis tombée sur des tissus à motifs britanniques et malgré mes bonnes résolutions de me restreindre, tant dans mes achats que dans ma couture, j'ai quand même craqué, et j'ai fourni les petits expats Aymeric et Gabriel en bavoirs à thème. (Vous pouvez trouver le tutoriel ici).


J'ai déjà cousu pas mal de bavoirs, personnellement je trouve que les ronds sont plus mignons... Mais je remarque aussi que leur obsolescence programmée arrive beaucoup plus rapidement, car passé un certain âge, plus un bavoir a de superficie, au mieux c'est! Ceux-ci sont plus fonctionnels (on dirait presque qu'ils sont moins travaillés, même si ce n'est pas le cas). L'avantage, c'est que point de vue gestion des stocks, coudre des bavoirs en rectangle permet de minimiser les chutes et de maximiser donc l'utilisation de votre tissu que vous aimez d'amour vrai, et donc d'y aller gaiement pour faire de grandes pièces sans aucune culpabilité. Néanmoins, je pense que c'est améliorable, et que l'édition suivant va être cousue selon un modèle de capes de super-héros...  
Bref. 
La partie plaisante étant passée, parlons de thèse, voulez-vous. Commençons avec quelques FAQs.
1. Tu rends quand?
Haaaa! Vous voulez ma mort ou quoi, ne me posez jamais cette question sans prendre des pincettes! Mais soit, le but est d'avoir un premier draft pour fin juin, et un définitif pour début septembre. Mais cet objectif est mis à mal par deux obstacles certains: le premier étant la disponibilité de mon promoteur, qui va bien devoir relire des trucs dans les mois à venir, et le second étant les petites tuiles de santé provoquées par le stress, et qui sans être trop graves, sont néanmoins chronophages. Pour n'en citer que quelques unes: en décembre, je me suis complètement coincée le dos, ce qui a donné lieu à un post un peu dramatique décrivant maux de têtes, vertiges, problèmes de foie, etc... Qui sont progressivement partis avec des séances d'ostéopathie intensives. Après j'ai aussi choppé la grippe, et une fois que la grippe était finie, je me suis choppé une sciatique... Qui, elle, est toujours en cours, et aggravée par une tendinite du genou droit qui est apparue de nulle part. Sans compter cet orgelet qui est là depuis deux mois et qui ne part pas, nom d'un baume ophtalmique antibiotique, et les aphtes, et les remontées acides, et l'eczéma, enfin, d'où la question suivante:
2. Tu passes quand en mode blocus au finish?
Bientôt. Parce que je vais devoir écouter mon corps un moment ou un autre et arrêter de me surcharger d'activités, i.e. arrêter d'organiser des dîners chez moi, d'aller au cours de couture, écriture créative, piscine, et de sortir autant, tout en me mettant la pression sur des projets de couture ou de cuisine multiples rythmés par l'acquisition récente de mon thermomix, et par les naissances qui sont, elles aussi, nombreuses en ce début d'année... Bref, il va falloir que j'apprenne à dire "non" et "tant pis" et que je bosse sur cette thèse, histoire d'arrêter d'être rongée par le remord à chaque fois que je fais autre chose, et que je m'en débarrasse une bonne fois pour toutes. Ca va être dur parce que dès que je m'isole trop, je déprime, et c'est sans doute pour ça que j'ai des activités tous les soirs, mais bon il faut ce qu'il faut...
3. Et après la thèse, tu fais quoi?
Haaaaaaaa! Mais vous voulez vraiment ma mort! Ne posez JAMAIS cette question sans prendre des pincettes! Et bien je ne sais pas ce que je fais après la thèse, figurez-vous. On m'a dit qu'il existe une vie après la thèse, perso j'attends de voir pour y croire... Ce qui est sûr c'est que plus la fin se rapproche, plus je stresse, et je me demande si ce n'est pas la perspective de l'après-thèse qui me stresse plus que le fait de terminer celle-ci... J'oscille entre vouloir continuer coûte que coûte dans ma spécialisation académique, et entre vouloir faire complètement autre chose, mais j'avoue que je suis tellement crevée par cette thèse que c'est difficile de voir plus loin que le court terme... En fait je postule déjà pas mal mais le résultat n'est pas très encourageant, j'espère que le fait d'avoir ma thèse m'ouvrira plus de portes. Mais un problème à la fois voulez-vous? Commençons par finir.
4. Et pourquoi tu n'updates pas le blog plus souvent?
Le blog... Il est le premier à souffrir de cette fin de thèse, il me semble, d'autant plus que ce n'est pas comme si je n'avais pas de matériel pour l'updater, mais bon... Manque de motivation, manque de temps, et autres problèmes de santé. Ca me fait du bien de blogger de temps en temps mais si c'est pour le faire à la va-vite entre deux autres activités parce qu'on se sent coupable, alors autant ne rien faire... 
5. Et on peut faire quelque chose?
Maintenant que vous le dites... Si vous faites du granola... J'adore le granola. Non mais vraiment, j'adore. Je suis très très fan.
Et si vous voulez venir juste pour une soirée télé, pieds surélevés et bouffe en take-away, c'est possible aussi... Mais plus de couture, de broderie ni de grande cuisine jusqu'à la fin de ma sciatique!
Bon voilà, vous avez l'update... Ca va chez vous, sinon?
(Tadaaaaaaaaaam)

Monday, April 06, 2015

32 ans

It's that time of the year again... Cette année je fêtais mon 32e printemps! (Et vu que ça tombe le jour du printemps, je peux le dire plus que les autres...)
Comme chaque année, mon anniversaire est le jour où je suis non-productive sur ma thèse sans en éprouver aucune culpabilité. Je suis donc d'abord allée au bureau avec ceci...
Je suis allée faire un tour de tout le bâtiment avec les restes en m'enquérant des possibilités de post-docs auprès de profs qui me voyaient sans doute pour la première fois, mais c'est autre chose...
Puis j'ai enchaîné avec the party of the year (hors la fête que je ferai pour ma défense de thèse, qui tombera cette année, comme ça c'est dit), à savoir une fête où il y avait plein de teckels
Les bons croques bio de Keep on Toasting... Avec une autre ambiance qu'à ma pendaison de crémaillère cependant car de nuit et dans le froid, mais ça n'a découragé personne...
 ... Et aussi un gâteau...
...Mais un gâteau...
Pour contextualiser la chose, j'ai demandé à tout le monde d'apporter un tissu symbolique pour que je puisse, à terme, réaliser un énorme patchwork avec les morceaux de tout le monde! Et donc, le gâteau... Et bien, voilà...

Quelques zooms sur les détails...



Allez, avec tout ça on est partis jusqu'à mes 33 ans! D'ici là il faut que ma thèse soit terminée... Et le patchwork aussi! 


Monday, March 09, 2015

Deux semaines de grippe

La vache! 
Bon, d'accord, ce n'est pas la grippe la plus hardcore de mon histoire personnelle; face à celle où j'ai fait 40 de fièvre pendant 6 jours en étant toute seule à l'étranger, celle-ci c'est de la gnognotte. Mais néanmoins c'est tuant. Deux semaines à ne savoir rien faire, à tousser et à avoir mal à la gorge en permanence, et à vouloir tout le temps dormir mais n'y parvenir qu'une fois bien médicamentée (la toux ne respecte aucun horaire). Deux semaines à avoir le temps de bien regarder le plafond de sa chambre en comptant les minutes, à jouer à Candy Crush et à harceler qui on peut par SMS pour que le temps passe plus vite. Deux semaines où s'alimenter, se laver, promener Knacki, ou même regarder la télé sont considérés comme des exploits quotidiens. Bref, deux semaines de perdues. 
Aujourd'hui je suis de retour sur ma thèse. On ne peut pas dire que j'ai atteint des pics de productivité, mais bon, l'essentiel c'est de se remettre dans le bain petit à petit. Je me demande si je n'aurais pas été plus rapidement sur pieds si j'avais une autre perspective que mon chapitre théorique à mon retour à la vie active, mais c'est une autre histoire... 
Deux petites photos pour commencer votre semaine:
1. J'ai fait un sac sur base de chutes de rideaux. Le problème, c'est que personne ne sait me dire quels sont ces rideaux et comment ils ont atterri dans mon stock; c'est un mystère complet. S'ils vous semblent familiers, n'hésitez pas à vous manifester... Voici le tutoriel pour ceux que ça intéresse - sauf que j'ai ouatiné mon sac en plus. J'ai placé les bretelles un peu trop loin l'une de l'autre ce qui fait que le sac tient moins bien sur l'épaule mais bon, leçon retenue pour la prochaine fois...

2. Crocus!
J'ai planté 100 crocus devant ma porte d'entrée et ils commencent à donner... (Ah oui les épines, là? C'est mon sapin de Noël quand je l'ai mis à la rue). Ça sent le retour du printemps! Enfin ne nous emballons pas, généralement quand on a un trop beau mois de mars, ça veut dire que d'avril à octobre c'est pourri, et après c'est l'hiver, donc profitons-en bien maintenant...
Et pour conclure, une petite blague pour un lundi réussi: comment appelle-t-on un sorcier qui fait de la magie noire avec un yaourt?
Un faux mage blanc...
Hahaha hu... hum. Bon ben bonne semaine hein... Ne toussez pas trop et dormez bien.

Tuesday, March 03, 2015

Sac récupération

Puisque j'ai la grippe... Autant avancer dans mes projets de couture! Cela me met trois fois plus de temps qu'en temps normal, j'entrecoupe ma couture de siestes copieuses, mais au final, on y arrive... Ici, j'ai converti le mythique drap de lit "pommes psychédéliques momoches" de la chambre d'enfants chez mes grands parents en un sac! 
Si vous avez vous aussi de vieux rideaux ou vieux draps à motifs, voici le tutorielLe lin vient tout bêtement de chez Ikea. On a besoin d'énormément de tissu pour faire les bretelles, attention de ne pas tomber à court! J'ai aussi ajouté un fond en vlieseline très solide. smile emotic
Bon allez, le prochain challenge c'est de retourner à la thèse! Pas facile quand on sort d'une fièvre comme celle-là...

Sunday, March 01, 2015

Sac weekend "Aime comme Marie"

Je vous l'avais dit, qu'en 2015 je me cousais des projets pour moi... Et bien, voilà qui est chose faite! Je viens de terminer un sac pour ranger mes projets du cours de couture... Et du coup, j'ai délibérément choisi un motif kitch à en mourir, acheté récemment lors d'une vente de tissus de seconde main, et la doublure vient de mon stock. Le patron est le sac weekend de Aime comme Marie.

C'était du chipot! J'ai rajouté des poches à l'intérieur, avec un biais fait maison, une poche passepoilée zippée, et à l'extérieur l'ajout d'un passepoil fait maison lui aussi... Si c'était à refaire, je pense que je l'aurais ouatiné pour qu'il ait plus de tenue. Et peut-être choisi une couleur moins salissante. Mais ce ne sera pas pour tout de suite parce que mine de rien ça m'a pris un temps bête! 
Et sinon, surprise! Je suis malade. Si on essaie de voir le côté positif des choses, ça signifie que le stress est bel et bien retombé, puisque je tombe toujours malade à la fin d'une période stressante. Ca signifie aussi que j'ai pu rattraper mon retard sur the Mentalist, Castle, Downtown Abbey, How I Met your Mother, et même Hercule Poirot (il y a un moment où le stock s'épuise). J'ai aussi pu facetimer avec des amis du bout du monde à des petites heures, parce que je ne parvenais pas à dormir, et on m'a aussi apporté de la super bonne nourriture (merci Maman, merci Steph!) pour que je ne me laisse pas dépérir (ah mais ce n'était pas dans mes intentions). J'ai aussi pu prendre des photos de moi avec un aérosol comme pour les enfants pour bien faire rire tout le monde. Le côté négatif par contre, c'est que pour une bête pharyngite, je suis restée clouée au lit pendant une semaine, en ne me sentant vraiment pas bien, et que maintenant je tousse et je tousse à en faire des nuits blanches...  Et aussi que je n'ai même pas perdu de poids dans cette histoire. Pas un gramme.
Ca doit être les tisanes au miel.