Sunday, December 25, 2005

2:30 AM... Je pars d'ici quelques heures. Et malgré ma fatigue je me mets dans le devoir de vous informer de mes récentes activités avant de partir vers des contrées lointaines (tellement lointaines qu'elles n'ont pas internet). Autant vous dire que la qualité littéraire du présent post ne prétend à aucune forme d'excellence.
Hier: Noël avec la famille de Papa. Nous avons distribué le Regoutse Courant à l'apéritif et il semble avoir été apprécié à sa juste valeur (du moins c'est ainsi que je l'ai interprêté).
Voici par exemple mes cousin(e)s Pascaline, Emilie et Christophe enthousiasmés par cette saine lecture.
Au dessert, Père Noël Alice et sa mère Noël Pascaline sont venus nous distribuer la cerise sur le gateau: un roman-photo intitulé "Comment tout a commencé". Ce chef-d'oeuvre incontesté raconte la rencontre d'une jeune fille rebelle nommée Elizabeth et d'un séduisant jeune homme au flegme britannique, Roger. Il pourrait paraître hermétique aux non-initiés mais a fait rire aux larmes mon père.
Et puis distribution traditionnelle des cadeaux, nous avions organisé un Noël cacahuette entre cousins (nous ne savons toujours pas très bien qui l'a organisé d'ailleurs...) Sur cette photo, Christophe est visiblement enchanté du cadeau que je lui ai offert, un mug anglaise avec du chocolat anglais et un petit chat très kitsch qu'il n'a eu de cesse de mettre dans la poche de son veston.
(En réalité il est content c'est juste qu'il ne s'attendait pas à la photo).
Je remercie rapidement Emilie pour ses souvenirs belges, Bonne-Maman pour son pashmina (mais mon intuition me dit que je dois aussi remercier Maman pour cela) et ma marraine pour son grelot de Noël, ainsi que pour les nombreuses enveloppes reçues bien à point.
Je sais, je n'ai pas consacré à ce post toute l'attention qu'il mérite et j'ai coupé les détails "as gently as a lumberjack" comme le dirait mon professeur de design, mais il est tard et je souhaite DORMIR.
Aujourd'hui, je suis allée voir Narnia avec Julia, puis je suis allée manger avec sa famille par la suite. J'en profite pour glisser, comme promis, une photo avec le moose géant:
En réalité il est plus grand mais coupé par la photo.
Je remercie grandement la famille Merriman pour leur livre de cuisine.
Et enfin, dernière fête de Noël avec papa-maman-frère-et-soeurs. Là, il y a carrément trop à remercier, d'autant plus que les cadeaux de Maman ont plu comme pluie en Angleterre.
Et enfin messe de minuit. Cela devait bien faire 5 ans que je n'avais plus trouvé la motivation pour y assister, mais j'y ai été poussée presque contre mon gré par ma chère et pieuse soeur Alice. Et là, je me suis rappelée pourquoi je m'étais promise de ne plus aller à la messe avec elle.
Les fous rires.
Dramatique.
Toujours au moment où il le faut le moins.
Enfin, comme personne ne pouvait nous identifier, nous nous y sommes données à coeur joie et cela a probablement été la messe de Noël la plus fun (et aussi la plus sacrilège) que j'aie jamais connue.
Bon allez je le dis mais rapidement alors. Merci Papa et Maman pour vos boucles d'oreilles, votre casque-micro pour parler sur skype, votre clé USB, livre de cuisine, petite enveloppe et chaussures que vous m'avez offertes sans le savoir. Merci Eliane pour la BD que tu rêvais justement de t'acheter, j'apprécie ce sens aigu du sacrifice. Merci Alice pour ce DVD légendaire dont je n'ose citer le nom, et merci Guillaume pour cette tasse que j'ai failli t'offrir. Merci à tous ceux qui m'ont envoyé leurs voeux!
Joyeux Noël!!!
Voilà qui est dit. Je ne devrais plus vous écrire avant le 6 janvier, donc je vous souhaite également une excellente année, une gourmande épiphanie pour ceux qui la fêtent, de bonnes vacances pour les uns et beaucoup de courage pour les examens pour les autres (m'excusant déjà de ne point divertir leurs jours de mes posts).

Friday, December 23, 2005

Hé voilà, je suis de retour en Belgique depuis hier soir. Toute une aventure, si vous voulez mon humble avis.
Hier, ma journée a été fort occupée en lessives et adieux en tous genres, lorsqu'à 16h je me suis rendue compte de la dure vérité: il ne me restait plus qu'un heure pour faire mes valises. Branle-bas de combat, j'ai tout entassé vite fait, même la lessive qui était encore à sécher, même les chaussures sans les mettre dans des sacs plastiques (pour ne pas salir mes vêtement, comme ma maman me l'a enseigné).
Mais faut-il rappeler les prémentionnés nombreux sacs de shopping et moose géant de Macy? L'évidence m'a frappée de plein fouet une demie-heure seulement avant que je ne doive partir.
Il me fallait deux valises.
Zut.
Deux valises, c'est lourd.
Et déballer les emballages que le monsieur de chez GAP avait mis plus d'une demie-heure à faire n'y a rien changé.
Je me suis donc résignée dans l'urgence à prendre deux bagages. Cela n'a l'air de rien comme ça - après tout, la nature m'a admirablement pourvue de deux bras - mais deux valises, c'est lourd et encombrant.


Spécialement lorsque l'arrêt de métro est en zone 4 et qu'il n'y a pas d'escalators.
Certaines personnes charitables m'ont bien heureusement aidée dans le métro mais elles n'étaient pas légion. Généralement, la plupart me regardaient d'un air louche, dubitatif, suspect, voire suspicieux. Certainement, de si volumineuses valises ne pouvaient que contenir quelques tonnes d'explosifs. J'ai surpris une petite vieille à changer de wagon.
Enfin, après moultes efforts, je suis arrivée à Waterloo station. File immense (provoquée par des retardataires pour le train de Paris de 18h42), j'ai poireauté dans la file pendant plus de 3/4 d'heure avec mes immenses valises. J'ai réussi à éviter la fouille, ce à quoi ma voisine de file, aux moultes piercings et cheveux oranges flashs, n'a pu échapper. Et enfin, je me suis retrouvée dans l'Eurostar, dans la voiture un.
La voiture un: cela pourrait faire penser qu'il s'agirait d'un très proche wagon. Cela m'a soulagée lorsque j'ai regardé mon ticket. Naïve! Les apparences sont bien trompeuses. Il s'agissait en réalité du wagon le plus éloigné possible - pour l'aller comme pour le retour. Et les gens qui portent déjà une valise ne sont pas sympas. Ils n'aident pas ceux qui en portent deux.
Bref, je m'assois à ma place avec trois Lillois - deux filles et un garçon. Les filles lisaient la dernière édition de Glamour, en avouant n'en pas comprendre la moitié, et le mec jouait à la game boy; moi, j'ai sorti "the Economist", ça a tout de suite créé un contraste. Enfin j'ai dormi le reste du voyage donc cela m'a peu aidé de jouer à l'intello puisque je n'ai noué conversation avec personne.
Et de retour en Belgique j'ai eu la joie de voir mon petit Papa qui venait m'aider à porter mes valises... Mais j'étais épuisée! J'ai dormi comme jamais je n'ai dormi, et mes courbatures le lendemain n'avaient d'égales que la taille du moose que Macy va recevoir.
Enfin, aujourd'hui, j'ai pu photocopier "De Regoutse Courant" qui est maintenant fin prêt à la
distribution. J'ai également vu Diane qui avait fini ses examens ce matin, bien en forme si vous voulez mon avis, et je lui recommande vivement de rompre cette habitude de lire mon blog sans jamais laisser de commentaires...
Diane a pris pour vous cette photographie exclusive: moosebelly (qui était du voyage) et moi-même posant pour la postérité. Vous pouvez admirer sa barbiche.
Et ce soir, fête de Noël avec la famille de Maman. Le champagne était fort bon ma foi, nous en avons tous bien abusé - tout comme le vin, le porto et le cognac - et fort apparemment mon lift dont je ne citerai pas le nom mais qui se reconnaitra en avait profité également. Qu'est-ce que j'ai eu peur. J'ai cru ne jamais arriver entière pour vous le raconter. Conducteur(trice), s'il-te-plaît, ne réitère pas l'expérience...
Je remercie Emilie pour son superbe sac de soirée (et je me permets de la remercier en premier parce que je sais qu'elle est la plus susceptible de lire mon blog), ainsi que Donatienne & Oliver pour agenda-livre de cuisine (justement j'avais besoin des deux), stylo assorti et calendrier, et mon cher Parrain & Sabrina pour leur petite enveloppe habillement cachée parmi des bougies parfumées. Ca m'a fait fort plaisir et ça me sera très utile en Angleterre. Si vous ne me les aviez pas offert, je les aurai achetés de moi-même.
A demain fort probablement, je vous floode de posts avant de partir aux sports d'hiver où je vous sevrerai brutalement de mes nouvelles pendant près de dix jours.

Tuesday, December 20, 2005

De Regoutse Courant
(Ceci est un message à l'attention de ma famille)
(Mais vous pouvez quand même le lire si vous n'en faites pas partie)
Voici réalisée l'édition spéciale Noël 2005 du Regoutse Courant, rassemblant nos voeux pour nos grands-parents. J'ai réalisé neuf pages dans le temps record de 8h (et 3h de retouche ce matin).
Voici un bref aperçu:
Front page:
Le fait du jour p.2 et 3:

Interview par Eliane p.4, Conte de Noël par Arnaud p.5, avec BD de Regout Sport, Chamois et Cie:Psycho par Alice et Pascaline p.6, People p.7:Art et Culture p.8, Information pratique p.9:

J'espère qu'après cela vous me vouerez une reconnaissance éternelle.

Les questions que vous pourriez vous poser:

Q: Quel format? A: Format A3

Q: Est-ce qu'on l'aura en couleur? A: Non. Mais le noir et blanc donne bien aussi.

Q: Pourquoi y a pas d'accents dans les titres? A: Parce que j'utilise un clavier anglophone qwerty.

Au plaisir de vous voir tous le 23...

Continuons petit à petit ma semaine éprouvante...
Vendredi soir: Christmas party avec mes classmates et professeurs.
Le principe: chacun a apporté de la nourriture de son pays. J'ai cuit de délicieux Vanilla Kipfern (recette familiale).
Malheureusement je n'ai pas réussi à trouver de sucre vanillé... Ce qui fait que j'ai cuit des Kipfern sans vanilla, soit des Kipferns tout court. Ca a exactement le goût d'un shortbread. Quoi qu'il en soit, mes "homemade shortbreads" ont eu un succès fou.
Au menu nous avons eu pas mal de plats épicés, j'en étais soulagée de me rassasier de "macaronis & cheese" américains. Nous avons également eu des sushis (donc la sauce soja a été mélangée avec du wasabi), ce qui me rappelle que ça fait un temps fou que je n'en ai plus mangé. Je lance officiellement l'invitation à m'inviter manger des sushis dès mon retour en Belgique.
Et pour courroner la soirée, Santa est même venu nous rendre visite! Toute ressemblance avec mon professeur de print journalism est purement fortuite.
Voila enfin racontée ma semaine de Noël. Quel contraste dès le samedi matin, le campus était mort, et tout le monde était parti. Je dois être une des seules à délibérément rester plus longtemps pour terminer mes essays.
J'en profite pour remercier très officiellement Macy qui m'a aidé avec mon anglais académique. Ma reconnaissance n'a d'égale que la taille du moose qu'il va recevoir. Et il peut être sûr qu'il y aura une photo pour le démontrer.

Sunday, December 18, 2005

Suite de ma semaine - mercredi soir et jeudi
Mercredi soir: nous avons fêté Noël cacahuette au kot. Voici, plus ou moins, à quoi ressemblait la table de la cuisine...


Presque tous les cokoteurs ont participé. Une semaine avant, nous avons tiré au sort le nom de notre cacahuette - ce qui a été l'occasion, pour certains, de se rendre compte qu'ils ne connaissaient pas les noms de tous leurs cokotteurs.
Heureusement j'ai tiré Swati (sans arrière-pensée) dont je connais fort bien les goûts et les désirs. J'ai bien cru qu'elle avait deviné toute l'histoire lorsqu'elle m'a abordée en ces termes:
- Je sais que c'est toi qui a tiré mon nom.
Sueur froide, panique, mais comment le savait-elle?
En réalité elle ne savait pas. Mais a continué à plaisanter sur ce sujet toute la semaine.
Ici, je lui offre solennellement son cadeau: un porte-boucle-d'oreilles. Ca peut paraître anodin mais je peux vous affirmer qu'elle en rêvait.

Moi, pour ma part, j'ai reçu une trousse de toilette en soie chinoise... Très jolie. Je remercierais bien ma cokoteuse sur ce blog mais je ne connais pas son nom - et je doute qu'elle lise mon blog. Mais je n'en demeure pas moins reconnaissante dans le fond de mon âme.
Jeudi, Christmas shopping. Nous avons passé la journée à écumer Oxford Street, à lécher les vitrines et à sympathiser avec les vendeurs. Nous avons perdu plus d'une demie-heure chez GAP: le temps que l'emballeur a mis à nous emballer trois cadeaux. Une lenteur à devenir folles. En plus il ne nous causait même pas.
Une fois n'est pas coutume, mais je n'ai pas pu résister: je suis repartie avec cet adorable moose, qui me fixait d'un regard suppliant sur un étalage de Hamleys. Il s'appelle Moosebelly (c'est écrit sur l'étiquette), il a un très gros ventre, des pattes en triangle et une petite barbichette. Il est pour moi.
Juste une photo suggestive: retour de shopping à Oxford Circus.

Friday, December 16, 2005

MAJI AWARD WINNIG TEAM
L'équipe de gauche à droite: moi-même, Tan (Chine), Alec (USA), Laura (Italie) et Rania (Egypte).
Mardi et mercredi ont été une vraie course contre la montre. Comme je l'avais déjà dit, nous nous sommes divisés en quatre équipes pour créer notre propre journal. Notre "Harrow Sun" s'est trouvé en compétition avec "The Bacon Bugle", "The Tanja Times" et "The Codependent". Deux jours pour achever la compétition.
Mardi, nous avons travaillé sur l'actualité: quels thèmes couvrir, combien de mots, etc. J'ai couvert l'assassinat de Tueni à Beirut, les révélations concernant les prisons secrètes de la CIA et Gotovina plaidant non coupable.
Mercredi, nous avons mis tout cela en page, et ajouté quelques articles que nous avions écrit précédemment, comme des reviews, profiles ou travel pieces. Rania corrigeait les articles, Tan a réalisé la front page, Alec la page centrale et Laura la page arrière.
Tan et notre frontpage
J'ai été désignée volontaire pour être l'envoyée spéciale de la journée. C'est-à-dire, je me trouvais la plus près de la porte quand la nouvelle est arrivée. Il parait que c'est chose courante...
La nouvelle (inventée pour le journal) est arrivée à 11h: un métro s'était immobilisé entre King's Cross et Euston, pas moyen de contacter le chauffeur. De conférence en conférence, il est apparu qu'il y avait eu explosion; que les équipes de secours avaient beaucoup de mal à parvenir au train à cause de la fumée; et que les rames ne donnaient aucun signe de vie. Bref, de quoi présager une catastrophe (voire un acte terroriste???) Panique, nous voyions déjà nos headlines: "Tube under attack", mais sans en avoir aucune confirmation, ce qui était particulièrement ennuyeux pour la frontpage, car cela signifiait devoir tout redessiner à la dernière minute... Et finalement, à 16h (une heure avant la deadline), la vérité est apparue: accident technique, et le train était vide et hors service de toutes façons. Mais les services de secours ont mis 4h à le savoir. Bref, l'histoire est devenue tout à fait mineure, et nous n'avons pas eu à refaire la frontpage. Ceux qui l'avaient déjà refaite ont dû revenir à la page de départ. Bonne simulation d'une journée de travail en temps réel.
Après mûre délibération, les professeurs ont finalement désigné quel journal méritait le MAJI Award... (MAJI = MAster Journalism International). Nous l'avons gagné avec deux nominations (meilleure frontpage et meilleure backpage), et avons eu l'extrême honneur de repartir avec le trophée, un véritable chef d'oeuvre composé d'une imitation de cannette de bière John Smith's surmontée d'une boule de Noël.
Et finalement, pour nous souhaiter un bien joyeux Noël, nos deux professeurs nous ont offert des bics-oiseau avec des plumes de partout, particulièrement kitch.
La remise du bic kitch à notre prof de design (par notre prof de print journalism)
Nous avons célébré tout cela au Noodle bar.

Sunday, December 11, 2005

Réveillée en sursaut ce matin à 6h00 par une forte explosion. C'était comme si elle était toute proche, c'était très impressionant; je suis restée réveillée longtemps, me demandant ce qui avait bien pu se passer, et où.
Quelques heures plus tard, explication par la BBC:
"Large explosions have rocked a fuel depot near Hemel Hempstead in Hertfordshire shooting flames hundreds of feet into the sky."
Article: http://news.bbc.co.uk/1/hi/uk/4517962.stm


C'est une chose de l'entendre de ses propres oreilles et une autre de l'entendre à la télévision, mais je vous conseille de voir la vidéo. Vous l'avez peut-être entendu aussi... Le bruit a pu être perçu de loin.

Je ne sais pas exactement à quelle distance l'explosion s'est passée, mais dans le ciel bleu il y a des filets noir, que l'on pourrait confondre avec des nuages de beau temps si ce n'était l'odeur. On nous a conseillé de garder nos fenêtres fermées. Terrible perspective de ce que pourrait donner un monde plus pollué.


*** edit ***

Lundi 12 Décembre 0h26

Sondage auprès de mes flatmates. Interrogé 8 personnes sur les 16 vivant dans cet appartement. 3 seulement ont entendu l'explosion (et une est partie photographier les lieux, elle est en Photojournalisme). Dans ces 3 personnes, à 6h du matin, 2 étaient toujours réveillés à travailler sur leurs travaux (hé oui les temps sont durs), et la troisième c'était moi. D'où la question: aurais-je le sommeil léger? Il m'a semblé que c'était la fin du monde qui tombait sur ma tête. Incroyable que 13 autres personnes ne s'en soient pas réveillées.

Illustration 12 Décembre à 10h00.

C'est un réel soulagement qu'il n'y ait pas de perte humaine, toute la matinée je me suis rongée les sangs en espérant que ce bruit terrible ne correspondait pas à une catastrophe meurtrière. Le tribut écologique est très grand, l'air que je respire en ce moment en est largement empoisonné. Il est rageant de savoir que ce dépôt va continuer à brûler pendant des jours sans que l'on ne puisse l'en empêcher. En même temps, le mois passé, une histoire similaire s'est déroulée en Chine à une échelle bien plus grande (une rivière entière a été polluée), les médias n'en parlent plus. Comme quoi les catastrophes écologiques se répètent et s'oublient tout aussi rapidement. L'histoire est à suivre...

Thursday, December 08, 2005

Tadsaaaaam...
Je vous présente fièrement le fruit de mon travail de design... A droite, la front page du "Northwick Star", et à gauche, une inside page.

La semaine prochaine, nous aurons deux jours pour réaliser notre dernier assignment: notre propre newspaper, environ 5 pages, composé d'articles rédigés de notre propre main. Enfin un travail qui nous intéresse tous vraiment! Nous avons divisé la classe en quatre groupes de cinq. Notre première décision a été de prendre un déjeuner éditorial.

Chacun a préparé qqch. Alec (USA) a fait une salade de thon, Rania (Egypte) une salade de légumes, Yingzi (Chine) une soupe aux algues, et moi-même... Apercevez-vous le speculoos de la Saint Nicolas sur la table?

Tuesday, December 06, 2005

MERCI SAINT NICOLAS

Faith, USA: "That's the biggest cookie I've ever seen"


PS: J'ai besoin d'un DVD software... J'ai un lecteur DVD mais mon ordinateur refuse de les lire.

Monday, December 05, 2005

SAINT NICOLAS ARRIVE
Nos souliers sont sur le qui-vive
Nous avons été sages comme des petits moutons
Nous avons dit nos prières et chanté des chansons
Dérangé le kot à des heures infernales
Et même attiré l'âne avec un oreiller smile




Week-end très chargé. Comme j'avais passé une semaine horrible à cause de ces assignments et surtout à cause de cet article qui Dieu merci est rendu, j'ai décidé de consacrer mon week-end... A me détendre. Cela est vite apparu aussi épuisant que travailler, mis à part que j'en garde de meilleurs souvenirs.
Tout d'abord, Emeline est venue me voir. Nous avons passé le plus clair de notre temps à chercher des logements pour son futur séjour en Angleterre.


Même si ici nous partageons une bonne pinte de Guiness.
Samedi soir, nous sommes allée voir "The Woman in White" (the musical). Je ne peux que chaudement vous le recommender. De façon assez surprenante, pas de danse, mais un décor très intelligemment pensé et surtout des chansons magnifiques. Allez donc faire un tour sur http://www.womaninwhitethemusical.com/WIW_London/frameset.htm section musique et écoutez la démo de 8 minutes... Vous verrez ce que je veux dire.
Dimanche, j'ai organisé l'anniversaire surprise de Sarah (qui n'était plus surprise à cause d'indiscrétions grecques). Le plan initial était d'aller faire du patin à glace à Kew Garden.


Voilà une partie du groupe initial. Comme vous pouvez le constater, le jour était parfait, le soleil brillait comme jamais il n'a brillé sur ciel londonien. Si seulement... Mais il est apparu que l'idée a eu trop de succès et nous nous sommes retrouvés à 23. Oui, 23 personnes SANS réservation... Vous devinez la suite. Plus de place. Nous sommes allés à la patinoire du National History museum. Plus de place non plus. Nous avons renoncé et échoué dans un pub, ce qui n'était pas mal non plus.
Puis, le soir, nous sommes allés à BELGO, le fameux restaurant belge dont je vous ai déjà parlé.



Et voilà ce que ça donne. J'ai réussi à manager au moins une surprise: une gaufre belge avec une bougie au son du joyeux anniversaire. Si vous regardez bien, il est écrit: "Happy Birthday Sarah" sur l'assiette.

Et voici le souvenir que Sarah en a écrit sur un carton de bière.

Pas de doutes, cette signature est authentique.
Et pour finir, nous avons pris quelques photos dans les rues de Londres illuminées à l'approche de Noël. Voici l'arbre de Covent Garden:


Et finalement, je rends hommage à cette photographie prise par Lulu d'un sans-abri sous les vitrines de Noël. Elle parle d'elle-même.

Voilà mon week-end. De très bons moments de détente qui sont plus que précieux.
Beaucoup d'entre vous m'ont demandé quand je rentrais en Belgique, alors autant en faire un communiqué de presse: je rentre le 21 décembre à 22h. Je ne suis disponible que les midis jusqu'au 25 où je pars aux sports d'hiver. J'aurai encore un court séjour en Belgique du 5 au 7 janvier. Je sais que cela ne vous laisse pas vraiment le temps de me voir mais de toutes façons je suppose que vous êtes tous en blocus et n'avez pas vraiment la tête à sortir. Je compatis sincèrement, et rassurez-vous il y a une justice, j'ai dû travailler sans arrêt depuis le début de l'année.

Thursday, December 01, 2005

Bon, j'avoue. Samedi était un jour frustrant. Un peu déprimé aussi, mais je ne m'en suis vraiment rendue compte que les jours suivants, lorsque tout le monde a commencé à se soucier pour ma santé mentale. J'avais passé la journée à la British Library à travailler comme une mule, le soir je n'arrivais plus à me concentrer, et je me sentais très seule de n'avoir vu personne de la journée.
Quoiqu'il en soit, j'ai l'immense plaisir de vous annoncer que mon article est terminé - mes articles en réalité, parce que j'ai dû en écrire d'autres depuis. Il n'est pas parfait. C'est-à-dire, il est très loin d'être objectif. Je désapprouve avec ce que l'on m'apprend ici, à savoir que l'objectivité n'est pas essentielle du moment que l'information soit complète et que la parole soit donnée à tous. Cette question me travaille, c'est d'ailleurs le thème que j'ai choisi pour un nouvel essay: l'objectivité est-elle désirable? Je sais en tous cas qu'elle n'est pas possible, mais je pense qu'il s'agit d'un but à viser même si on ne sait pas l'atteindre. Suite au prochain numéro - je commence mon essay demain.
En fait, tous mes professeurs me le disent: je suis trop perfectionniste. "You are very conscientious and probably setting yourself very high standards - maybe higher than you need to. Though that is a good fault, it's not good to let it make you too anxious" m'a écrit un d'entre eux. Je suppose que j'ai pas mal à désapprendre ici, des choses valorisées dans le monde académique mais qui ne peuvent pas survivre dans les médias.

Ceci dit, je suis allée voir Chicago lundi. Non, je ne vais rien écrire dessus, merci j'en ai déjà assez fait cette semaine :-) Mais voici quelques photos

Oui, elles ont été prises illégalement. Oui, je pourrais être poursuivie en justice. Bon, il serait temps que certains d'entre vous créent un blog également, ça me permettrait de garder contact avec la Belgique... J'ai l'impression de vivre ici depuis des décennies.

Saturday, November 26, 2005

Je sais que j'écris beaucoup sur mon blog ces derniers temps. Ce n'est pas que je sois en face de mon ordinateur plus souvent que d'habitude, c'est que je n'arrive plus à me concentrer. Je veux dire, me concentrer sur cet article que je dois rendre la semaine prochaine. Jusqu'il y a peu, quelle que soit l'heure à laquelle je rentrais, j'arrivais à travailler jusqu'à 1 ou 2 heures du matin de manière satisfaisante. Maintenant, j'ouvre mon document, je le relis et de nouveau les mots m'échappent, je ne sais pas du tout comment l'aborder, j'en change toute la structure et c'est encore pire qu'avant. En parallèle je lis ce que d'autres personnes écrivent, dans mon cours, dans les journaux et sur internet, et soudainement j'ai l'impression de n'avoir rien à dire, aucune idée, aucun style littéraire. C'est très frustrant.
J'ai essayé de me concentrer sur d'autres travaux en attendant une idée salvatrice, mais je n'ai plus le choix maintenant, il faut que je le rédige. J'ai terminé toute la partie recherche pour mes autres essays et il n'y a plus grand chose d'autre que je puisse faire sinon résoudre le problème le plus urgent. La deadline de mon article est vendredi. Je n'arrive pas à me détacher des mots de mon texte et à y réfléchir, et finalement je décide de laisser tomber et d'aller dormir, mais je reste réveillée presque toute la nuit parce que je n'arrête pas de penser à cela.
J'ai beaucoup aimé tout le côté du rassemblement d'information, les interviews et la recherche, mais maintenant que je dois rédiger, les choses sont très différentes. Mon article parle de la procédure d'expulsion en Belgique. Beaucoup de termes juridiques, qui n'ont pas toujours d'équivalent en anglais, pour commencer. Et puis, écrire en anglais n'est pas compliqué en soi, mais écrire avec style est une tout autre question. Comment structurer ce que j'ai à dire? Qu'est-ce que je dois dire avant quoi, quand est-ce que je dois citer des gens, qui dois-je citer, et comment? La vérité, c'est que je n'ai aucune idée de la façon dont je dois rédiger un article de 2000 mots, et mon professeur n'aide pas beaucoup. "The rule is that there is no rule", qu'il dit, mais il doit certainement y avoir QUELQUES règles, ou au moins des erreurs à ne pas faire. Cela a à voir avec l'intuition je suppose, avec le talent peut-être. Ca fait déjà deux semaines que je me casse la tête là dessus, et l'idée que dans la vraie vie j'aurais dû le rédiger en un ou deux jours me terrifie.
Je manque terriblement d'expérience et je le sens. Je ne suis pas la seule à venir tout droit du BA, c'est déjà ça, mais je suis bien la seule à n'avoir aucune sorte d'expérience journalistique. Et, pire, je suis bien la seule à n'être intéressée par aucun sujet, à n'avoir aucune opinion sur rien. Et la façon dont j'écris est simplement froide et ennuyeuse au possible, académique et sans aucune originalité.
Bref, je remets en question les raisons pour lesquelles j'ai choisi le journalisme. Je me rend compte que le métier est en réalité bien plus compliqué tout en étant bien moins prestigieux que ce que je pensais. Que cela demande du travail, mais aussi du talent. Chaque jour. Même les jours sans.
Que cela demande aussi de comprendre les choses. Ou au moins d'essayer de les comprendre, ce qui prouverait d'une certaine façon que je m'y intéresse. Avoir des idées. Avoir des arguments. Avoir des opinions. Savoir les décrire dans des mots que les gens ont envie de lire.
Et je sens que j'ai encore beaucoup de chemin pour y arriver...
Je vous rassure ceci dit, Papa-Maman surtout, je me débrouille bien aux cours. Mes points aux travaux académiques sont très bons et mes articles ne sont pas trop mal. J'ai parlé de mes soucis à mon professeur, et il m'a dit que je ne devais pas m'en faire.
Je suppose que cette histoire d'article va se résoudre avec le stress de la dernière minute.

Monday, November 21, 2005

C'est officiel. La température a chuté. Le verglas recouvre les chemins, les feuilles givrent sur les arbres, les fenêtres sont blanches. En un mot, CA CAILLE FERME.
Le genre de froid qui vous prend à la gorge dès la première bouffée d'air, si vous voyez ce que je veux dire. Pas de vent, pas de nuage, simplement l'air glacé et ce p**** de verglas sur les routes. Il fait polaire, je dirais. Antarctique.
Etant donné les circonstances, j'ai dû prendre une décision de première importance:


Et j'ai acheté ce superbe ensemble pour faire face à un hiver extrême.
Sinon, ce soir, je suis allée voir un de mes amis de cours chanter à un bar. Extraordinaire de voir tous ces chanteurs qui n'ont jamais percé ancrer leur voix dans la vie souterraine de Londres. Comment se fait-ils qu'ils se soient retrouvés là, dans une cave à moitié éclairée, chantant pour à peine une dizaine de personnes?
Celui-là est français. Mignon et très sympa, jusqu'à ce que sa copine arrive.

Friday, November 18, 2005

"Les alarmes incendies sont le meilleur moyen de socialiser avec les voisins"... qu'on m'a dit.
D'un côté c'est vrai. A 3h du matin, quand l'alarme sonne, il y a des chances pour que beaucoup de gens se trouvent dans l'immeuble.
D'un autre côté... Je ne sais pas pour vous, mais quand je me réveille à 3h du matin, j'ai les yeux en balle de ping pong, les cheveux dans tous les sens, un pyjama immonde, et la panique m'envahissant il me prend la stupide idée de sauver qqch, comme mon ordinateur, par exemple.
Ce qui fait que nous nous retrouvons tous dehors, dans le froid, il gèle à pierre fendre, il y a du verglas, on s'étale tous à plat ventre, et l'alarme sonne pendant des heures... et des heures... Tout ça pour un c** qui a fumé dans sa chambre.
C'est vrai, nous socialisons. Le lendemain matin, les gens me reconnaissent. "Mais oui, tu es la fille qui a sauvé son laptop"...
Bref. Semaine très relax. De shopping en cinémas, de cinémas en restos, de restos en pubs... Tout va bien. Grace à mes fréquentations internationales, j'ai mangé Grec, Islandais et Thaïlandais.

Voilà une photo de quelques étudiants de la section broadcast.


Toujours avec un brin de dépaysement. Ici, Laura, Roumanie, dansant traditionnellement.

Et ici quelques amis de la section print (la mienne). De gauche à droite: Américain, Sud-Africaine, Belge, Grec, Australienne. Pub sympathique dont j'ai oublié le nom mais où on sert des bières belges (dont une bonne douzaine se prétendent belges, mais que je n'ai jamais vues au Brasse-Temps).

Eyglo et son copain Binni, islandais (mais peut-être l'auriez-vous deviné par vous-même...)

Je suis aussi allée voir Harry Potter. Même pas honte de le dire. C'est fou ce que les chinoises aiment Harry Potter... Parfois je me demande si ce n'est pas leur motivation principale pour avoir déménagé en Angleterre. J'ai été très déçue du film, pour tout vous dire, et ce ne sont pas mes amis du master en film production qui vous diront le contraire. Tout est baclé de façon presque scandaleuse. Les chinoises en pleuraient presque de dépit.

Wednesday, November 09, 2005

Félicitations aux nouveaux mariés



Retour en Belgique marqué par le mariage de Valérie et Charles, auxquels je souhaite tous mes voeux de bonheur. Très jolie cérémonie, une petite larme d'émotion m'est même venue au coin de l'oeil. Même si je n'ai pas su éviter les traditionnels "et toi, c'est quand ton tour?"
L'occasion également de revoir une tête qui avait disparu depuis quelques mois:


Gaëlle nous a fait la faveur exceptionnelle de revenir de Pologne pour partager une coupe de champagne.
Sinon, le week-end a été riche en activités et ragots de tous genres. Alice a fêté ses 19 ans devant un grand plat de moules-frites (une fois), en l'honneur de Strepy qui lui a fait découvrir ce petit plaisir gastronomique qui, faut-il le rappeler, fait l'orgueil de notre pays.


Elle a reçu de ses amis, entre autres: un string en bonbons, un casque à boire ou encore un roulette à boire. C'est dire les moeurs dissolues qu'elle a dévelopées à Louvain. Je ne doute pas que tout cela lui sera très utile un jour.
Photo de famille:


BREAKING NEWS
Amaury a été aperçu ce samedi portant des chaussettes irlandaises. Il alors se rendait à une petite fête entre amis lorsqu'il s'est exclamé: "Quoi, je porte des chaussettes irlandaises? C'est un scandale!". Ce dernier se montre extrêmement choqué de ce qu'il perçoit contre un acte de trahison. L'enquête est en cours.
Après toutes ces révélations et autres activités diverses et en tout genre, je suis rentrée en Belgique avec une valise pleine de chocolats, comme à l'accoutumée.

Et j'allais l'oublier, une photo prise spécialement pour faire plaisir à Seb:

En parlant de chinois, j'ai appris à écrire mon nom dans ce charmant langage: 丝碧儿, ou encore 思壁. Tous les deux ont un sens parait-il. Le premier représente la couleur vert printemps (ce qui est bien, vu que je suis née au printemps, 21 mars, l'avis est lancé). Le second, parait-il, vient d'une légende chinoise et symbolise la situation de se trouver face à un mur et de s'arrêter pour réfléchir à la façon de le dépasser. Cela est bien drôle (哈哈哈 diraient nos amis chinois) et me permet de nouer contact via msn avec les asiatiques de mon cours.

Voila, cette semaine est relax, vu que je n'ai pas d'essay à rendre d'ici la fin du mois. Si vous voulez me rendre visite, n'hésitez pas.