Thursday, August 20, 2009

Un peu de culture...

Demander à Sybille de ne pas parler nourriture c'est comme demander à Seb de ne pas parler d’Obama ou à l’autre Seb de ne pas parler notariat – On aimerait bien mais c’est tout simplement illusoire. Encore que dernièrement, renouvellement du contrat Fnrs oblige, elle nous a beaucoup parlé de son nouveau joujou facebookien : Farmville. Cette ferme virtuelle lui a apparemment donnée l'envie d'aller plus loin, et de rejoindre virtuel et réel en adoptant un vrai cocotier. Elle a d'ailleurs eu le mauvais gout de l’appeler Cocotte alors que cocotier est masculin de son état et devrait donc s’appeler Cocot (oui car coco ça fait perroquet).

On arrive donc tout doucement après quelques cassages en règle –et un vent pour moi- au véritable sujet. Oui, moi aussi j’ai adopté des plantes réelles : Basil et Tomato, mes plants de basilics et de tomates cerises. Ces plants, élevés en plein air, nourris au terreau namurois et à l’engrais 100% vache, donnent aux invalides (il s’agit du nom de mon appartement) un air de ferme bruxelloise.

Basil le basilic

Par ferme bruxelloise vous devez comprendre : toute espace aéré contenant un, deux voire trois pots de terre meuble avec des plantes ayant reçu un semblant d’attention mais dont la pollution environnante entrave le bon développement.

On repère facilement la ferme bruxelloise à plusieurs caractéristiques bien précises :

  1. A la taille : le bruxellois ayant une peur viscérale de tout ce qui pousse vert, avec des feuilles et envahit son espace vital, la taille des plantes dépasse rarement 50 cm de hauteur.
  2. A la couleur : ca forme un ensemble plutôt vert sur un fond de béton. Une couleur jaune indique un abandon des bonnes intentions du bruxellois. Faut pas lui en vouloir, il est bruxellois. Attention aussi à ne pas confondre jeunes plants de tomates et plants de cannabis, ces derniers étant généralement cultivés par un bruxellois récemment pubère.
  3. A l’odeur : l’engrais de vache c’est jamais que de la m… mais ça donne du goût et du volume aux tomates.
  4. Aux cris d’admiration émis par la faune locale à la vue de tomates ne se trouvant pas emballées dans du plastique au milieu de leur supermarché préféré.

Cette ferme bruxelloise m’a valu quelques taquineries de la part de mes colocataires qui ont trouvé là, et à bon compte, un motif de railleries accessible à leurs cerveaux simplets.

Mais le temps passa, et les moqueries cessèrent lorsqu'ils virent queje pris soins de mes petits plants. Apportant beaucoup d’eau à Basil, enlevant les rejets de Tomato, les protégeant de la pluie aussi par peur des maladies. Je leur laissais la radio allumée par mauvais temps de sorte qu’ils ne dépriment pas trop(…). Je m’assurais qu’ils aient toujours un maximum de lumière n’hésitant pas à les changer de place plusieurs fois par jour. Engageant des green-siter pour les arroser en mon absence.

Tomato le plant de tomates

Le temps passa encore et les petites piques verbales se transformèrent en "mmmh" car mon travail portait enfin ses fruits : de délicieuses petites tomates cerises de Tomato qui sont un régal à l’apéro que j’accompagne d’un peu de feuilles de Basil. De temps en temps, j’y rajoute un peu de mozarella et d’huile d’olive vierge extra première pression à froid de culture biologique acheté-100€-au-marché-mais-c’est-pas-cher-car-c’est-meilleur-pour-la-santé.

Manger des tomates cerises, c’est ma joie, mais à supposer que Sybille parvienne à obtenir des fruits de Cocot et comme le dit si bien un proverbe africain bien connu :

« Qui mange une noix de coco, fait confiance à son anus !»

Et bientôt, les invalides auront de la ciboulette, inutile de vous dire qu’on a déjà trouvé un nom depuis un bon mois, féminin celui-là.

7 comments:

Her sister said...

C'est marrant, mais j'ai un prénom autant féminin que masculin pour ton plan de ciboulette: bouboule.

Vincent said...

Comme quoi, c'est tout un art de blogguer!!

Seb - Strep said...

Je dois apporter une précision de taille. Basile n'est pas nourri en plein air. Il réside dans la cuisine.

Seconde précision de taille : on se fout encore et toujours de ta gueule avec tes plantes.

Troisième précision de taille : c'est cool quand même ces plantes, il faut que tu continues comme ça.

Quatrième précision de taille : faut aller adopter Syboule.

Cinquième précision de (petite) taille : je ne fais pas que parler de notariat (euuuuuh...)

Enfin, pour conclure, je me demandais pourquoi tu avais pris des photos de Basile et Tomato hier. Aujourd'hui je le sais. Quand je pense que j'ai encore failli me moquer de tes prétendus talents artistiques.

maman said...

je suggère aussi un plant de persil ou d'aneth, pour le goût. Pas pour le nom.

Fix said...

Je suis d'accord avec vous. D'ailleurs Seb a acheter un plan d'aneth il y a deux jours mais il a tellement la main verte qu'il est déjà mort...

Strep said...

M'enfin pas du tout.
Je ne comptais pas le planter, mais tout manger.
Pour le surplus, il a eu très chaud.
Et enfin, je pensais que Fix l'avais adopté.
Malheureusement, non.

Bibil said...

C'est gentil Fix, maintenant google va arriver sur mon blog à partir du mot "anus" :-)
Déjà que j'ai tous les amateurs de "string sale", d'où est-ce que ça vient je ne sais pas.
Toutes mes condoléances pour Anette le plan d'aneth.