Wednesday, March 08, 2017

Productivité

Je me suis remise à coudre pour le Fil de Bibil... Et bien, cela fait du bien! Mon salon est une scène de chaos post-apocalyptique, j'ai du tissu partout, je ne trouve plus mes ciseaux dans tout ce désordre, et parfois je ne suis pas même sûre d'où se trouve mon chien... Mais cela découpe, brode et coud et je peux vraiment partir dans tous les sens, cela fait du bien... 
Ces derniers mois je m'étais forcée à me restreindre un peu du côté créatif. J'ai remarqué qu'à la fin de ma thèse, j'étais obsédée par l'idée de la productivité. Chaque minute devait être passée à produire quelque chose. Je ne pouvais plus simplement passer une soirée à me détendre devant la télévision, il fallait faire de la couture, du point de croix ou autre, et ma détente c'était ça. Au fond cela ne me détendait pas, parce que je me rendais compte que je produisais pour produire. Je m'engageais dans tout et me mettais des échéances. Comme pour ma thèse, je ne prenais plus de plaisir à le faire, je vomissais des pages de la même manière que j'empilais des bavoirs. A l'époque, je me sentais tellement nulle part et en retard dans tout qu'il fallait que j'aie du rendement. 
J'ai finalement eu assez peu de temps entre la fin de ma thèse et le début de mon nouveau travail. Quand j'ai commencé en temps plein dans un secteur totalement différent de ma thèse, cela m'a demandé beaucoup d'énergie pour m'adapter, et la couture avait un peu la même sensation que sur la fin de ma thèse. Passion au départ, obligation à la fin. Bref, ces derniers mois, j'ai pris un break avec la couture, et je me suis obligée à faire d'autres choses à la place, comme lire des livres, jouer à des jeux de société, faire du sport, voir des amis. 
Et maintenant, six mois après avoir commencé mon nouveau travail, je commence à me stabiliser. J'ai enfin l'énergie nécessaire pour pousser le Fil de Bibil dans la direction voulue. Je vous prépare un site web, nouveau logo, nouvelle collection de tissus, et en attendant j'ai produit des bavoirs à la pelle pour épuiser tous mes "anciens" tissus. Car je sais que si je ne fais rien, ils vont rester languir dans un coin de mon stock. C'est une sorte de nettoyage de printemps en somme...
Qu'est-ce que cela fait du bien de s'y remettre! J'avais oublié ce que cela donnait, de s'investir complètement dans un projet créatif d'envergure. 44 bavoirs sont en production et je pourrais continuer si je le souhaitais... 
Et sinon, j'ai fait des pieuvres. 

Vous avez vu l'amélioration par rapport à la dernière fois? Hein? 
A très bientôt!

No comments: