Friday, January 22, 2016

Mais où est passée Bibil?

Je vous rassure, je suis vivante! Mais j'ai été relativement absente de la blogosphère à cause de la conjonction de deux facteurs importants:
1. J'ai commencé des cours de néerlandais intensifs, 3h30 par jour + les devoirs et l'étude; mais aussi
2. Je suis en train de terminer ma thèse!
Enfin, quand je dis terminer ma thèse... Je veux réellement dire que je suis en train de terminer les modifications de mon manuscrit selon les conseils que m'a donnés mon promoteur, manuscrit qui était déjà le manuscrit numéro 2, pour rappel. Puis je lui soumettrai mon manuscrit numéro 3 pour approbation, et là on verra si je suis vraiment près ou loin de la terminer... Parce qu'il y aura d'office un numéro 4, ne nous leurrons pas... Ce qui me donne envie de vous partager ce PhD Comics très approprié:

Mais l'important est que chaque jour qui passe me rapproche du Saint Graal, à savoir le cachet de l'administration sur mon manuscrit, ce qui officialisera le moment où cette thèse quittera le giron familial pour aller dans la cour des grands. Au bout de 6,5 ans je pense que la comparaison se vaut. Sérieux, j'ai des potes qui ont eu des enfants au même moment que mon début de thèse, et le fait de les savoir déjà en primaire, comment dire...
Et aussi, j'ai des estimations de dates! En théorie, je devrais rendre mi-février, pour une défense en avril-mai (selon les disponibilités du jury). Alors non, je n'ai pas encore de date précise. Et encore moins de lieu, et clairement je n'ai pas encore planifié ma fête de fin de thèse. Mais j'ai un jury, c'est déjà pas mal. D'autant plus que je suis parvenue à avoir un des pontes de ma discipline, ce qui me rend en même temps fière (waw! ça claque!) et nerveuse (oui mais... si il me détruit?). Et en fait, plus je progresse dans l'écriture, et plus j'ai l'impression que la qualité de ma production, disons... Comme le disait "Vie de thésarde", à l'époque...

Là, j'en suis au stade de la flaque. Le rafistolage, c'était l'étape d'avant. Le sentiment est un peu, comment dire...
Bref, pour vous dire à quel point je suis sérieuse, j'ai rangé ma machine à coudre (!!!!!!) et plus de couture jusqu'à la remise. Sauf les cours, parce que sinon je suis paumée par rapport au reste du groupe. Et sauf Cousu Main, parce que là c'est pas pareil, je regarde de la couture, je n'en fais pas. Ce qui est exactement le même type de torture que de regarder le Meilleur Pâtissier quand on est au régime.
Mmmmh, pâtisserie...

Sunday, January 03, 2016

Et bonne année, hein!

Aaaah que voici venu le moment d'une année nouvelle... Un moment de réflexion et d'évaluation sur l'année écoulée, des résolutions sur la façon de s'améliorer, de viser à la perfection, d'atteindre les étoiles... Ou alors simplement la survie à un mois entier de bonne nourriture et boissons trop abondantes. Raclettes, tartiflettes, croziflettes, foie gras et autres viandes en sauce, enfin bref, c'est le moment où on roule sur une nouvelle couche de gras quand on se tourne dans son lit, et où les blogs de cuisine vous proposent du light et du détox.
Il est fréquent dans les conversations de cette année, 1. de se souhaiter la bonne année à outrance jusqu'à l'envie de défenestration, et 2. d'exposer ses bonnes résolutions. D'un côté, il y a ceux qui disent qu'ils ne prennent pas de résolution, que leurs résolutions c'est toute l'année (lire: ils n'ont pas le foie suffisamment en crise pour lâcher le champagne et le canard au calvados). Et d'autres qui tentent quand même de se fixer un objectif. Pour ma part, ma fin de thèse et ma gastrite ont décidé pour moi des restrictions gastronomiques et festives de 2015 et de me faire vivre en ascète pour la majeure partie de l'année. D'ailleurs je pense qu'on peut le dire sans crainte: l'année qui vient de s'écouler n'a pas été ma meilleure. J'ai dû apprendre à vivre seule. J'ai dû terminer ma thèse. J'ai été en crise de mars à octobre, avec gastrite, sciatique, tendinite, et même si en relativisant on réalise que rien de cela n'est mortel, vivre avec la douleur jour et nuit pendant six mois, ce n'est pas de nature à vous rendre le moral guilleret. En bref, j'en ai bavé. L'année se termine sur une note positive, cependant, puisque j'ai une réelle perspective de rendre ma thèse, et que je pourrai enfin passer à autre chose, et je l'espère me trouver un emploi assez rapidement. 
Mes bonnes résolutions, une fois ma thèse rendue, sera de retourner à la vie sociale, quitte à limiter la couture s'il le faut (arg! drastique!). Il est vrai que la plupart des occasions sociales tournent autour de la nourriture et des boissons, le plus souvent le soir, et quand on a eu une dure journée, il faut vraiment se forcer. On est vite tentés de se faire une soirée canapé. Ma thèse n'est pas encore rendue, ma gastrite est toujours là, et j'ai toujours piscine, couture, écriture créative et yoga en plus de mon planning thèse et des cours de néerlandais que je vais commencer demain. Bref, j'ai réalisé que je ne voyais plus les gens que par concours de circonstance, alors qu'avant j'étais assez proactive dans l'entretien de mes amitiés. S'il y a une bonne résolution à prendre en 2016, c'est bien celle-là.
Ca, et me coudre des blouses. Plein de blouses.

PS: Pour les soldes, il y a 20% de réduction sur le Fil de Bibil à partir de 15€ d'achat en introduisant le code "soldes"... Offre jusqu'au 31 janvier!