Wednesday, May 25, 2016

Un sac pour Adèle


Dans notre société contemporaine, nous pouvons faire deux observations pertinentes:
1. Coudre des sacs comme celui que vous voyez là, c'est le bad à mort. Cela implique une tirette, du passepoil, la maîtrise de certaines proportions, de la couture sur beaucoup d'épaisseurs différentes et beaucoup de prise de tête. Et en plus, ça prend un temps bête. C'est pourquoi je ne le fais jamais.
2. Certaines personnes sont très spécifiques quant à ce qui leur ferait plaisir, et sont aussi très insistantes.
Par exemple, mon amie S. qui, non contente d'insister à fond sur le fait que cela lui ferait teeeeeeellement plaisir d'avoir ce sac, que le patchwork elle s'en fout, que c'est le seul cadeau de naissance qu'elle me demandera jamais, et que oui elle savait que je n'aimais pas faire ça et que je lui avais déjà dit non, mais ce sac sa fille pourrait le garder toute sa vie, etc etc. Et d'ailleurs elle avait déjà le tissu, qui bien sûr n'était pas du tout un tissu adapté pour faire un sac, et d'une couleur rose pâle très fade, mais soit. 
Bref, c'est bien pour une fois. N'importe qui d'autre me demande un sac week-end, je l'envoie chier, je le préviens. (Ou je l'envoie chez Astrid qui en fait des magnifiques et qui sont de bien meilleure qualité que ce que je pourrais jamais faire).
Donc, j'ai fait comme pour toute chose que je n'aime pas particulièrement faire: j'ai procrastiné, jusqu'à ce que je commence à avoir des entretiens d'embauche et que je me dise, autant mettre ça derrière moi tant que j'ai encore le temps de le faire. Et puis je dois dire que de façon sporadique (disons, toutes les deux semaines), ladite amie me rappelait que bon d'accord j'avais ma fin de thèse, mes cours de néerlandais et mes candidatures, mais il y avaient quand même des enfants qui étaient nés après le sien qui recevaient des patchworks, et que d'ailleurs cela fait six mois qu'elle balade les affaires de sa fille dans un sac Ikea. 
Je me suis un peu cassée la tête sur les associations de couleurs et sur le patron (que j'ai fini par faire moi-même, on n'est jamais mieux servi que par soi-même), puis j'ai associé son tissu rose pâle avec du jeans et un autre rose un peu plus peps, et cela donne ceci.

Un zoom sur les détails



Avec un passepoil parfaitement inséré grâce au conseil d'Astrid de Cousu Main: utiliser un pied pour tirette invisible pour le placer. Le tissu rose pâle est une housse de couette de chez prémaman; le jeans vient de chez Megaware; et la lanière et le passepoil de chez Véritas.  
Mais oh! Vous avez vu? Une poche passepoilée à l'intérieur!


Mazette! Et un bavoir assorti avec les chutes de tissu! (Mais vous savez depuis longtemps où faire customiser les vôtres, je n'ai plus à vous le dire)


Enfin voilà une bonne chose de faite! Et tiens, vous avez vu la photo suivante? Vous pensez à la même chose que moi?


Il y en a qui y ont pensé, en tous cas...

1 comment:

Anonymous said...

❤️