Wednesday, May 13, 2015

Sevrage d'oméprazole - Jour 1

Jusqu'à présent, ça va. Mais je préviens, juste au cas où, que la zone de risque a commencé; je décline l'entière responsabilité de tout propos ou toute décision prise entre maintenant et le 22. Sauf si ça concerne un achat compulsif de tissus, dans lequel cas je ne pourrai pas nier. Mais pour l'instant, ça se limite à l'achat compulsif de farines bio pour faire ses propres pains sans gluten. Et les pains sans gluten, je vous le dis tout de suite, c'est un peu triste. Mais soit.
On m'a toujours dit qu'après une longue période de conversion alimentaire, on n'a même plus envie des mauvaises habitudes d'avant. Genre, si on avait l'habitude de prendre un croissant tous les matins, et bien au bout d'un certain temps à s'en passer, ce n'est plus le même plaisir qu'avant. Je pense que je pourrai dire ça pour certaines choses; par exemple, quand je vais manger chez des gens, les desserts ne me font plus spécialement envie, et je ne souffre pas particulièrement de ne plus prendre d'alcool. Par contre, vous n'imaginez pas comme j'ai envie de pouvoir de nouveau manger (par ordre d'importance):
1. des frites, avec plein de sel et de la mayonnaise
2. des chips, surtout ceux avec du vinaigre
3. un bon spaghetti avec de la sauce tomate et une pointe de ricotta (combo de trucs interdis: gluten, tomate et lactose, olé!)
4. du café
5. des sandwichs pleins de gluten avec des trucs interdits dedans et qui débordent potentiellement de sauces très crasses.
Rhaaaaaaaaaa! Vous n'avez même pas idée de tout ce que je fantasme là dessus. Même. Pas. Idée. Pire qu'une femme enceinte qui rêve d'un tartare de boeuf. 
Vivement que ce soit fini, cette blague. 
Heureusement, il me reste les sushis...

No comments: