Tuesday, April 21, 2015

Bibil et la médecine alternative

Ah, les charmes de la fin de thèse, le stress, les problèmes de dos, les problèmes de foie, les problèmes d'estomac... Mon médecin, qui est un peu ouverte aux médecines alternatives, m'a dit fort justement qu'au delà des médicaments, il fallait aussi que j'adapte ma vie à ma fin de thèse. Que je coupe dans ma vie sociale et mes hobbies, que je me mette moins la pression, que j'aie des soirs où je ne fais rien et je vais dormir tôt, que j'aille chez l'ostéopathe, mais aussi... que je commence un régime anti-acide.
Un régime anti-acide, si si, vous avez bien compris. Et j'ai dit oui, parce que mine de rien je n'ai pas une journée qui se passe sans un problème digestif quelconque, et que je vois bien que c'est ça ou l'ulcère. Et pour ce faire, je suis allée chez un aromathérapeute. 
Alors déjà, le titre vous dit tout. Je suis arrivée là-bas, j'ai commencé par me faire réprimander parce que j'utilise le micro-onde, que je bois l'eau du robinet, et que je mets des vêtements fabriqués au Bangladesh dont les colorants sont sans doute plein de produits chimiques. Puis je suis repartie avec un régime à suivre, qui a commencé par un allègement soudain de mon porte-monnaie - mais soit. Je suis allée au magasin bio faire mes stocks, autre allègement de mon porte-monnaie, puis j'ai regardé les prix des substances bizarres en aromathérapie que je devais commander, et je me suis dit que j'allais attendre l'avis de mon médecin, parce que bon.  Faut pas déconner non plus, avec le tout combiné je peux m'acheter une surjeteuse.
Parlons du régime, voulez-vous. En lui-même, est plein de bon sens: il supprime le gluten et le lactose, il dissocie les féculents et les protéines, il me fait prendre full légumes, et il m'élimine certains aliments trop acides ou trop difficiles à digérer, à savoir principalement ce qu'un régime amincissant supprime. Bref, c'est un peu comme un régime classique, sauf qu'on te laisse les féculents et qu'on te fait prendre du bio. Et qu'on te rajoute des trucs bizarres à prendre à des moments bizarres et à cuire selon des modes de cuisson bizarres.
Hier, pleine de motivation, j'ai fait deux plats destinés à me faire tenir les repas de midi de la semaine: un spaghetti de farine d'épeautre aux épinards, et un risotto courgettes-aubergines. Puis j'ai enchainé sur le petit déjeuner: j'ai fait des litres de compote de pomme et mangue, et j'ai mélangé ce qui allait remplacer mon porridge: un mix de flocons d'avoine, flocons de riz et flocons de quinoa. J'étais motivée, je vous jure. Jusqu'à ce que je mange un partie du spaghetti. J'ai été malade pendant toute l'après-midi. Bon, clairement, il y a un truc qui m'échappe. Du coup, je n'ai pas pris de sel de Nigari destiné à "faciliter mon transit". A chaque jour suffit sa peine.
Mais à ce que cela ne tienne. Ce matin, je me suis réveillée pleine de bonnes intentions. J'ai checké ma check list. Ca commençait par une vitamine et un machin bizarre en aromathérapie - ah ben tant pis, j'ai pas. Puis par un grand verre de jus de pomme de terre pour "tapisser l'estomac et en neutraliser l'acidité". Bon. S'il le faut. 
Je me sers un grand verre, je goûte, et OH MY GOD! Mais ce truc est infâme. Et je dois boire tout le verre. Mais c'est vraiment dégueulasse. Je comprends la gueule du vendeur au magasin bio maintenant. Je veux dire, j'avais déjà bu des trucs assez dégueulasses avant, mais ça, ça bat tous les records. Mais il le faut. Bibil, il le faut. Bref. J'ai bu le verre, d'un grand trait, sans respirer, puis j'ai bu deux verres d'eau (du robinet, enfin soit) pour faire passer le goût. Ca compte dans les pires trucs que j'ai faits pour ma thèse jusqu'à présent. Ca, et le Mohnkuchen
Cette partie étant terminée, je vois que je dois faire 30 minutes de promenade avec Knacki, et donc rester avec cet arrière-goût immonde pendant 30 minutes avant de prendre mon petit déjeuner. Ah ben dites! Knacki est chez Fourchette, c'est pas de bol hein ça? Bon c'est pas tout ça, mais ma check list est encore longue. Misère. 
Après je dois cuire mon "nouveau" porridge, mais attention, pas au micro-ondes, au poêlon. Mouais, on va voir combien de temps ça tient. "Ah mais ce n'est pas grave, vous laissez cuire à feu doux, vous continuez à vous préparer en attendant que ça cuise, et après la vaisselle c'est fait en deux minutes", était l'argument. Non mais déjà le concept de faire de la vaisselle au petit déjeuner m'horripile. Et n'entrons pas dans le débat sur la diabolisation du micro-onde, il n'y a rien à faire mais ça reste pratique. A que cela ne tienne, je suis motivée Bibil, je suis motivée. J'ai mis le poêlon sur feu doux, j'ai terminé de me préparer pour la journée - ceci dit, si je dois sortir pour promener Knacki avant l'étape du poêlon, il y a plutôt intérêt à ce que je sois déjà préparée pour la journée, enfin soit. Comme ce truc ne cuisait toujours pas, j'ai arrosé mes fleurs. Puis en désespoir de cause, j'ai programmé une lessive. Et enfin, c'était cuit - ça a accroché au fond, tant pis pour la vaisselle - j'ai mangé mon succulent porridge de riz et quinoa qu'heureusement j'ai pu noyer avec de la compote, et un verre de tisane anti-acide. C'était pas trop mauvais. Prise de tête, mais pas trop mauvais. 
Puis j'ai checké l'heure, et dites donc, j'étais vachement en retard mine de rien. "ah mais il faut vous lever une demi heure plus tôt" qu'elle m'avait dit. "Qu'est-ce qu'une demi-heure sur votre journée". Ha. Haha. Tu es marrante toi, on voit que tu ne termines pas une thèse. 
Enfin là, c'est bientôt l'heure du risotto et de mon rendez-vous chez l'ostéopathe, je vous tiens au courant... En attendant je goûte encore comme un arrière-goût de jus de pomme de terre mélangé à du dentifrice.

2 comments:

Marie-Astrid said...

Mine de rien, tu as déjà une belle volonté pour suivre ce programme ;-).

Line said...

Omg tu as consulté un naturopathe c'est ça??? Ce genre de programme ça va te faire péter un cable! Faudra qu'on parle "régime" anti acide mardi ;)