Tuesday, November 25, 2014

La pièce couture

Vous vous souvenez de cette pièce? 
Celle que j'appelais le "No man's land des caisses"?
Et bien figurez-vous que j'en ai fait ma pièce couture-broderie-thèse.
(Déjà rien que par le titre, vous comprendrez le problème que j'ai avec ma thèse).
Et comme toutes les personnes qui passent par chez moi pour faire des broderies (public essentiellement féminin, il est vrai) s'extasient devant cette pièce, je me suis dit que j'allais vous la montrer...
Tadaaaaaaam!
A gauche: la thèse. A droite: la broderie.
Et planquée des regards, une collection grandissante de tissus... (Ne me regardez pas comme ça, ça rend des gens jaloux, vous savez).
Puis comme je n'ai pas assez de place... Dans ma penderie, une zone avec les commandes de broderie pour Noël! (Ikea à gauche, Hema à droite). Comme quoi j'ai du boulot...
Félicitations, me direz-vous, pour avoir éradiqué les caisses de cette zone libre! Hum, ha, oui, enfin. Elles sont dans la salle de bain.
Et la conclusion de tout cela, c'est qu'il faut absolument que je quitte cette maison si je veux avancer à la thèse, sinon les tentations sont trop importantes :-)

Thursday, November 13, 2014

La to-do list

Je suis dans ma chambre. Je regarde autour de moi, et ce que je vois, ce ne sont pas les murs joliment peints, ni les abats-jours dans les tissus des rideaux, ni la commode repeinte dans la même peinture que les plinthes. Pourtant c'est ça que remarquent les gens quand ils viennent visiter chez moi: que c'est fini, que je suis "installée". Mais non. C'est loin d'être fini, et je suis loin d'être installée. Moi ce que je vois dans cette pièce, ce sont les trois araignées dans un des coins, et ma procrastination du moment où je vais devoir les gérer, car de toutes façons ne nous faisons pas d'illusions, ce sera pour moi. Je vois aussi qu'il manque une ampoule à une lampe. Sur ma commode se trouvent en vrac des affaires de la salle de bain, et planqué entre le mur et l'armoire, les paniers dans lesquels je suis supposée les trier. Ils sont à la même place depuis juillet. A côté j'ai une caisse avec mes bas-collants et mes ceintures, et sans doute d'autres choses; à jeter? Entre mon lit et mon mur, d'autres caisses débordent. Je n'ai aucune idée de ce qu'il y a dedans, j'ai des peluches qui semblent sortir des unes, du matériel de bureau d'une autre. Sans doute du courrier, encore et toujours, éternellement, tout ce courrier que j'ai empilé en vrac depuis 2007 sans aucun tri. En face de moi, sur le mur, la peinture se fissure là où se fait le raccord entre la colonne porteuse et le mur. Ce mur est vide. Je voudrais y mettre des cadres, mais il faut que je choisisse les photos que je devrais développer. Ces photos que je dois récupérer à gauche et à droite, que je dois centraliser. Un jour. Et ça, c'est juste pour cette pièce.
En fait, tout dans cette maison est une to-do list. 
Parfois, j'ai l'impression d'avancer. Je travaille au jardin. Je fixe un cadre. Je trie du courrier. Je vide une caisse, la déplie et la met à côté des autres dans le garage. Mais la tâche est tellement énorme et semble tellement vaine, en fait je n'avance pas. Pour chaque morceau de caisse vidée en haut, il y a en bas de la vaisselle qui s'accumule, de la lessive qui n'est pas faite, ou du matériel de couture qui se retrouve mal placé. Dans mon salon, j'ai planqué du désordre derrière les rideaux, derrière des chaises. Il y a des affaires partout, de l'inclassable qui déborde, de l'inachevé à chaque coin. C'est comme si le désordre avait une vie indépendante et venait s'immiscer par tous les interstices, un peu comme le froid dans une maison sans chauffage. D'ailleurs il fait froid ici. J'allumerais bien un feu, mais j'ai tenté cette semaine de relire le mode d'emploi de ma cassette, et non seulement je ne comprends toujours pas le mécanisme, mais j'ai réveillé une guêpe en hibernation, et vous savez tous combien j'aime ces bêtes... 
Et je sais bien que je pourrais prendre mon courage à deux mains et faire une grande action, au lieu de toujours faire des petits trucs qui m'épuisent à chaque fois un petit peu. Mais c'est comme la thèse. Là aussi, je devrais faire une grande action. Mais c'est trop à gérer de front, à gérer toute seule. Alors entre temps, le temporaire devient permanent. 
Je me demande si l'année prochaine à cette période-ci, mes affaires de salle de bain ne seront pas toujours au même endroit sur la commode...

Sunday, November 09, 2014

Broderie, pour ne pas changer

C'est promis, d'ici peu je posterai sur autre chose, mais que voulez-vous... Je ne peux pas m'en empêcher. Ce weekend, j'ai travaillé à un catalogue en ligne reprenant tous mes motifs... J'en ai déjà posté près de 1000! Il sera encore mis à jour fréquemment au fur et à mesure que je complète ma collection, mais en attendant, n'hésitez pas à faire un tour et à en parler autour de vous!
Voici l'adresse:
(Cliquez sur les images pour voir les posts)
Comme quoi je reste dans les mêmes thèmes d'URL :-) Par contre si vous googlez "broderie + bibil" vous tombez sur des broderies de Bible, c'est sympa hein!
Quelques réalisations du weekend:
1. Pour le mariage de Magda et Steve
 2. Quand on m'invite à un dîner, maintenant, on reçoit des essuies de cuisine...
 3. Charlotte et Frédé, cela fait trois plombes qu'on essaie de s'arranger qqch, donc si vous lisez ceci, voyez le message subliminal destiné à vous attirer chez moi...


Si vous faites le pont, profitez-en bien! Sinon, bon lundi pour demain, hein...

Thursday, November 06, 2014

Encore un peu de broderie

Ce n'est pas tout ça, d'aller se remémorer ses cours d'histoire de l'art devant un petit Caravage, en buvant un cappuccino en terrasse et en mangeant des pâtes à tous les repas, mais qu'en est-il de la broderie? Que diantre! On dirait presque que je n'en fais plus! Mais détrompez-vous, amis lecteurs, car j'ai pris quelques actions radicales quant à mon apprentissage de la chose.
1. J'ai doublé mon stock de couleurs. J'ai à présent environ six nuances de beige, quatre nuances de rouge, et j'ai même des nuances de blancs tellement j'en ai. (Je n'en ai que trois de gris par contre, si vous vous demandez).
2. J'ai investi dans un stock de 15.000 motifs à broder, et cela fait deux semaines que je suis occupée à décortiquer la chose. J'ai des Disneys, Winnie et autres personnages pour enfants, mais aussi motifs floraux, culinaires, animaux de la ferme, Noël, etc etc etc, enfin bref, j'ai tout et plus encore.
3. Comme cela ne suffisait pas, j'ai investi dans un logiciel me permettant de créer moi-même mes propres logos. Mon premier grand succès a été de digitaliser une silhouette de teckel; depuis j'ai entre autres digitalisé un carton de mariage et un logo commercial.
4. Et puis, c'est en forgeant qu'on devient forgeron, et je me suis donc entrainée, encore et encore. Cadeaux d'anniversaires, de mariage, de naissance, remerciements, petites attentions spontanées, bref, j'ai fait le compte et j'ai créé 68 pièces différentes (parfois en multiples exemplaires) depuis que j'ai cette machine.
Vous pouvez voir les meilleures réussites ici. En attendant, voici un petit extrait:





Je crois que j'ai maintenant une bonne maîtrise du fonctionnement de ma brodeuse. Car il faut le dire, cela a beau être une machine, il ne suffit pas de pousser sur un bouton pour que tout se passe tout seul. Une amie anonyme (appelons-la Sophie) qui a tenté d'utiliser ma machine en mon absence en suivant mes instructions peut d'ailleurs en témoigner: elle a tout essayé mais la machine n'a fait que des crasses! En vrai il faut d'abord bien préparer le tissu, le centrer, le tendre, bien fixer le cadre, choisir les stabilisateurs ou autres films hydrosolubles; bien ajuster la tension du fil, qu'on ne retrouve pas du fil de canette sur le motif; bien préparer le motif aussi, chipoter un peu avec les tailles et les couleurs; et ensuite, quand la machine tourne, détecter tous les potentiels de foirages, blocages ou autres ruptures de fil; changer les couleurs en cours de route; et aussi, être hyper vigilant à toutes les étapes, car ce n'est jamais drôle de défaire et refaire. En fait c'est un hobby très chronophage! Surtout quand on y ajoute la recherche de matériel, de tissus et de motifs... On est vite débordé!

 

Et aussi, autant être honnête, l'afflux actuel de demandes dépasse de loin mes capacités en temps et budget. Comme je suis une éternelle enthousiaste, je n'arrive pas à dire non... Car oui c'est vrai, c'est un chouette cadeau de Noël, et oui c'est vrai, tel motif irait très bien pour telle personne. Mais au final il faut que la broderie reste un plaisir, et que je ne doive pas dégager du temps au détriment de mes autres loisirs, de ma thèse ou de mes heures de sommeil. J'aime beaucoup faire une pièce par-ci par-là, c'est toujours très enthousiasmant à chaque fois que quelqu'un vient voir la machine pour la première fois et s'extasie devant son potentiel. Mais pour les plus grosses demandes, qui impliquent de travailler seule pendant mes temps libres et qui entrainent de plus gros frais, je vais devoir commencer à demander une rémunération symbolique. Ce ne sera pas le même montant que chez les professionnelles, elles ont des machines autrement plus sophistiquées que les miennes et des années d'expérience (je vous donne des adresses avec plaisir!). Le but est juste de couvrir mes frais et de décourager les abus... Mais que cela ne vous rebute pas! Loin de moi l'idée d'instaurer une mauvaise ambiance, je ne suis pas une mercenaire, je le fais toujours avec joie et vos cadeaux n'en seront pas moins uniques. 
Et sinon, vous avez vu? 6 novembre et j'ai déjà mentionné Noël. Pas mal non? Pour votre info, je me suis déjà mise dans l'ambiance en prenant le spécial "terrine de marcassin" qui vient de sortir à la sandwicherie du coin. J'ai environ 4 sortes de potimarrons différents dans ma cuisine et je compte même en faire des tartes. J'ai ressorti la cannelle et la noix de muscade et j'en ai mis dans une soupe... Ca va faire mal! Heureusement qu'on ne me laisse pas encore acheter un sapin!

Wednesday, November 05, 2014

Où ais-je trainé mes birkenstocks?

Premier indice: beaucoup, beaucoup de marbre par terre.
Second indice: les insignes de la Papauté (dans du marbre, patchwork style)
Troisième indice: pas mal d'illustres personnages (toujours dans du marbre)
Et dernier indice: le Colisée.
Oui. Bon. Tout ça pour vous dire qu'il a fait tellement beau à Rome que je me baladais en sandales ouvertes et en t-shirt, et j'espère que vous êtes TOUS jaloux.
Sauf sur la fin, où bon. Mais ce n'en était pas moins profitable...