Monday, July 14, 2014

Des boites et des meubles

J'avais plein de projets pour ce blog après mon déménagement. Je voulais faire des posts récapitulatifs de mes travaux, des posts avec des photos avant/pendant/après, et puis vous parler de ce que cela faisait d'avoir de nouveau une vie après s'être tellement impliqué dans ce projet, s'il était vrai qu'il existait un travaux-blues... Et puis, à la place, est venu ceci.
 Ou encore ceci

Ou encore, ceci.
Bref, j'ai quand même eu du boulot.
En fait, mon déménagement, ça ne m'a pas vraiment fait l'effet imaginé. Dans ma tête, je pensais qu'après avoir passé tellement de temps sur l'aménagement de cet espace, je me sentirais immédiatement chez moi une fois le déménagement passé. Limite, que je pleurerais de joie quand je recevrais les clés définitives et que je pourrais prendre mon premier bain dans une baignoire enfin propre. Mais je n'en suis pas encore à l'euphorie, ni même au soulagement. 
Quand j'allais vivre dans un pays étranger pour mes terrains, il ne me fallait pas deux jours pour connaitre les lieux. J'arrivais avec une valise, souvent dans un studio, je déballais en une heure, puis je me mettais en quête de la pizzeria la plus proche. Seulement, cette fois-ci, ça ne s'est pas vraiment passé comme ça. En fait, à la place, j'étais complètement perdue. Toutes mes affaires étaient dans des boites qui se ressemblaient toutes, je ne savais rien utiliser dans ma cuisine, Knacki hululait à la mort depuis son panier et refusait de manger, et il pleuvait comme rarement il a plu dans ce pays. Quand est venu le moment où j'étais vraiment en rade de chaussettes, je suis retournée chez mes parents fouiller les malles à linge tellement j'en avais marre de fouiller mes caisses sans rien trouver. J'ai dû faire des tonnes d'aller-retour chez Ikea, aller en urgence m'acheter un aspirateur ou une machine à laver, faire des listes de courses kilométriques pour le supermarché parce que laisse tomber si tu cherches de l'huile d'olive dans tout mon brol, il n'y en a pas... Puis aussi continuer à être là pour ouvrir aux corps de métiers parce qu'en fait tout n'est pas fini, il faut corriger un joint ici, installer un luminaire là, faire une retouche de peinture à un autre endroit, enfin des broutilles qui oscillent dangereusement entre la to-do list et la liste des choses qu'on fera "plus tard" (lire: "jamais").
Finalement c'est un peu la même distinction qu'il existe entre un mémoire et une thèse. Quand on va à l'étranger, on amène une valise. Ici, pour mon déménagement, on a rempli sept coffres entiers de voitures avec mon brol, et depuis, il traine. L'ampleur de la tâche n'est pas du tout la même. Peu importe que je déballe des caisses à longueur de journée, le brol ne diminue pas. Et l'espace qu'on vient de nettoyer devient de nouveau tellement vite sale...

Enfin au bout d'une semaine, ça va mieux. D'abord, parce qu'il a arrêté de pleuvoir, et ça c'est déjà meilleur pour le moral et pour la boue. Ensuite, parce que j'ai déballé la plupart de mes vêtements, la plupart de mes affaires de cuisine, et ma cave est en ordre... Plus que quelques jours et il ne me restera plus que les livres (à n'installer que quand le meuble que vous voyez ci-dessus sera peint, cad que c'est dans la to-do list, mais si je déballe des trucs dessus, ça passera dans la liste dans laquelle ça ne doit pas passer). Il me restera aussi mes affaires de thèse, et ma collection de tissus (qui n'est pas des moindres), et les fameuses boites inclassables dont on ne sait jamais vraiment quoi faire. Je ne dis pas que cela ressemblera à quelque chose d'ordonné, mais au moins ce sera déjà un peu moins le chaos. 
Pour Knacki, par contre, ça ne se passe pas si bien. Elle est à la fin de sa seconde grossesse nerveuse, et elle est complètement déprimée. Elle ne bouge pas de son panier, elle ne mange pas, elle ne joue pas, elle ne veut pas se promener, elle pleure sans arrêt. Je dois faire des aller-retours chez mes parents pour qu'elle accepte de manger là-bas. Elle est agressive avec les autres chiens, même avec Fourchette. Bref, le début est vraiment difficile. Mais ça se débloque petit à petit. Ce n'est pas gagné pour autant, mais depuis que je lui ai donné accès au canapé, ça a commencé à changer. Oui je sais, je sais, mais bon. Le déclic a été fait, maintenant ça ne peut que s'améliorer. (Et il y a un plaid).
Et bon, pour ma part, je flippe pas mal quand je suis seule dans cette maison... Ce n'est pas tellement que la solitude me dérange, c'est plutôt que je me sens beaucoup plus vulnérable qu'avant. Il y a eu beaucoup de cambriolages dans le quartier, mes quatre voisins directs ont été visités dans les sept derniers mois, et les pics de cambriolages se passent le plus souvent juste après un déménagement... Je m'en fous un peu qu'on me vole des trucs, je n'ai rien de valeur dans cette maison de toutes façons, mis à part mes poutres porteuses qui valent bonbon mais qui sont difficilement transportables. Mais bon, un cambriolage, c'est une intrusion dans son espace privé, et si ça se passe quand je suis là... Il ne faut pas faire beaucoup d'observation pour se rendre compte que je vis seule... Même si j'ai une alarme, je garde malgré tout toujours mon téléphone à proximité au cas où j'aurais besoin d'appeler un numéro d'urgence. Et je ne vous dis pas la flippe la première nuit que j'ai passée seule dans la maison! Tous les bruits me faisaient sursauter, je regrettais amèrement de ne pas avoir pris un appartement comme c'était le plan initial, derrière la protection d'une seconde porte d'entrée et sans accès direct aux fenêtres depuis l'extérieur... Depuis, je me raisonne un peu, je me dis que tous les cambriolages qui ont eu lieu dans le quartier ne se sont jamais fait que quand les gens étaient partis, et que si jamais il y a quelqu'un qui vient quand je suis là, j'ai une alarme qui a été bien conçue, et j'ai un chien.
Oui, enfin bon, ça reste quand même un chien.
Bref, plus de détails pour plus tard... Et je n'oublie pas que j'ai prévu un tas de trucs pour ce blog, ça prendra juste un peu plus de temps que prévu, mais ça viendra!

No comments: