Monday, July 28, 2014

C'est fatigant de déménager, en fait

Le changement, ce n'est pas une mauvaise chose. Mais nom d'une boite en carton, qu'est-ce que ça peut être épuisant... Ces trois dernières semaines, je n'ai fait que vider des boites, nettoyer la maison, aller chez Ikea, faire des listes, harceler des corps de métier réticents et inviter des gens à venir voir le résultat. C'était hyper intense, et en même temps, j'ai vraiment l'impression de n'avoir rien fait... Il y a toujours des montagnes de caisses, ma bibliothèque est loin d'être peinte, mon jardin est un terrain vague, ma buanderie une zone de guerre, et ne parlons surtout pas de la pièce dans laquelle je suis supposée me créer une atmosphère de travail sereine et détendue pour conclure cette thèse et qui contient à la place toutes les caisses que je n'arrive pas à gérer pour l'instant... Sans parler de l'état de cette thèse qui ne s'écrit pas toute seule. En plus il fait super chaud dans cette maison pleine de baies vitrées. J'admets avoir eu un low point lorsqu'il faisait 32 degrés dans mon salon, et que j'ai dû monter mon ventilateur en kit dont chaque pièce pesait des tonnes avec des mains glissantes de transpiration. Ou quand deux renards se sont disputés sous ma fenêtre à 2 heures du matin en faisant un bruit sorti de l'enfer et que j'étais toute seule dans ma chambre à me faire des films. Ou quand je constate que tel mur est humide, tel joint s'est désolidarisé, telle porte ne ferme plus, et que bon, il faudrait faire une liste, oui, il faudrait. Je l'admets, j'ai été totalement dépassée.
Mais bon, petit à petit, la situation s'améliore.
D'abord, je commence à être un peu moins parano d'être seule. Au début je remplissais ma maison de monde tous les soirs pour ne pas y faire face, mais cela me rattrapait quand les invités partaient et que ma maison se plongeait progressivement dans le noir. Comme je le disais dans un autre post, ce n'est pas la perspective de la solitude qui me fait peur, mais plutôt la vulnérabilité qui l'accompagne... Si jamais quelqu'un s'introduit chez moi alors que je suis dans la maison, je suis sans défense. Il y a une partie de mythe urbain là dedans (avoir lu la presse anglaise avec toutes ses histoires traumatisantes de homejacking n'a clairement pas aidé), mais aussi une partie de vécu. Il y a quelques années, mes grands-parents ont eu un homejacking chez eux. C'était en pleine journée, deux voleurs se sont introduits dans leur maison et ont vraiment pris leur temps pour les dépouiller de tout ce qu'ils avaient, tout en étant inutilement menaçants et brutalisants alors qu'ils s'en prenaient à deux octogénaires... A l'époque, ma famille habitait en face, et nous n'avions rien vu. Aujourd'hui, j'ai beau avoir une alarme, des clés sécurisées, des systèmes d'appels de panique et un chien, si un jour quelqu'un se retrouve face à moi dans ma cuisine avec un couteau, tous ces mécanismes de défense ne me serviront pas à grand chose. Bref, je n'ai pas peur de vivre seule, d'être face à moi-même les soirs où je n'ai rien prévu. Mais dans cette maison, la fragilité qui accompagne la solitude, c'est difficile. Pendant deux semaines Knacki a dormi dans ma chambre, et je me réveillais au moindre bruit, mon téléphone allumé à côté de moi. En journée, je m'enfermais chez moi et jonglais entre les différentes zones de l'alarme en fonction des pièces dans lesquelles je me trouvais. J'allumais et éteignais des lampes lors de tous mes déplacements pour faire croire à une occupation intensive de la maison. Enfin, glauque, quoi. Mais comme je le disais, ça commence à aller mieux. Je me rassure en écoutant les histoires de cambriolages de mes voisins, qui même si elles ne sont pas très drôles, se sont toutes passées alors qu'ils étaient absents. Et puis, je commence à accepter la part d'irrationnel là-dedans. Paradoxalement, je n'ai jamais eu peur pour ma sécurité lorsque j'habitais seule à l'étranger, je n'avais peur que de l'ennui. C'est bizarre comment l'esprit fonctionne, parfois...
Ensuite, je commence à me créer des routines. Les choses commencent à prendre moins de temps, ou me semblent commencer à prendre moins de temps. Suivre le même parcours pour la promenade de Knacki. Suivre le même enchainement d'actions avant de quitter la maison, avant d'aller dormir. Au début, il me fallait près de deux heures avant de pouvoir quitter la maison, entre localiser mes vêtements, prendre une douche puis tout éponger parce que le joint fuit, prendre mon petit déjeuner, faire manger Knacki, promener Knacki, vider un lave-vaisselle, nettoyer les surfaces des tables et plan de travail, etc etc etc. Je n'avais aucun automatisme. Maintenant j'ai l'impression que ça prend toujours du temps, mais réfléchir à l'enchainement de mes actions me fatigue déjà moins.
Puis, j'ai commencé à créer des souvenirs autres que les souvenirs peu glorieux des premiers jours. Je commence à inviter la famille, les amis qui n'ont pas pu venir à la pendaison, les voisins que je ne connais pas encore... J'ai ressorti les livres de cuisine, j'ai testé de nouvelles recettes, j'ai reçu des gens le soir, puis encore le lendemain midi pour finir les restes. J'ai fait un peu de couture (mais pas beaucoup, je ne suis pas encore bien installée à ce niveau-là). J'ai regardé la télé en pyjamas jusque midi un dimanche. J'ai repris un vieux projet de point de croix. J'ai reçu quasiment tous les potes chiens de Knacki (il manque juste Sushi). Je commence à penser à des plantes et à mettre des cadres.
Et puis enfin, j'ai un peu honte de l'avouer, mais j'ai fini par céder et par déléguer le nettoyage... Je passais entre 7 et 9 heures par semaine à nettoyer ma maison et même comme ça, ce n'était jamais propre! Ca me rendait dingue, tout ce temps perdu à nettoyer des sols et des escaliers, pour que ce soit tout de suite sale après... 
Enfin voilà, ça prend du temps de s'installer, ça fatigue, c'est stressant, on ne se sent pas immédiatement chez soi, mais ça s'améliore petit à petit!

1 comment:

maman said...

le pire : tu ne peux plus râler sur les autres quand quelque chose n'est pas rangé..
Ta chambre chez nous est par contre extrêmement bien en ordre, tu as tout pris.