Sunday, September 29, 2013

Mini Knacki

Knacki n'a pas encore atteint sa taille adulte, mais malgré tout, on ne peut que constater que sa croissance est en train d'atteindre un certain plateau, plateau qui la catégorise dans les chiens de très petite taille... Tous les chiens du dressage l'ont dépassée depuis longtemps! Tous, sauf...
Knacki et Basmati
Basmati le chihuahua
Knacki et Jack
Et Jack le teckel nain (rhoooo regardez-moi ces deux là!)
Mini Knacki!
Knacki
Et puis bon, je vais clôturer cette Knackupdate par cette information cruciale:
Panda et Knacki
Knacki a peur du Panda. 
Une question d'instinct sans doute.

Thursday, September 26, 2013

L'Evolution des Démolitions

Le mardi, c'était comme ceci
Travaux
Le vendredi, c'était comme cela
Travaux
Travaux
Et puis bon, le lundi suivant...
Travaux
Oh! On voit la façade avant depuis la façade arrière dites donc!
Travaux
Tadaaaam! En tous cas elle est bien aérée cette maison. Espérons que la construction succède rapidement à la démolition...
Travaux
Tout ceci a donné des idées à un de mes co-écrivains du Meantime. Si vous pensez pouvoir faire mieux, n'hésitez pas à faire chauffer votre photoshop...


Monday, September 23, 2013

J'ai eu de la visite

Il y a quelques jours, j'ai eu l'honneur de recevoir la visite de Kanako et Laurent, en importation directe depuis Tokyo... Cette fois-ci ils sont venus avec leur fille de deux ans. Cela a été un branle-bas de combat dans la maison qui n'avait pas eu d'enfant de deux ans depuis... Depuis... Disons... Mmmmh, depuis très longtemps. On a déterré du fond du grenier un lit pour enfant ayant appartenu à un jeune homme qui a à présent 19 ans, on l'a bien nettoyé, l'a assemblé, et il était tellement beau qu'on l'a laissé là après (après tout, des amis qui ont des enfants, j'en ai plein). J'ai supplié mes contacts facebook de me prêter un siège pour enfant à mettre dans ma voiture. Puis, j'ai dû demander à mon garagiste comment on fixait ce truc, exactement. Maman a ressorti la table à langer déjà achetée l'année passée pour les Noëls familiaux. Et puis, bon, heureusement ils ont quelques contacts sur place, et une amie à eux ont dropé plein d'affaires pour bébés avec des caractères japonais dessus.
Kanako et Laurent en Belgique
On n'a pas souvent l'occasion de revoir des amis qui habitent au bout du monde! Autant la dernière fois que je les ai vus, j'étais en plein terrain parisien et j'étais hyper angoissée, autant dans ce cas-ci ce sont Kanako et Laurent qui sont venus avec un bon décalage horaire dans les dents, après avoir connu plusieurs mois marqués d'heures supplémentaires et autres stress d'allergies de leur fille.
Kanako et Laurent en Belgique
Cela fait déjà sept ans qu'on a terminé notre master à Londres. Décidément on se fait vieux... Depuis, Kanako s'est construit une carrière, Laurent a écrit quelques bouquins, ils ont déménagé et ils ont eu une fille. Moi j'ai presque fini une thèse de doctorat (oui bon, ne gâchons pas l'instant en contestant ce "presque" voulez-vous), et j'ai presque fini de rénover une maison (ce n'est qu'une question de mois de toutes façons). Je pense que ce qui frappe surtout quand on se voit maintenant, ce sont les goûts que nous avons, les sujets de discussion et les activités que l'on fait. Quand on était étudiants on était hyper flexibles et avec des standards de qualité très faibles, mais au budget très serré; et maintenant c'est le contraire. On est aussi beaucoup plus fatigués et très dépendants de nos heures de sommeil. Mais finalement on est restés très fort les mêmes en fin de compte, c'est drôle de voir que même si nos vies ont évolué, nous on n'a pas beaucoup changé...

Ce qui est frappant c'est que quand Kanako et Laurent étaient venus chez mes parents à l'époque de notre master, ils ont connu Danio en tant que tout jeune chien plein de fougue et de vivacité. Elle avait à peine atteint sa taille adulte. Le contraste a été grand quand ils ont découvert un chien âgé qui dort tout le temps... Et puis cette fois-ci il y avait la petite Knacki évidemment, qui a très vite été complice avec leur fille, c'était drôle à voir. Quand leur fille a switché du Japonais au Français, un des premiers mots de transition a été "Knacki"! (Suivi assez rapidement de "Encore un peu de fromage, s'il-vous-plait") (oui je l'avoue ça m'a impressionnée) (et par "fromage" elle voulait dire "Gouda", ce qui me satisfait grandement).
Et puis bon, j'ai reçu un panda maker.
Huhuhu.
Tenez d'ailleurs pendant notre master à Londres... Et bien le blog existait déjà. Parce que sachez qu'aujourd'hui le blog fête ses huit ans. Fou non?
(Bon d'accord c'était hier, mais ne chicanons pas sur les détails voulez-vous).

Thursday, September 19, 2013

Oh, mais, qu'est-ce que c'est que ça?

Travaux
Vous avez vu? On dirait bien que cela bouge sur cette espère de ruine sans façade arrière...
Travaux
Et oui, que Diantre, on y a même installé une machine à café, c'est que c'est du sérieux! Mais en effet, (et ce n'est pas rien!), c'est avec joie que je vous informe que mon chantier a repris. Croisons les doigts, mais tout ceci me semble fort prometteur.
Alors, où est-ce que cela en est? Brûlez-vous d'envie de me demander. De un, j'ai un nouvel entrepreneur, qui a pu reprendre le chantier cette semaine. De deux, cela aurait été encore mieux si j'avais pu récupérer la somme que j'ai perdue avec l'autre entrepreneur, mais bon, on ne peut pas demander l'impossible non plus. Je me concentre surtout sur la partie numéro un. La partie numéro deux n'est pas réglée, mais il y a des chances que cela ne se règle jamais.
En ce qui me concerne, il n'y a plus grand chose à faire avec cette faillite. L'huissier est passé, le curateur a libéré le chantier, et m'a informée au passage que je ne récupérerai rien, il y a beaucoup de créanciers et c'est un peu le chaos. Mon avocat a évoqué la possibilité de poursuivre au pénal, mais je ne sais pas ce que je vais faire de cette option; dans tous les cas je vais bien réfléchir avant de m'engager dans un procès. Pour l'instant aucun sous-traitant ne s'est retourné contre moi, croisons les doigts pour qu'il en soit ainsi sur le long terme.
J'ai dû prendre une décision difficile sur ce chantier. D'habitude je suis assez prompte à prendre des décisions, mais là c'était vraiment dur de se décider. Mon ancien entrepreneur avait proposé de continuer le chantier avec sa nouvelle société, en déduisant de son devis la somme qu'il me devait. Juridiquement c'était légal (même si quand on m'annonce ça comme ça, la première chose qui me vient à l'esprit n'est pas, "ah mais en voici une solution qui m'apparait super correcte, je suis certaine que la loi autorise cela"). La question était surtout une question de confiance: est-ce que je pensais réellement que j'allais récupérer cette somme par ce biais, ou était-ce l'occasion de me rouler dans la farine une seconde fois? Or, il y avait beaucoup à redire sur mon ancien entrepreneur, et sans aller dans le détail, cela m'apparaissait comme une course vers la catastrophe. Mais en même temps j'étais suffisamment désespérée pour envisager sérieusement cette option.
Entretemps j'ai cherché d'autres entrepreneurs, j'ai fait visiter le chantier de façon intense, j'en ai vu des dizaines et appelé au moins le double. C'est très difficile de trouver un entrepreneur qui accepte de récupérer les pots cassés d'un autre, et pour le même prix. Mais il ne faut jamais désespérer, puisque cela a été le cas. J'ai trouvé un nouvel entrepreneur sérieux, financièrement solide, expérimenté, avec sa propre équipe, qui avait déjà travaillé avec mon architecte, qui pouvait reprendre le chantier immédiatement et au même prix. En fait cela m'a semblé tellement beau que je n'arrêtais pas de chercher où était la faille. Et puis bon, tout à coup, j'ai pris la décision de prendre une décision; quelle qu'elle soit, il fallait qu'elle soit prise dans la journée. J'ai choisi ce que me dictait mon instinct, à savoir de ne pas accepter l'offre de mon ancien entrepreneur et de continuer avec un nouveau; même si ce n'était pas du tout ce que me dictait ma raison.
Avec le recul, je pense que j'ai bien fait. Évidemment je ne saurai jamais si j'aurais réellement pu récupérer ma mise en continuant avec l'ancien entrepreneur, mais je pense sincèrement que non. Puis quand je compare le sérieux et la qualité du travail entre l'ancien entrepreneur et le nouveau, je me dis que je suis quand même mieux embarquée avec celui-ci. En un sens, accepter de perdre cette somme, c'était le prix de ma tranquillité d'esprit.
Travaux
En fait, c'est très bizarre de travailler sur des sommes de cette ampleur. Je suis la fille qui rechigne parce que le prix du sandwich a augmenté de 50 cents, ou parce que mon opérateur téléphonique m'a ponctionné 5€ de frais injustifiés. Et tout à coup, sans prévenir, on parle en termes de dizaines d'années de salaire. On rajoute ou enlève des sommes qui sont l'équivalent de mon ordinateur, mais ça passe parce que ça reste un nombre à trois chiffres. L'équivalent de ma voiture, mais cela semble raisonnable pour le poste. A la fin il faut dépersonnaliser ces montants sinon ça rend dingue. J'ai arrêté de voir cela en termes de mois de salaires, de combien de temps il me faudrait pour le rembourser, de 'et si je sous-louais une chambre', 'et si je louais mon garage', 'si je revendais la maison pour essuyer mes pertes'. Ce sont devenus des chiffres qui s'ajoutent ou s'enlèvent sur un écran d'ordinateur, c'est un gouffre financier mais ça ne veut plus rien dire. Il parait que ça revient au bout d'un petit temps, tout à coup on se rend de nouveau compte des montants impliqués et on commence à stresser et à regretter.
Travaux
Mais bon, pour le moment, le chantier avance et c'est déjà pas mal. Les ouvriers viennent, les réunions de chantier se tiennent, et tous les soirs je vais voir l'état d'avancement du chantier et je vois que cela évolue. Par contre cela me prend plein de temps, j'ai l'impression de passer ma journée à regarder des devis et à être bloquée dans des embouteillages, et avec tout cela je suis de nouveau dans un rythme de travail interrompu et ma thèse en souffre. Mais cela met du baume au coeur de voir la vitesse à laquelle cela défile pour le moment.
A la prochaine aventure, vous connaitrez le fin fond de plusieurs questions existentielles, comme "hé mais il y a comme un truc là dans le sol, c'est pas dans le plan, c'est normal?"; "cet autre truc, là, c'est de l'amiante on dirait?"; "ah ben dites votre toit il n'isolait pas beaucoup hein, regardez-moi toute cette humidité"; "mais dites donc, on dirait bien que le béton a pourri sur cette partie-là aussi ou c'est juste une impression?" ou encore "ah en fait on pensait que cette dalle portait sur les mitoyens mais on dirait qu'en fait ça porte sur... Mmmmh... En même temps si ça portait sur le mur que votre ancien entrepreneur avait détruit, la maison se serait déjà écroulée. Mais alors ça porte sur quoi?"

Monday, September 16, 2013

Et un petit peu de point de croix, aussi!

Mais oui, je vous bassine avec de la couture, mais sachez que je n'ai pas été inactive avec le point de croix non plus... Voici un projet que j'ai commencé en janvier, pour un bébé qui est né dans l'intervalle, mais dont la mère fait du point de croix aussi alors ça va, parce qu'elle sait que ça prend du temps.
Abécédaire mer
Mon père, en le voyant, m'a demandé si j'avais une machine pour faire ça. Je lui ai dit que je l'avais fait à la main. Il a eu l'air surpris. Pourtant ça fait un an que je vis chez lui, je dirais.
Abécédaire mer
L'arrière du coussin en happy hippo!
Et pour ne pas vous laisser sur votre faim, une photo des conditions de travail du photoshoot...
Abécédaire mer
Comme ça j'ai combiné et point de croix et chiens en un seul post (Knacki est bien sur la photo - si si regardez bien).
Et sinon comme c'est lundi et que c'est toujours le jour où on cherche des outils de procrastination, je vous balance cette vidéo:

Avec quelques erreurs historiques grossières mais bon, ça se laisse regarder. 
Et si vous en voulez encore plus j'ai un article qui s'intitule "7 ways to be insufferable on facebook", et sa citation phare: "a Facebook status is annoying if it primarily serves the author and does nothing positive for anyone reading it". Mais je ne me permets pas de donner des leçons parce que je tombe d'office dans l'une ou l'autre catégorie de temps à autre... 
Ou alors une réflexion plus profonde, "Why Generation Y Yuppies are unhappy". C'est un article qui argumente que les gens de ma génération ont été élevés dans la croyance qu'ils étaient exceptionnels, mais font face à une asymétrie entre leurs attentes et la réalité. C'est une pièce d'opinion que je trouve intéressante même si pas très fondée scientifiquement.
Et avec ça je vous permets de procrastiner pendant un petit temps, j'espère. Bon lundi!

Monday, September 09, 2013

Patchwork!

Rien qu'à ce titre j'ai l'impression d'avoir pris 90 ans d'un coup. Mais oui chers lecteurs, figurez-vous que j'ai passé cette étape fatidique dans l'apprentissage de la couture qu'est la confection d'un patchwork! Qui prend blindé de temps, de précision et de concentration, ainsi qu'un matériel adéquat... Ma cousine, qui fait beaucoup de couture, s'est prise d'envie de faire un patchwork par enfant, et ça lui prend à chaque fois environ le temps de sa grossesse d'en faire un! Moi ça a été mon projet couture de cet été. Et je suis très fière de vous présenter ceci:
Patchwork pour Emérence
Si ça vous intéresse j'ai trouvé le tutoriel ici.
Quelques photos du work in progress:
1. Assembler les blocs de base
Patchwork pour Emérence
2. Assembler les blocs par rangée (une autre méthode consiste à les assembler par carrés, ça peut être pas mal non plus).
Patchwork pour Emérence
3. Assembler les lignes, les bordures, puis coudre sur un plaid polaire d'une grande marque suédoise dont je tairai le nom (oui d'accord les puristes font un sandwich avec du rembourrage de polyester et se donnent à fond sur la création du dos de leur patchwork, mais j'apprends encore) (et les puristes ne cousent pas à l'avance, ils quiltent d'abord et font une bordure ensuite, ce qui en fait aurait mieux donné au final mais comme je le dis... j'apprends encore).
Patchwork pour Emérence
4. Quilter.
Patchwork pour Emérence
Ou, essayer d'apprendre la technique du piqué libre, outrepasser quelques problèmes de base de tension de fil, et puis faire des petites boucles pendant des heures et des heures et des heures. Avec de la musique, avec des émissions télé, de jour, de nuit, jusqu'à en avoir des crampes et des courbatures.
Patchwork pour Emérence
C'était un cadeau pour la petite Emérence, dont la mère est une férue de couture avancée, chez qui j'ai passé quelques journées sur ce thème, et qui m'a aidée à m'améliorer et m'a déjà fait don de plusieurs de ses créations.
J'ai beaucoup de respect pour les quilteurs professionnels, maintenant. Et le mot patchwork vient de prendre quelques lettres de noblesse... (Et réfléchissez à cela: il y en a qui font tout A LA MAIN!)

Thursday, September 05, 2013

Et sinon Bibil tu as eu des vacances?

Ha.
Ha.
Ha haha.
Vous avez été nombreux à exprimer votre compassion en m'envoyant des cartes postales, photos de plages de cocotiers ou autres paysages idylliques. Vous saviez que pour le bien de ma thèse, j'ai refusé des vacances au Canada, en Italie et en Laponie. J'aurais pu être partie plus d'un mois, à la place je suis restée en Belgique à plein temps. Si j'avais su que je ne parviendrais pas à rendre ma thèse dans les temps, je n'aurais peut-être pas fait ces sacrifices. Mais soit.
Je me console néanmoins en me disant que je ne serais pas partie l'esprit tranquille au vu de tout ce qui s'est passé sur mon chantier. J'ai eu un été relativement mouvementé et preneur de tête. Et puis c'était pas si mal, l'été belge, pour une fois. Il a fait caniculaire pendant tout le mois de juillet et une partie du mois d'août, et mes parents étaient partis en me laissant la maison... Ce qui a mené à des abus divers et multiples, que je vous résume ci-dessous:
1. Beaucoup de piscine.
Piscine de ville
(et de vraie piscine, aussi)
2. Beaucoup de vie sociale
Burger et Capu
Allez, hop, vous êtes prêts? Tous avec moi!
"Laissons les bises, alizés aux voiliers
Aux petits drapeaux de plage
Colorés"
Knacki et Sushi
"Mistral chasseur de nuages laissons les
Souffler dans le ciel bleuté
De l'été"
Apéro terrasse
"Laissons tout le vent enfermé
Au fond de nos postes de télé
S'évader"
Ami Strepy
"Toute l'énergie éolienne
Que nos existences contiennent
S'envoler"
Day Clubbing de Gatien
(C'est bon, je vous ai mis une chanson en tête?)
Je vous avoue que c'était fort agréable de pouvoir lâcher un peu du lest, profiter de soirées et de weekends sans thèse, faire du sport, passer du temps dehors, manger des barbecues, boire des apéros... Ce qui m'amène à
3. J'ai donné libre cours à quelques impulsions culinaires, telles que:
Le burger au barbecue
Burger
Mais aussi... Le grand retour des moules! (En référence aux crustacés, toute allusion déplacée est évidemment à proscrire).
Moules
4. Paradoxalement, j'ai mis Danio au régime.
Danio au régime
Mmmmh c'est bon les carottes, hein Danio.
5. Je suis allée à quelques mariages
Mariage Momo et Momette
Ouéééééé!
6. Fait les soldes (photo en lien avec le point 5 mais résultant du point 6)
Mariage Momo et Momette
J'ai aussi fait les soldes sur internet pour mon plus grand bonheur et à l'incompréhension totale des membres de ma famille, qui ne comprennent pas comment je peux choisir un vêtement sur un écran d'ordinateur. Mais grâce à ça j'ai maintenant plein de nouvelles robes et ça tombe bien, c'est la mode il parait.
7. J'ai fait du Fourchette sitting
Fourchette et la saucisse
Gnawn
8. Je me suis remise à la couture! Mais plus d'informations sur ce point dans un prochain post... 
Enfin bon les vacances c'était cool mais ça n'a pas été très productif. D'ici le weekend prochain je me remets à un rythme de fin de thèse et je recommence à bosser les dimanches. Puis progressivement j'ajouterai les samedis. Puis les soirs. Et qui sait, la thèse se terminera peut-être avec l'année deux mille Thèse...
D'ailleurs:
 

Monday, September 02, 2013

Bon, c'est pas tout ça

Depuis jeudi je bloque sur un document intitulé "note explicative de la recherche", où je dois succinctement présenter ma recherche tout en persuadant des gens de m'accorder un financement supplémentaire. Et donc, dire que j'ai effectué un travail exceptionnel, mais en même temps pas assez que pour ne pas terminer dans les temps impartis par mon financement.
Je regarde l'écran en considérant quoi écrire après les mots "cadre théorique", "méthodologie" et "résultats", et sérieux, je ne sais pas quoi mettre.
Alors du coup j'ai fait signer tous les documents pour ma réinscription, j'ai commandé des livres académiques, j'ai enfin réglé ce problème de badge d'accès, je me suis portée volontaire pour l'organisation de deux colloques en 2014, et j'ai même apporté des croissants ce matin. Et puis comme mes capacités à procrastiner avec des trucs liés au boulot a parfois des limites, j'ai aussi mis ma voiture à l'entretien, j'ai payé toutes mes factures, j'ai pris rendez-vous pour finaliser mon devis de sanitaires, mon devis de carrelage, pour racheter les murs mitoyens de mes voisins, j'ai trouvé un siège enfant pour ma voiture (j'ai des amis qui viennent ce weekend), et maintenant, j'ai updaté le blog.
Curieusement ce qui me bloque le plus ce n'est pas d'écrire une note explicative de ma recherche, mais bien de l'écrire en français. Après avoir passé huit mois à écrire des centaines de pages en anglais, curieusement, j'ai du mal. Les termes ne sont pas les mêmes, les phrases ne sonnent pas de la même façon, et j'ai l'impression que quoique j'écrive, ça ne fait pas très académique.
Allez, je vous laisse avec une photo de Knacki qui squatte un panier.
Knacki squatte des paniers
Elle fait ça tout le temps. Mais tout le temps.
Elle fait ça avec des pyjamas, aussi.