Wednesday, July 31, 2013

Thé glacé

Parce que la saison s'y prête, et aussi pour répondre à la demande populaire, je vais partager avec vous ma recette de thé glacé (trouvée sur internet et modifiée selon les aléas des multiples tests).
Ingrédients:
- Du thé fumé ou aromatisé aux agrumes, comme du Lapsang Souchong, de l'Earl Grey ou du Lady Grey.
- Du sucre
- Une orange à jus
- De l'eau (Duh.)
- De quoi chauffer cette eau (genre, une bouilloire)
- De quoi refroidir cette eau ensuite (genre, un frigo)

Les étapes:
- Faites chauffer de l'eau et faites-y infuser votre thé
- Ajouter du sucre selon votre goût
- Coupez une orange en rondelles et mettez-les dans le mélange
- Refroidissez le mélange. Au besoin, diluez avec un peu d'eau froide.

Bon, voilà, c'est tout bête, en clair vous faites un thé glacé mais avec du Lapsang Souchong et des rondelles d'oranges. C'est super bon. Profitez-en bien, c'est le retour de la canicule demain!

Sunday, July 28, 2013

Ragot!

Oh, mais que? qui? quand?
Un indice: il ne s'agit pas de quelqu'un de ma famille (à savoir, non ce n'est pas ma soeur). 
Il s'agit également de quelqu'un qui 1. a vu Knacki, 2. possède des baby-converses, et 3. est susceptible d'acheter un livre s'intitulant "Bébé: mode d'emploi". Au delà de cela, je vous laisse deviner...

Monday, July 22, 2013

Travaux et eau

Une petite update travaux pour ceux qui me le demandent, depuis mon constat de dégât des eaux:
- Le dégât des eaux est temporairement sous contrôle. Pour abréger une longue histoire, et sans donner trop de détails sur mes interactions avec mon entrepreneur ("infructueux" est le qualificatif que vous cherchez), au bout de deux jours j'ai fini par craquer et appeler moi-même un intervenant. Alors je sais qu'il y a une procédure à respecter et que cette procédure n'est pas celle-là, mais là vous avez vu les photos, ça flottait sévère; et après tout, de toutes façons mon argent est perdu, autant ne pas se taper en plus des réparations à effectuer ultérieurement à mes frais et un litige avec les voisins. Le dégât des eaux, donc, était causé par le fait que ça continuait à flotter même après avoir coupé l'eau, ce qui signifiait qu'il y avait un problème dans les vannes qui coupent l'eau. De toutes façons, à part ces vannes et quelques canalisations sectionnées, il n'y avait plus grand chose d'autre dans la maison, pas besoin d'être très expert. Donc pour l'intervenant, je pouvais me la jouer à pile ou face: soit la vanne défectueuse était la mienne et je devais appeler un plombier, soit c'était la vanne d'Hydrobru et je devais les appeler eux. Au final, j'ai décrété qu'elles étaient toutes les deux défectueuses, ce qu'Hydrobru a confirmé quand ils sont venu. Cela aurait pu s'en arrêter là, une simple vanne changée, pas de quoi faire venir un huissier. Sauf que. (Oui vous avez remarqué comme cela ne se passe jamais comme prévu?) 
(Allez, je vais à la ligne pour faire durer le suspense).
Sauf que, donc, la vanne se trouve sur une canalisation en plomb. Haha mais dites, cette maison n'en finit pas de révéler des surprises. D'autant plus que ladite canalisation se trouve en dessous d'un container qui doit partir "de façon imminente" depuis fin mai. Ne donnons pas trop de détails, disons juste que le container a été enlevé par le sous-traitant dans un geste de compassion envers ma personne, mais qu'il avait de très bonnes raisons de le laisser là s'il en avait eu l'envie. Bref, un poste imprévu donc, et avec tout ça j'ai toujours un problème de flotte. Le technicien a minimisé les dégâts en bloquant au maximum toutes les vannes avec une pince, mais sa solution est très temporaire malgré tout. Ca flotte toujours, juste un peu moins. Si je pouvais juste m'arranger en bilatéral avec Hydrobru tout se passerait bien, le seul problème c'est que dans ce cas j'apporte de belles modifications au travail de mon entrepreneur, puisqu'il va y avoir tranchées et autres joyeusetés, et qu'il y a une procédure à respecter, avec des huissiers et tout le reste, et que comme je n'y connais rien, cela me prend un temps extraordinaire pour vérifier que je ne me fasse pas avoir.
- Ce qui est quand même bof bof, c'est aussi la protection du chantier. C'était un problème pendant les travaux et cela l'est encore plus maintenant. Heureusement, maintenant que je sais où se trouvent les structures porteuses, je peux vous affirmer avec certitude qu'il n'y a qu'un huitième de ma maison qui risque de s'effondrer. Mais là aussi il y a une procédure à suivre, je ne peux pas juste faire venir un autre entrepreneur lorsque mon propre entrepreneur n'intervient pas. Rha dites.
- Sinon, le côté bureaucratique de la chose suit son petit bonhomme de chemin. Là non plus je ne vous donnerai pas de détails car tout est encore en cours. Ce que je peux dire par contre, c'est qu'au final, je pourrai presque m'estimer heureuse si je ne perds que l'acompte dans cette histoire, et que je ne me retrouve pas à payer une seconde fois les sous-traitants que mon entrepreneur n'a pas payés. Le système est malgré tout scandaleusement inégal. Franchement, si je peux donner un coup de gueule c'est bien celui-ci. Peu importe les circonstances de la faillite, au final ce sont toujours les plus petits qui se retrouvent dans des situations dramatiques: les créanciers non-prioritaires et les sous-traitants. C'est l'injustice de la situation qui me rend le plus furieuse, c'est de me sentir impuissante, de ne pas pouvoir me battre avec les mêmes armes que les créanciers prioritaires. Et dire que toutes ces micro-catastrophes sont entrainées par la mauvaise gestion (involontaire ou non) d'un seul homme, qui malgré tout ne s'en sort pas si mal, car il peut recommencer à faire exactement la même chose avec une autre société sans que le système ne l'en empêche, et sans qu'on ne lui demande, mais avec quel argent au juste parvient-il à se ressaisir de la sorte?
Et encore, moi j'ai un avocat payé par mon assurance, et même si je vais devoir revoir mes travaux à la baisse, il y a des chances que je puisse les terminer sans sombrer dans le surendettement. Il existe circonstances beaucoup plus dramatiques. Mais malgré tout il y a de quoi s'en rendre malade. Cela fait des semaines que je ne dors plus, que je n'arrive plus à travailler à ma thèse, que je n'arrive plus qu'à penser qu'à ça, à ne parler que de cela (et ça vous gonfle et je le sais, sorry les gens). 
Si jamais vous envisagez des travaux de rénovation et que mon histoire vous fait peur, je ne peux que vous donner ces conseils:
- Prenez une assurance maître d'ouvrage qui couvre vos frais juridiques et autres joyeusetés comme les litiges avec les voisins ou la garantie décennale en cas d'intervenant défaillant. Ca vous coûte une douille mais ce n'est rien à côté des frais engendrés si jamais vous vous retrouvez dans une situation comme la mienne.
- Faites un acte de cautionnement. Il s'agit d'un pourcentage des travaux que l'entrepreneur doit bloquer sur un compte, libérable à 50% au moment de la réception provisoire, et 100% au moment de la réception définitive.
- S'il y a moyen de ne pas payer d'acompte, c'est mieux. Enfin allez-y pour trouver un entrepreneur qui accepte cette condition, en même temps.
A bientôt avec d'autres rebondissements extraordinaires...

Saturday, July 20, 2013

J'ai fait du point de croix

Et oui! Signe que l'été est là, que la pression se relâche, que la thèse et les travaux ça prend sérieusement la tête et que pour ma survie mentale il faut développer des stratégies de relaxation, et bien, j'ai repris le point de croix. (Un peu).
Oh dites donc! On dirait bien que j'ai des amis dont le bébé s'appelle...
Point de croix
Point de croix
Si si, on parle bien de lui, là.
(Modèle pris ici)
Et on dirait bien que j'ai des potes qui ont eu un bébé qui s'appelle
Point de croix
Point de croix
(Petites grenouilles prises ici)
Et finalement, Sophie a vu passer son anniversaire!
Point de croix
Ouiiiii
Point de croix
(Chien saucisse pris ici, ce qui était d'ailleurs un cadeau de Sophie elle-même si je puis le rappeler)
Et si je veux être totalement honnête, les bavoirs ont été réalisés devant des matchs de Djokovic et de Lisicki pendant les demi-finales et finales de Wimbledon. Le chien saucisse, quant à lui, a été réalisé en janvier, donc ok je n'ai pas encore véritablement repris le point de croix, je me sens encore trop coupable de délaisser ma thèse. Mais ça va venir.
D'ailleurs tout ceci me rappelle que je n'ai acheté aucun manuel de point de croix en 2013... Fou non?

Wednesday, July 17, 2013

Oh, la belle violette

Pour ne pas retourner le couteau dans la plaie, il y a d'autres personnes chez qui les travaux n'impliquent ni architecte, ni entrepreneur, ni permis de rénovation, ni accord de la région, ni traitement de béton pourri, enfin bref, chez qui il faut juste "redonner un coup de peinture". Et cela a été le cas d'une des personnes sur cette photo (indice: ce n'est pas moi), qui a emménagé dans un endroit dont les murs étaient...
Je vous laisse deviner...
Peinture
Vous avez deviné.
Et donc, notre mission était de recouvrir ce mur déjà magnifiquement agrémentés de deux teintes différents de violet d'une épaisse couche de beige, deux teintes également. On m'avait dit que la peinture était la partie la plus satisfaisante des travaux, parce qu'on voyait le truc progresser de façon visible (en tous cas pour la première couche). Et bien je ne nie pas, mais je dois ajouter qu'en plus c'était assez marrant à faire.
Peinture Alice
Peinture Alice
Oh! Des godets recyclés.
Peinture Alice
Work in progress
Peinture Alice
Et mission accomplie!
Peinture Alice
Waaaw.
Et cela tombe bien, je compte justement faire tomber la peinture du devis de mon futur nouvel entrepreneur... A bon entendeur... Si ça se trouve ce sera de nouveau l'été, d'ailleurs, ça tombe bien!
Entretemps les voisins de mes parents sont en train de faire de gigantesques travaux qui impliquent une grue géante et une espère de foreuse disproportionnée, et ce malgré les congés du bâtiment, j'ai vue là dessus en bossant sur ma thèse, ce n'est pas du tout frustrant.

Sunday, July 14, 2013

Bon, et avec tout ça, on en oublie l'essentiel...

... Il s'est passé plein de choses dans cet intermède juridico-bâtissiaire (oui j'invente des mots et c'est mon droit). Non pas que l'intermède soit résolu, loin de là, mais bon entretemps:
1. Notre bon ami ci-dessous a eu 30 ans
Annif Ignace
(Vous ne rêvez pas, il s'agit bien d'une bougie d'anniversaire dans du filet américain)
Annif Ignace
Il faut familiariser les jeunes chiots à tout
Annif Ignace
La phase biscuit a encore de beaux jours devant elle
2. Ce fringant jeune homme a défendu publiquement sa thèse (comment je l'envie)
Défense Fix
Un Powerpoint illustrant un système à partir d'une population de M&Ms
Défense Fix
Et bon, parce qu'il le fallait
Défense Fix
Qui a parlé de phase?
Défense Fix
Mais la vraie star du show c'étaient les meringues
Et plein d'autres choses! Stay tuned, restés tunés.

Wednesday, July 10, 2013

Update travaux

Oh mais dites, quelle période de silence sur ce blog! Vous vous étiez peut-être imaginés que je m'étais échappée vers une île paradisiaque pour boire des cocktails sur une plage de sable fin...
Ha. Ha. J'aurais bien aimé, c'est pas ça hein. Mais bon, j'ai comme qui dirait un problème. ("Une tuile" pourrait être un vocabulaire plus approprié, puisque ça touche à la construction, mais bon).
En clair, pour ceux qui ne le savent pas encore, mon entrepreneur va déposer le bilan.
Comment est-ce arrivé? Me demanderez-vous, et aussi, comment est-ce que je n'ai rien vu venir? Quand on a engagé mon entrepreneur tout allait bien. Il m'a fait payer un acompte, jusque là c'est normal. Sauf que bon, personne ne m'a informée qu'il devait aussi faire un acte de cautionnement, et évidemment dans le contrat que j'ai signé il n'y avait aucune garantie en cas de faillite. Il était sans doute déjà en difficulté à ce moment-là, malgré ce qu'il m'en a dit, ou alors il n'en est pas à sa première faillite et fait ça avec tous ses clients.
Ensuite il a commencé les travaux de démolition, normal aussi. Ca a duré quinze jours. On a dû s'arrêter à cause de cette affaire de béton pourri, faire appel à des experts, et il en avait l'air tellement heureux que j'aurais dû trouver ça suspect. Il a surfacturé son dernier état d'avancement, mais mon architecte m'a persuadée de le payer quand même, puisque de toutes façons on devait refaire le devis avec cette affaire de béton. Ca, c'était fin mai.
Tout le mois de juin, il y a eu des excuses: le retard du rapport de l'ingénieur stabilité, le besoin de recalculer le devis, le besoin de consultation technique pour établir quel type de fondations faire - vu que c'était la seconde surprise du chantier, pas de fondation - etc etc. Vers la fin du mois de juin, il est apparu clair que mon entrepreneur faisait tout pour postposer la reprise du chantier à l'après-congés du bâtiment. J'ai commencé à m'agiter, mais j'ai vite compris qu'en fait il y a beaucoup de gens qui se mettent en mode "congé" bien avant les congés, et que faire se bouger les gens pour deux ou trois semaines alors que l'étape suivante implique de commander du matériel à des compagnies déjà en congé, c'est difficile...
Puis finalement c'était pire que cela.
Il y a quelques jours, mon entrepreneur m'a annoncé qu'il était en faillite. Sachant qu'on étant en plein milieu des congés judiciaires, que ceux du bâtiment m'ont l'air de durer de mi-juin à mi-août, que ma maison est éventrée et à la merci de la météo, et surtout évidemment qu'il me doit surtout beaucoup d'argent. Genre, beaucoup. Un an de salaire par exemple, et même si dans la recherche on n'est pas payés comme ailleurs, ça reste une somme énorme. J'aurais pu m'acheter deux voitures pour ce prix-là. Ou 25 teckels de race. Ou 600 kilos de pralines Galler. Ou 1m² dans un appartement parisien. Rha, ça me rend malade.
Alors, je ne vous cache pas que c'est un coup dur. Pendant les premiers jours j'étais en colère contre le monde. Contre mon entrepreneur car je n'ai pas de doute qu'il savait quel risque pesait sur mon chantier en l'acceptant. Contre le système qui fait que les banques et l'Etat vont passer avant moi pour dépecer le cadavre de mes économies. Contre moi aussi, pour ne pas avoir vérifié quel type de contrat je signais, pour ne pas m'être renseignée sur cet acte de cautionnement, pour avoir payé un état d'avancement surfacturé, enfin bref, pour avoir fait confiance; alors qu'au fond de moi j'étais hyper parano et j'avais une voix intérieure qui n'arrêtait pas de m'envoyer des signaux d'alarme. Contre ceux qui ont acheté leur bien et fini leurs travaux en moins d'un an, et pour qui cela a été l'expérience de leur vie. Contre les entrepreneurs hyper fiables que je suis en train de rencontrer et que j'aurais dû voir avant de m'embarquer dans cette galère. Je me maudis même de m'être tellement battue pour acheter cette maison - si l'offre m'avait filé sous le nez, j'aurais trouvé un appartement deux chambres sans travaux comme je le voulais au début, et je n'en serais pas là.
Heureusement, je suis assez bien entourée. Tout d'abord, j'ai beaucoup d'amis et famille travaillant soit dans la construction, soit dans la loi, et qui ont été de bon conseil. J'ai aussi eu la bonne idée de prendre une assurance maître d'ouvrage avant mon chantier, et elle va intervenir en couvrant mes frais juridiques. Grâce à elle, j'ai aussi un bon avocat. Entretemps, mon entrepreneur a fait un geste en proposant une éventuelle solution - pas idéale mais c'est quelque chose, reste à voir les risques et les conditions de ce qu'il propose. Bref, la procédure est en cours. En dehors de la procédure, j'aimerais effectuer un contre-état d'avancement pour sa surfacturation. J'ai des commandes de carrelage qui ne seront jamais payées par cette société, et il faut les retenir jusqu'à ce que j'aie un nouvel entrepreneur.
Et bon, aussi, j'ai une maison éventrée dans laquelle il vente et il pleut, et si cette petite procédure dure trop longtemps, dans laquelle il pourrait geler et neiger - n'en déplaise aux canalisations de mes voisins qui se trouvent dans les murs mitoyens.
Enfin, voilà, aucune solution n'est parfaite, et l'essentiel est d'essayer d'en trouver une avec laquelle je suis à l'aise - et écouter cette petite voix qui m'envoie des signaux d'alarmes quand en effet, non, je ne suis pas à l'aise avec la situation. Entretemps je ne dois pas me prostituer pour financer mes travaux et la fin de ma thèse, mes parents sont toujours d'accord de m'héberger, tout le monde est en bonne santé, et les Dinosaurus sont revenus dans nos supermarchés. Ca pourrait être pire.
Hein.
Dites.
Je me demande combien de Dinosaurus je pourrais m'acheter avec cette somme, malgré tout.

Tuesday, July 02, 2013

Knackupdate

Knacki
Knacki
Knacki
Knacki a déjà trois mois! Même si je la vois tous les jours et qu'il est donc plus difficile de vraiment se rendre compte du changement (un peu comme avec les rides ou la cellulite, un jour on ne peut que constater, "oh mais dites donc, ça a vachement augmenté cette affaire" alors qu'en soi c'est pas comme si on ne le sentait pas venir), et bien, Knacki a bien grandi... Le véto le dit, la balance du véto le dit, la place qu'elle occupe dans sa niche portative le dit, la place qu'elle occupe sur les genoux le dit. Et on arrête de m'arrêter dans la rue pour me dire, "oh mais il est tout petit", et quand je l'emmène dans un bar les serveurs arrêtent de trouver des prétextes pour jouer avec. Ben oui. Elle a vachement grandi. Je dis ça je dis rien, mais plus que deux mois et elle a sa taille adulte.
Knacki
Mais bon. Ce n'est pas pour autant qu'on arrête de la traiter comme un chiot. Et clairement, ce n'est pas pour autant qu'elle arrête de se comporter comme un chiot.
Knacki et Danio
Knacki et Danio - light sharing
Allocation efficace des ressources
Avec Danio ça se passe. Danio tolère Knacki, et dans des rares moments d'illumination elles jouent ensemble, mais la plupart du temps Knacki est un machin plein d'énergie qui n'arrête pas d'essayer de provoquer Danio au jeu, mais que Danio traite comme une nuisance. Elle accepte que Knacki se colle à elle pour dormir parce qu'elle n'a pas vraiment le choix, mais c'est tout (d'autant plus qu'une fois sur deux, Knacki feint de vouloir dormir et en profite pour lui chopper un bout d'oreille).
Knacki et Fourchette
Avec Fourchette ça se passe très bien par contre, elles sont super potes, BFF pour la vie, il n'y a pas trop de soucis à se faire de ce côté-là. Une fois par semaine on les met ensemble avec comme consigne l'épuisement mutuel, histoire qu'elles dorment pendant deux jours après.
Danio et le jeu de knacki
Danio a piqué le jouet de Knacki
Allez, je conclus en vous offrant une photo de la serre de mon père, fierté intemporelle dans laquelle Knacki essaie continuellement de s'incruster pour creuser dans les salades...
Serre de Papa et Knacki
Bonne journée!