Thursday, November 07, 2013

Et voilà ce qui arrive quand on procrastine

Aaah, les joies de la procrastination. Vous vous souvenez que je suis partie à Berlin pendant trois mois? Oui, de mai à juillet 2012... Il y a près d'un an et demi, donc.
Figurez-vous que ce séjour, ma foi fort sympathique, a eu la bonne fortune d'être financé par une bourse de voyage. Alors je ne sais pas pour vous, mais ici logiquement, ce qui se passe avec une bourse de voyage, c'est qu'on fait des notes de frais pour se faire rembourser ensuite dans les limites d'un budget pré-défini. Sauf que dans ce cas de figure bien précis, j'ai reçu directement la somme de la bourse sur mon compte personnel, sans rien me dire de plus. Comme on ne m'a jamais vraiment précisé qu'il fallait que j'entre des notes de frais, j'ai comme qui dirait procrastiné. Ou plus précisément, tant qu'on ne me demandait rien, je ne rentrais rien. J'avais tout dans un dossier, hein, enfin dans un dossier et à divers endroits de mon ordinateur, d'internet, d'extraits de compte, et sans doute, hem, enfin peut-être ailleurs, dans un endroit connu de moi seul. Puis le temps a passé, tranquillement, et j'ai eu le temps de bien oublier ce que j'avais fait quand et à quel montant, et où j'avais rangé les pièces justificatives.
Jusqu'à ce lundi 4 novembre, date fatidique où le service comptabilité de l'organisme financier m'a très poliment rappelée à l'ordre. Aha? Oui ben du coup, il a fallu s'y mettre...
Je me suis éclatée. E-cla-tée. 2 jours plus tard, finalement, je suis arrivée à presque tout rassembler, catégoriser, classer, coller, un peu comme du scrapbooking mais en moins beau. J'ai dû faire quelques constats désolants: 
- Je suis allée à la cantine presque tous les jours, sauf quelques rares occurrences au Brezel Bar en bas de chez moi qui était pourtant infiniment supérieur. Je constate qu'il y avait beaucoup d'occasions où je me suis penchée sur le "Salat Bar", pourtant pas très bon, à cause de la médiocrité du plat du jour. Et parfois j'ai plusieurs notes de frais pour la même journée, et elles disent toutes "Tagesdessert". Sans plat principal.
- J'ai aussi retrouvé la note de frais du Mohnküche. Il m'a coûté 0,80€ ce petit faiseur de promesses.
- Au début de mon séjour, quand j'allais au supermarché, on lisait "Äpfeln", "Rucola", "Salat" ou "Lachs" sur le ticket de caisse. Quand le foot a commencé tout cela a changé, et j'ai tout à coup acheté des bières, des chips, des pizzas, des cacahouètes, du Gouda en morceaux, et curieusement aussi des cerises (pour la bonne conscience, sans nul doute). Sauf que sur le ticket de caisse on ne sait pas vraiment se justifier et dire, "oui mais tout ça c'était social, il ne faut pas croire hein".
- Quand on achète du Ritter Sport, c'est pas très discret sur le ticket de caisse non plus, spécialement quand il s'agit du ticket qui précède votre retour en Belgique et qu'on en achète 15.
- J'ai dû justifier 60€ de réparation d'un vélo pour cause de vol de phare avant. C'est marrant la vie, hein.
- J'ai aussi dû justifier d'avoir payé deux billets d'avion pour mon retour, parce que le site web d'Easyjet m'avait induite en erreur et que je n'ai pas assez vérifié que je sélectionnais bien la date de mon choix et non la date la moins chère (on verra si ça passe).
Bon, maintenant, je vois que je dois aussi rendre un rapport d'activité. Il va falloir que je ressorte mon ancien agenda. Et il faut que j'envoie ma "convention" aussi, quoique cela veuille dire (ma convention avec qui?). La vie d'un doctorant est trépidante, je vous le dis, tré-pi-dante. 
Je compatis sincèrement avec tous les indépendants et les comptables aujourd'hui.

No comments: