Monday, April 29, 2013

A quoi peut-on reconnaitre les symptômes du stress?

Un indice: quand on tombe malade, et que même si on se sent comme une bouse, qu'on est dans son lit à regarder le plafond en combattant la fièvre sans rien savoir faire d'autre, et bien, on apprécie quand même vachement ces instants-là parce qu'au moins on ne travaille pas à la thèse?
malade
Un autre indice: quand on achète des Fleurs de Bach supposées vous calmer les nerfs et qu'en voulant l'ouvrir, on fend le bouchon en deux? Non mais sans même avoir l'impression d'avoir forcé hein...
stress?
Ahlala le stress. Je suis d'accord que je suis de nature stressée en général, mais là ça commence à bien faire, le stress est toujours présent, même quand il ne l'est pas. Il est distillé de manière diffuse, sur le long terme, un peu comme un implant; et il parait qu'on ne s'en débarrasse pas si facilement après avoir fini la thèse, il faut une longue phase de réadaptation à la vraie vie après!
Outre de me rendre monomaniaque et obsessionnelle sur la Thèse en question, le stress a aussi d'autres conséquences qui, je l'espère, ne dureront pas. Sur mon système digestif d'abord, qui est perpétuellement en crise. Je passe par des phases où je ne sais plus rien manger, et d'autres où ça va mieux et où je me rue sur tout pour compenser, retournant très vite dans une phase où je ne sais plus rien manger. Je passe mon temps à fantasmer sur de la nourriture que je ne parviendrai pas à prendre; tourne autour de la machine à café en sachant que si je craque, cela n'entrainera que de la souffrance. Je me retrouve devant des buffets desserts somptueux et coupes de champagnes à gogo, mais laisse tomber, tout ce que je parviens à prendre c'est de l'eau pétillante! Tout cela évidemment sans perdre le moindre poids, faut pas trop demander, hein.
Sur mon apparence physique, aussi. Il y a des jours où j'ai du mal à reconnaitre mon visage. Ma peau et mes cheveux ont tout à coup l'air vieillis, j'ai le teint terne, un trop-plein de peau qui s'affaisse comme attirée par la pesanteur, et les cheveux hyper fins, difficiles et qui certains jours tombent par poignées. Et paradoxalement ce même visage semble être retourné à une phase juvénile, avec de l'acné, des cheveux gras, et je vous passe les détails par peur de tomber dans le TMI. Bref, je suis loin d'être sexy Bibil, et je me demande vraiment jusqu'où ça va aller. Je me souviens avoir regardé la métamorphose physique de certaines doctorantes en fin de thèse et vraiment c'est le vieillissement soudain de leur visage qui m'avait frappée, et je crains fort qu'une fois qu'on entre dans cette phase-là on ne retourne pas en arrière.
Bref. Avec tout ça j'entre dans des angoisses terribles sur des petites choses. Suis-je en train de faire du tort à ma santé de façon irréversible? Et si un jour on me faisait un test du foie et qu'on voyait que je l'avais tellement endommagé que, hein? A quoi est-ce que je ressemblerai quand tout ça sera fini? Et je me tape des déprimes incroyables à être coincée avec cette épée de damoclès en permanence, j'ai tellement envie de faire autre chose... Puis à me demander si je ne mets pas trop d'espoirs en ma future vie quand tout cela sera fini, si en fin de compte je n'en serai pas quand même exactement au même stade après mais avec l'impression d'avoir pris dix ans de plus.
Bref.
Le stress, je vous le déclare, ce n'est pas constructif.
Et ces Fleurs de Bach, là, ça ne marche pas. Point.

No comments: