Friday, June 29, 2012

Bonne fete Maman!

Bien, tant que je parle de point de croix, je dois vous faire part d'un petit ouvrage réalisé il y a quelques semaines à l'occasion de la fête des mères (oui, en mai, donc):

Maman au point de croix
Fête des mères
Fête des mères
Un signet pour un grand livre (la tournante de livres de Maman ne fait jamais que circuler des énormes volumes) avec écrit Maman dessus, et des fraises que j'ai trouvées ici, et un fond à pois rouges. Parce que j'aime beaucoup ma Maman, d'amour vrai et véridique, parce qu'elle se dévoue jour et nuit pour l'épanouissement de ma personne, parce qu'elle vient me chercher à l'aéroport et à la Gare du midi plus d'une fois par mois depuis avril de l'année passée, parce qu'elle a déménagé la fin de mes affaires à ma place, parce que tant que je serai homeless elle va m'accueillir pendant un petit temps et mes affaires pendant encore plus longtemps sans doute, et aussi parce qu'oublier la fete des mères s'apparente au point 8 de ce post-ci.

Wednesday, June 27, 2012

La vie des autres: Sabine

Mais! Vous avez remarqué? Les examens sont finis, les soirées sont plus longues, les administrations commencent à etre inatteignables... Il y a dans l'air comme une petite impression de vacances d'été! (A défaut de pouvoir parler d'été tout court - il va falloir user de la métaphore cette année). Et qui dit été, dit saga de l'été! J'ai le plaisir de vous annoncer que pendant les trois prochains mois, le blog va accueillir une quinzaine de posts hebdomadaires sur le thème "la vie des autres", où de fidèles lecteurs vous racontent des scènes de leur quotidien... A vous de voir si cela ressemble au votre! 

Cette semaine nous commencons avec Sabine, qui en vrai ne s'appelle pas comme ca, et qui fut ma colocataire du glorieux temps de ma colocation. Elle a emménagé dans un appartement à Bruxelles il y a quatre mois, et elle nous raconte quelques anecdotes de son nouveau quotidien...

Sabine, est-ce que tu as fait un voyage récemment ? 

Oui, un voyage dans le temps ! Ayant récemment aménagé dans un très mignon petit appart dans une rue au nom d’un illustre écrivain, dans une partie de la capitale un peu moins illustre (tout dépend du côté où on se trouve)… Bref, je me suis fait recommander par mes parents de ‘vider’ ma chambre dans la maison familiale, histoire de récupérer de la place (pour eux) mais d’en perdre pour moi. (Enfin, de nouveau, tout dépend de la manière dont on interprète le mot ‘vider’). Là, j’ai rempli 4 sacs poubelles et 5 caisses pour poubelles ‘papier’... c’est dire. 
Donc oui, j’ai voyagé vachement loin : les stickers des chewing-gums de quand on avait 6 ans, qu’on pouvait aller acheter uniquement en vacances chez nos grands-parents qui nous donnaient 5 francs, les papiers à lettres à fleurs de première communion (c’est dire si ça fait longtemps, les lettres en papier avec enveloppes customisées), les gadgets et autres zips pour faire tenir son skipass (maintenant aussi dépassés par les pass magnétiques, ça date !) et finalement, une trace d’un mémoire sur l’étude des profils de vitesse en écoulement permanent et transitoire (ça date un peu moins) mais c’est tout aussi loin (dans ma tête).

Qu’as-tu mangé hier soir ? 

Alors hier soir, j’ai mangé un truc beaucoup trop bon, c’était un essai pour des amis (qui étaient là aussi, donc essai en live on va dire). Il s’agit d’un crumble au saumon sur son lit de courgettes ! Hum, il faut savoir que ce plat est le résultat de conseils cohérents et moins cohérents… 
La naissance d’une recette : 
Etape 1 : au cours d’un brunch pour l'anniversaire d’une personne dont je ne citerai pas le nom mais qui vieillit chaque année un peu plus durant le mois de juin, je me vois proposer une recette sympa : crumble de poissons (poisson blanc ou saumon) sur lit d’épinards frais ou courgettes… l’idée germe… (le crumble aux poires chocolat étant une référence dans le domaine du crumble tout court, ça ne peut qu’être bon… !)   
Etape 2 : discuter avec mon collègue de bureau sur l’éventuelle idée de faire un crumble au saumon, il me recommande de le cuire 15min max, de mettre de l’aneth entre le poisson et le crumble et de l’huile d’olive (et éventuellement une tranche de citron). 
Etape 3 : pour la pâte du crumble, j’ai une recette de crumble au poireau, d’où je tire la composition de la pâte : Farine, beurre, parmesan, flocons d’avoine. Internet me conseille de la chapelure et n’ayant pas de parmesan en poudre, j’en mets des morceaux. Puis huile d’olive (encore) et poivre et sel… 
Etape 4 : faire le lit de courgettes (précuites), de saumon, et de crumble 
Etape 5 : cuisson à 20 min, ayant une femme enceinte dans l’assemblée, je ne prends pas le risque d’un poisson pas assez cuit (et les courgettes sont aussi pelées, hé hé) 
Oui, j’aurai pu prendre une photo... mais il est parti tellement vite et le plat était tellement vide à la fin… j’en ai encore le ventre qui gargouille ! Comme quoi, le talent culinaire peut naitre chez n’importe qui (mais vraiment n'importe qui) et surtout, n’importe quand (il n’y a pas d’âge) 


Merci Sabine pour ce petit message d'espoir, et pour ceux qui seraient intéressés par cette recette, voici, avec des proportions approximatives:
Crumble de saumon aux courgettes de Sabine:
Pour 4 personnes:
- 2 à 3 courgettes
- 4 pavés de saumon (remplacable par tout autre poisson)
- Quelques brins d'aneth
- 100 g de beurre mou
- 100 g de farine
- une poignée de flocons d'avoine
- une ou deux poignées de parmesan rapé
- 30 gr de chapelure (optionnel)
- 1 cuillerée à soupe d'huile 
- Un peu de jus de citron (optionnel)
- sel et poivre

Lien photo: http://bookworm.canalblog.com/
Comment faire?
- Coupez les courgettes en rondelles et précuisez-les afin d'en évacuer le jus.
- Si votre saumon est surgelé, mieux vaut s'assurer qu'il soit dégelé, voire légèrement précuit.
- Préparez la pate du crumble en mélangeant le beurre, la farine, le parmesan, les flocons d'avoine et l'huile d'olive (personnellement j'utilise une version utilisant juste chapelure, parmesan et huile d'olive, c'est à vous de voir). Salez et poivrez.
- Dans un plat allant au four, disposez une couche de rondelles de courgettes précuites (cela vous permettra de dire "sur son lit de courgette" par la suite), puis une couche de saumon, puis de l'aneth, arrosez éventuellement de jus de citron, puis le crumble par dessus.
- Faites cuire pendant 15-20 minutes au four à 180 degrés.
- Et voilà! Vous pouvez servir le plat d'un air pompeux en l'introduisant comme "crumble de saumon sur son lit de courgette", parce que c'est ce que ce sera, et si jamais vous l'avez raté, rajouter, "c'est une recette de Sabine, hein, je n'ai fait que suivre ce qu'elle a dit".

La semaine prochaine, nous écouterons Victoria parler de la Belgique!

Monday, June 25, 2012

Vous n'avez pas vu les matchs?

(Et vous vous en foutez?)
C'est bien normal, tout le monde ne peut pas être branché foot comme les Allemands... Pour ma part j'ai regardé presque tous les matchs jusqu'à présent, en plein air, dans des bars, dans des appartements, entourés de Berlinoises qui faisaient des commentaires à chaud que je ne comprenais pas plus que les commentaires de la télévision, ou bien chez moi, en faisant du point de croix, peinard.
L'apprentissage par immersion, il n'y a que cela de tel.
Et j'ai fait mes propres observations, si vous voulez tout savoir.
Vous voulez savoir?
Bien.
Voici.
* Il est devenu parfaitement normal, quand on croise quelqu'un que l'on n'a pas vu depuis longtemps, de parler football pendant une demi-heure, puis seulement de s'enquérir sur comment on va.
* Je suspecte Gomez de ne pas être humain. Il est parfaitement beau, il semble ne pas transpirer et sa coupe de cheveux reste suspicieusement impeccablement gominée même quand il marque avec la tête. Je le suspecte d'être un extraterrestre recouvert de peau humaine qui devait infiltrer la Terre pour la détruire, mais finalement a préféré devenir joueur de foot parce que c'était plus lucratif.
* Quand on en vient au foot, les équipes allemandes et néerlandaises ne peuvent pas se saquer. Mais vraiment pas. Apparemment ça remonte loin dans l'histoire. Le match Allemagne-Pays-Bas était plus tendu que le match Allemagne-Grèce.
Au point que, bon...

* Les supporters suédois et ukrainiens sont relativement identique. Ce qui, avouons-le, n'était pas très pratique pendant le match Suède - Ukraine. C'est pourtant simple, me direz-vous:
Ici nous avons des Suédois:

Et ici des Ukrainiens:
Ouais.
* Les commentateurs allemands se sont tus pour écouter tout un stade d'Irlandais chanter "The Fields of Athenry", lors des 6 dernières minutes de jeux, alors qu'ils étaient en train de se faire éclater 4-0 par l'Espagne. Mais ce moment de gloire musicale folk s'est très vite fait éclipser par le fait que Shakira était dans les tribunes et envoyait des bisous à son amoureux de l'équipe espagnole.
*Lahm ressemble décidément plus à un courtier d'assurances qu'à un joueur de foot: avec son mètre septante (ouais bon soixante-dix si vous êtes en France), il fait quinze centimètres de moins que les autres joueurs. Quand la caméra passe en revue l'équipe de foot allemande qui chante l'hymne national, elle doit faire un sérieux effort de recadrage quand tout à coup elle tombe sur lui. Dès qu'il commence à jouer on réalise vite qu'il est en fait vachement compétent. Mais rien à faire, à chaque fois que le je vois je me dis qu'il n'a vraiment pas la tête à l'emploi.
  

* Wayne Rooney (joueur que je n'apprécie guère, précisons-le) s'est fait faire des implants capillaires. Et bon, du coup, il a peur de frapper la balle avec sa tête. Ca ne l'a pas rendu plus sexy, mais par contre maintenant qu'est-ce qu'il se la pète.
* Vous serez contents de savoir qu'à chaque match de la Mannschaft, nous avons droit à ceci (même si le partenaire officiel est Hyundai):

Et que je reconnais tous les joueurs qui apparaissent dans cette pub. Même ceux qui sont sensés être sur le bench.
* Une petite touche d'humour à l'approche du match Allemagne-Grèce:

* Et une petite touche d'humour après le match Angleterre-Italie

* Un supporter italien, quand il gagne et qu'il a une voiture, qu'est-ce que ça fait du bruit.
* Et avec tout cela, je sens qu'on va se retrouver avec une finale Allemagne-Espagne, que je serai à fond pour l'Allemagne mais qu'en même temps je baverai à chaque fois que la caméra s'arrêtera sur Casillas. Et accessoirement que ce jour-là je serai à un mariage et que je trouve un moyen poli et discret de voir la chose.

Sunday, June 24, 2012

Un peu de point de croix

Oh oui! Cela fait longtemps, dites donc! Mais enfin Bibil, n'étais-tu pas occupée à regarder le foot? Sachez pour votre gouverne que toute femme sait faire plusieurs choses à la fois, et que donc regarder un match de foot et faire du point de croix ne sont pas incompatibles... Les plus chanceux d'entre vous auront pu remarquer que je sais non seulement faire les deux, et en même temps utiliser skype, boire une tasse de thé, et surveiller mon four, si ce n'est pas formidable? Bref, j'ai une série de projets en cours, et au vu de la distance qui me sépare actuellement de ma machine à coudre, vous risquez de ne pas voir le produit fini tout de suite... Donc voici un sneak peak, enjoy. (Mais si vous enjoyez cela immensément, ne faites pas semblant du contraire).

Et voilà! J'ai été productive, mais que voulez-vous, il y a eu beaucoup de matchs...
PS: Un grand merci à une des Sophie qui lit mon blog de m'avoir indiqué comment faire ces photo-montages!

Saturday, June 23, 2012

When in Germany...

Voici pour vous une dangereuse adaptation de Bibil aux coutumes locales... Vous pouvez voir en effet que j'ai investi dans des Birkenstock.
Avec lesquelles je peux faire du vélo.
Marcher dans la rue sans honte.
Aller au bureau.
Aller à des mariages allemands si l'occasion s'en présentait.
Et elles sont HYPER CONFORTABLES, my God les amis, malgré son relatif manque de classe, jamais chaussure de pourra vous procurer un confort podologique comparable.
Birkenstock
Aaaah. Nous avons encore beaucoup à apprendre de l'Allemagne.

Friday, June 22, 2012

Ich bin ein Berliner - jeu concours!

Je ne vous apprendrai rien en vous faisant part de mon engouement pour la chose suivante.
Berliner
Mmmmmh des boules de Berlin... Rendues célèbres par Kennedy lors de son discours de 1963 en secteur américain (pas tellement loin de là où j'habite), qui avait déclaré en Allemand, "ich bin ein Berliner!" Ce qui, dans sa tete, voulait dire "je suis berlinois", mais qui dans la réalité voulait dire ceci:
Ich bin ein Berliner
... Je suis une boule de Berlin. (Sans faute grammaticale cela aurait été "ich bin Berliner", pour votre gouverne).
Bref. Très fière d'avoir trouvé cette carte, je me la suis appropriée en quelques exemplaires (pas grand chose, seulement 20), et je vous les ai envoyées à vous, fidèles lecteurs que j'aime, du moins ceux qui ont eu la bienveillance de me communiquer leurs adresses. D'où le grand jeu concours du mois de juin:
Qui a recu la meme carte que vous?
Ich bin ein Berliner
Attention, piège: certaines personnes ont bien recu une carte postale, mais ce n'était pas celle-là, c'était une autre! La personne qui sera le plus près de la vérité remportera un souvenir de Berlin choisi pour correspondre au mieux à sa personnalité.
Vous pouvez me répondre par email ou dans les commentaires, attention pas de nom de famille dans les commentaires sinon je devrai effacer!
PS: Il existe une certaine probabilité que le/la vainqueur le doive poser avec ledit souvenir pour l'édification des générations futures.

Tuesday, June 19, 2012

Que?

J'étais déjà dubitative de la Bratwurst, mais alors ceci je vous admets que je ne sais pas du tout ce que c'est.
Griesspudding
Du Grießpudding.
Traduit en francais par "Gateau de semoule", et malgré mes recherches intensives sur internet je dois admettre que je ne connais toujours pas la composition de ce machin.
J'ai néanmoins fait quelques petites observations.
1. Ca n'a pas beaucoup de gout.
2. Ca se prépare avec du lait et ca crame vite.
3. Je suspecte qu'il s'agisse de semoule de riz, mais dans ce cas ca devrait un petit peu plus gouter le riz au lait; ou alors de la semoule de blé, mais ca devrait gouter plus comme du brinta. En tous cas ce n'est pas de la semoule de mais. De la semoule de froment? Ca existe?
4. En fait, si on le mange sans accompagnement c'est juste proprement dégueulasse, et cela me coute de vous le dire vu que je suis quelqu'un qui trouve que tout est bon à etre mangé. Je me pose donc de sérieuses questions sur les bienfaits de la chose qui semble ne pas etre consommée au petit déjeuner (malgré son apparente consistance de porridge) mais bien en dessert avec de la compote de fruits ou du miel, ou meme (exclamation d'horreur!) en plat principal.  Avec quels accompagnements je n'en sais rien, et je préfère l'ignorer.
5. J'ai eu un vague sentiment de madeleine de Proust en goutant la chose me ramenant droit à mon enfance et à notre babysitter allemande. Et je me souviens qu'à l'époque je trouvais ca bon. Comme quoi...

Thursday, June 14, 2012

RAGOT

Claire et Leopold, fidèles lecteurs, amis des arts culinaires et des animaux, ont une bonne nouvelle à vous annoncer... Il va en effet y avoir un peu de changement dans leur vie familiale!
...
...
...
...
...
...
...
...
...
...
...
...
...
...
...
...
(ah oui vous voulez savoir hein?)
...
...
...
...
...
...
...
...
...
...
...
...
...
...
...
(Hu hu hu)
...
...
...
...
...
...
...
...
...
...
...
... car ils vont adopter un chien!
Laissez-moi vous présenter Sushi, qui a à présent 4 semaines et rejoindra sa nouvelle famille vers le milieu du mois de juillet...

Bouvier bernois femelle, ayant comme caractéristique distinctive des poils, quatre pattes, une queue, des petites taches noires sur ses coussinets, une personnalité douce, et une propension à marcher dans de la farine.
Pour le moment elle tient dans deux mains... Mais d'ici quelques mois, Sushi mesurera près de 60 cm au garrot! Elle aura aussi détruit quelques chaises, appris à utiliser une litière pour chien, et sera le premier chien au monde à savoir utiliser un KitchenAid. Claire et Leopold sont très heureux et pour le moment eux et leur mobilier se portent bien...
Affaire à suivre! Dans cette formidable saga de l'été intitulée "La vie des autres" et qui, au contraire de la météo estivale, devrait commencer le mercredi 27 juin...

Wednesday, June 13, 2012

Euro 2012

Qu'on se le dise: en Allemagne, le foot est une affaire sérieuse. Un peu comme Roland Garros en Belgique quand Justine et Kim sont en finale, mais en plus sérieux encore. Il va de soi que s'en balancer grave reviendrait à condamner définitivement tout espoir de développer une vie sociale et professionnelle; il a donc fallu que je me prenne au jeu. Tout en continuant à suivre Roland Garros, évidemment. Cumulant donc plus d'une dizaine d'heures de télévision en un weekend; j'avais bien besoin de Ritter Sport pour suivre tout ce sport.
Ritter Sport
Que signifie exactement "se prendre au jeu", selon vous?
1. Regarder les matchs. OK, ca, ca va relativement bien. J'ai regardé le match Russie - République Tchèque vendredi, Allemagne - Portugal samedi, j'ai prétendu avoir regardé Irlande - Croatie dimanche (en fait j'ai lu le compte-rendu sur internet), et j'ai regardé France - Angleterre et Suède - Ukraine lundi. Mais j'ai failli au visionnage de Pays-Bas - Danemark sans penser que mon boss de Berlin était néerlandais, et évidemment c'est de celui-là que tout le monde parle au bureau...
EURO 2012
Ecran géant sur la Rue du 17 Juin, filmant ce qui est en train de se passer en dessous de l'écran

Ce qui m'amène au point 2.
2. Parler des matchs qu'on a regardés. Les stratégies, les équipes, ceux qui n'étaient pas au meilleur de leur compétence et au contraire ceux qui n'auraient pas pu faire mieux. Heureusement, pour cela, j'ai mon petit secret.
3. Se déguiser aux couleurs de l'équipe que l'on soutient, c'est-à-dire l'Allemagne, sinon ca risque de faire mauvais genre. Ca tombe bien, dans tous les supermarchés on vent des drapeaux allemands et des colliers de fleurs aux couleurs nationales... Mais si, à côté des oeufs colorés en balle de foot et des Haribo football. Perso je n'ai pas poussé l'intégration culturelle jusque là... Mais certains, oui.
EURO 2012
Une partie de la foule Rue du 17 Juin
4. Assister aux conférences données pour mon centre de recherche sur le Fußball. Ce qui veut dire que a. il y a des gens dont la spécialité académique est le foot, b. que quelqu'un les paie pour faire ca, et c. que la salle de conférence était bondée, il a fallu que je reste debout - et en plus c'était tout en allemand.
5. Participer aux paris interdépartementaux de mon centre de recherche. Sachant que ces paris constituent à présent la structure de base de nos conversations du repas de midi, avec en sous-sujets connexes les articles académiques sur des thèmes dérivés.
Et là, les amis, je dois vous révéler quelque chose.
Lundi matin, à 11 heures précises, je suis allée regarder le tableau des paris, et là qu'est-ce que j'ai vu?
 Exactement, j'étais seconde ex-aequo avec un collègue au surnom qui a surement une signification profonde (mais c'est qui?). Comme vous le voyez on a des points quand on devine le gagnant, des points quand on devine l'écart des points (si on a prédit 3-2 et que le résultat est 2-1 par exemple), et encore plus full points quand on a le score exact. 
Ne nous excitons pas, mardi matin j'étais déjà retombée quatrième, et aujourd'hui j'étais sixième. La chance du débutant ne dure jamais qu'au début.
Sinon, ce n'est pas pour vous faire peur, mais le site a généré des statistiques sur mon profil de parieuse.
Le premier qui comprend de quoi ca parle me fait signe... 
A part ca, au cas où ca vous intéresse, j'ai parié un quart de finale avec l'Allemagne, l'Espagne, l'Angleterre et la Pologne (quoiqu'au vu des derniers matchs je remplacerais bien l'Angleterre par la France et la Pologne par la Russie, mais c'est trop tard, j'ai parié), et j'ai parié sur une victoire finale de l'Allemagne. Mais ca c'était par peer-pressure. 
Et rassurez-vous, on ne parie rien, si ce n'est que le gagnant final doit une bière à tout le monde.
Meme si sans match de Fußball pour aller avec, la bière n'aura plus le meme gout.

Tuesday, June 12, 2012

Une belle brochette familiale

Et enfin, après tous ces posts tournant autour du meme sujet, vous vous demandez tous: une invasion familiale dans un 30m carrés ca donne quoi?
Et bien, ca donne de l'organisation.
Tout d'abord, je me suis organisée pour trouver un appart-hotel pas loin de chez moi, ce qui n'a pas été une mince affaire parce que les appart-hotels ont l'air relativement confidentiels par ici. Puis louer 6 vélos. S'en faire voler un pendant la nuit, visiter le commissariat de police et expliquer son malheur en allemand, puis faire de meme avec le marchand de vélo et finalement louer un autre vélo - mais pas chez le meme vendeur, parce que j'ai déjà pris tous ses stocks. Organisation que tout cela.
Berlin on bikes!
Bref. C'est aussi booker un restaurant où on sait d'avance qu'on n'arrivera pas à l'heure, notre propension génétique mixée avec des retards d'avion, mais c'est pas grave, mes parents se dévouent pour aller garder notre réservation pendant que le reste du groupe se demande si les bagages sont bien partis de Bruxelles, et on les retrouve complètement pompettes parce qu'ils ont bu des bières à jeun pendant 1h30.
Max und Moritz
Mais c'est aussi beaucoup de nourriture allemande, un Schnitzeltag, de belles découvertes touristiques, un bon petit match de football, de grandes promenades en vélo avec Papa qui kiffe grave et Maman qui ne kiffe pas du tout, résoudre des énigmes Cross-fingers sur iPhone, des petits déjeuners titanesques.

Découvrir que Zeus s'est marié avec sa soeur mais l'a trompée avec son autre soeur ainsi qu'avec la fille qu'il a eue de sa soeur, et qui donc est aussi sa nièce et son propre enfant, de la bière dans des choppes fabuleuses, des vidéos le long du mur, quelques petites Currywürsten.
Bier
Et encore de la nourriture allemande, une météo imprévisible, des pulls en polars, des cafés glacés (à l'eau), des réclamations cinématographiques dans les musées, des pizzas moitié du prix/double de la taille, un peu de Leberwurst, des boules de Berlin (avec de la confiture ou du chocolat mais pas avec de la crème patissière), quelques prises de vue.
View
Du cache-cache dans des mémoriaux, du déambulisme dans les anciens quartiers communistes, se faire coincer dans une manifestation, se perdre, découvrir que le mec qui a fait la généalogie des amours incestueux de Zeus a cru bon de faire une colonne à part avec toutes les exploits pas catholique et moins connus d'Héraclès (ca a beau etre en allemand, on comprend très bien), des supporters de Dortmund, des supporters du Bayern Munich, des gens qui jouent au polo sur une fresque de la cathédrale de Berlin, une carte d'identité perdue puis retrouvée, Papa qui roule avec des trucs fluo sur ses chevilles en lisant le guide vert.
La classe en vélo
Et une mention honorifique sur le blog d'Eliane!

Monday, June 11, 2012

Les incontournables

Si vous venez à Berlin, vous verrez que votre guide touristique vous recommandera certains "incontournables" (N'importe quoi, d'accord c'est grand, mais on sait quand meme en faire le contour). Ce qui est assez différent des autres villes, c'est de voir la superposition des différentes périodes de l'histoire allemande, totalement différentes d'une époque à l'autre.
Il y a d'abord l'époque du Royaume de Prusse, 18e et 19e siècle, avec de grands chateaux s'inspirant de Versailles et des palais italiens. (Pour les monuments antérieurs à cette époque il faut un peu chercher). Mais il faut s'excentrer un petit peu par rapport à la ville, les palais et monuments à la gloire des monarques passés se trouvant au centre étant été détruits depuis lors, sauf pour la porte de Brandenburg ou la große Sterne.
Ici le palais de Charlottenburg:
Charlottenburg
Et à Potsdam, le chateau (et gigantesque parc!) de Sanssoucis (prononcer Zanzouci).
Potsdam - Sanssoucis
Il y a ensuite les souvenirs de la guerre, et particulièrement de la guerre froide et du mur. Plusieurs sections du mur subsistent à Berlin, comme ici à Bernauer Straße. (Vous avez vu, j'écris depuis un clavier allemand qui permet de faire des ß).
Berlin Mauer
De facon compréhensible, les Allemands n'ont pas souhaité garder trop de souvenirs de l'époque 33-45, de peur que certains fanatiques en fassent des lieux de pélerinage; mais le souvenir de cette période reste malgré tout très présent et surtout très assumé, par exemple au Musée juif ou au Mémorial de l'Holocauste, ou au batiment de l'ancien Ministère de l'Aviation (maintenant Ministère des Finances).
La période de la guerre froide et du mur est, par contre, hyper documentée et hyper touristique. Une ligne de pavés marque la délimitation exacte du mur, parfois très proche des maisons et que l'on traverse sans s'en rendre compte.
Berlin wall
Mais il y a aussi des musées du style Checkpoint Charlie montrant les différentes évasions vers l'Ouest pour documenter le tout, et les pièges à touristes où curieusement le prix des boissons est le double qu'ailleurs dans la ville.
Plus discret se trouve l'ancien Berlin de l'Est, présent dans l'architecture, le long de la Karl-Marx-Allee par exemple (où se trouve le très connu Cafe Sybille), la Fernsehturm (tour de la télévision) ou dans les quartiers de Kreuzberg, Prenzlauer Berg et Friedrichshain, pour la plupart redevenus à la mode et restaurés jusqu'à en etre méconnaissables.
Alexanderplatz
Il y a quelques batiments qui ne semblent appartenir à aucune époque particulière, comme à peu près tous ceux qui se trouvent sur l'ile au Musée; entre autres la Cathédrale de Berlin (dont il faut payer l'entrée) ou le Musée de Pergame. Ou bien, c'est toujours très marrant, il y a le zoo.
Berlin Zoo
Et enfin il y a le Berlin moderne, celui construit sur l'immense vide causé par le mur, ou sur les ruines de vieux batiments symboliques. La Potsdamer Platz par exemple et son gigantesque Sony Center (prononcer zoni tsenter) aux multiples jeux de lumière; ou le Reichstag et son dome tout de verre!
Reichtag
(On peut le visiter gratuitement mais il faut s'inscrire au minimum une semaine à l'avance!)
Evidemment Berlin ne se vit pas exclusivement par ses batiments symboliques, meme s'il faut avouer que l'effort de restauration est gigantesque. Il y a tous les quartiers, ceux qui ont été détruits ou épargnés, reconstruits, déconstruits, restaurés, et qui donnent aux rues une ame particulière. Mon quartier, par exemple, est l'ancien secteur américain, épargné par les bombardements et où donc se dressent de magnifiques batiments du 19e siècle, ressemblant vaguement à Paris si ce n'est qu'ils sont peints dans des couleurs vives... Proche de l'aéroport de Tempelhof, il n'est devenu à la mode qu'après la fermeture de celui-ci, et est devenu le quartier bobo où se trouvent tous les restaurants ethniques et supermarchés bio. Mais je travaille près de la Potsdamer Platz, dans un batiment à la facade ancienne mais au reste du batiment ultra moderne, en spirales labyrinthiques. Pour y parvenir je traverse des patés de batiments couverts en crépi gris comme de gros blocs rectangulaires bétonnés. Qui eux-memes ne sont pas très loin d'énormes artères commerciales. Bref, tout cela est très divers. Si vous n'etes à Berlin que pour quelques jours, je vous conseille de choisir au minimum un batiment représentant chacune de ces trois périodes (Royaume de Prusse, Guerre froide, Berlin moderne), et puis à partir de là de voir par ci par là ce qui vous inspire le mieux!

Friday, June 08, 2012

Bon, c'est pas tout ca, mais reparlons de Berlin

Oui! Car cela vous fera sans doute plaisir de le savoir: ma famille au grand complet a débarqué chez moi en mai! Enfin pas totalement chez moi, vu que ce n'est quand meme pas si grand, mais vous voyez l'idée.
Et la première chose que nous ayons faite est de visiter le Holocaust-Mahnmal, mémorial aux victimes juives de l'Holocauste situé à coté de la Porte de Brandenburg. Inauguré en 2005, le mémorial est concu comme un « champ » de 19 073 m2, couvert de 2 711 stèles de béton disposées en maillage. Elles sont censées produire une atmosphère de malaise et de confusion, représentant un système supposé ordonné qui a perdu le contact avec la raison humaine(dixit Wikipedia). En clair quand on y entre, les stèles nous arrivent à la cheville, et nous avons une vue d'ensemble du champ nous laissant penser que nous pouvons le maitriser, puis quand on y entre, on se retrouve submergé par les stèles dans un véritable labyrinthe. Un peu comme dans une thèse.
Evidemment tout ceci a provoqué chez nous un recueillement respectueux miné d'un petit peu d'anxiété.
Ou pas.

Thursday, June 07, 2012

The Hot Dog Challenge

Vous connaissez tous mon frère.
Le pain saucisse
Mon frère est un étudiant jeune et bigarré, frais et bien formé, un aventurier de l'extreme dont la seule passion dans la vie est de remplacer des roues de voiture au milieu du désert. Et à qui nous avons offert un déguisement de hot dog pour Noel.
Or, cet été, mon frère participe au Mongol Rally. A quoi? En deux mots, il va prendre une voiture toute vieille et toute pourrie et lui faire subir 16.000 km pour joindre la Belgique et la Mongolie sans qu'elle ne meurre en cours de route. A la fin il donnera la voiture à une oeuvre de charité mongole. Et il fait ca avec ses amis Edouard et Jérôme.

Pour ce faire, ils ont besoin de sponsors, certes, mais surtout de récolter des fonds pour ladite charité mongole (the Lotus Children's Centre) qui, après tout, n'a pas de garanties de pouvoir encore faire quelque chose de la voiture une fois qu'elle leur aura été donnée. 
Et c'est là qu'intervient le Hot Dog Challenge.
Le principe est simple:
1. Allez sur cette page
2. Faites une donation, avec la mention du mot Hot Dog dans la communication (très important)
3. Pour chaque donation effectuée avec le mot Hot Dog, il y aura une photo de l'équipe avec le déguisement dans un lieu insolite. Celle-ci sera postée sur leur page facebook. Que vous pouvez liker. Et peut-etre aussi sur ce blog pour faire plaisir à Maman.
Le départ est donné le 15 juillet... En attendant vous pouvez aussi aller voir leur site web, ou bien pour vous mettre dans l'ambiance regarder cette petite vidéo de propagande.
Allez les Brussels Riders!!!!!

Wednesday, June 06, 2012

Un long weekend en Belgique - barbecue time

Et pour finir cette longue série de posts qui a duré plus longtemps que le weekend en question, voici quelques photos prises chez Fourchette à l'occasion de ma dernière soirée en Belgique avant un petit bout de temps.
Fourchette
Table
Apéro saumon
Fourchette
Barbecue
Lanternes
Lanternes
Le calendrier du mois de mai figurait un teckel en Dracula. Pourtant, les moustiques étaient relativement absents de la soirée...
Merci Fourchette!