Monday, October 22, 2012

The Words

"The Words", c'est un film. Ca, c'est déjà une information importante à savoir. C'est un film qui parle d'un écrivain, ou plutôt de trois écrivains, dont les histoires s'imbriquent les unes dans les autres d'une façon qui, décrite comme ça, pourrait paraitre compliquée, mais qui en fait marche assez bien.
L'histoire numéro un est celle de Clayton Hammond, un écrivain reconnu qui réalise une lecture publique à l'occasion du lancement de son nouveau livre, intitulé "the Words". Dans cette lecture, il va parler de son personnage, Rory Jansen (qui est un homme - oublions que Lorelaï Gilmore dans the Gilmore Girls se faisait appeler Rory sinon ça va devenir perturbant). Dans cette histoire numéro deux, Rory Jansen, jeune auteur venant d'être découvert, reçoit un award pour un livre qui ne devait, à la base, être qu'un petit livre, et qui l'a propulsé sur l'avant de la scène littéraire. On le voit nerveux avant de parler en public, mais on comprend vite qu'il y a quelque chose de plus qui se trame à l'arrière-plan. Lorsque Rory et sa femme sortent de l'hôtel pour rejoindre leur voiture, ils se font observer par un vieil homme, qui a lui aussi sa vérité à faire passer, une troisième histoire d'un troisième écrivain... Mais aucune de ces histoires n'est indépendante, elles sont toutes imbriquées l'une dans l'autre, s'alimentent et évoluent de concert.
"The Words" explore en détail le syndrome de l'imposteur, être reconnu pour quelque chose qu'on n'est pas, ou n'a pas l'impression d'être. Le problème de Rory Jansen est qu'il n'a pas écrit son "petit livre"; et rien de ce qu'il n'écrira par la suite ne pourra être aussi bon que le manuscrit d'un autre. Il y a aussi une certaine originalité dans cette narration, dans la voix off de Clayton Hammond apportant des descriptions littéraires que l'image ne peut pas faire passer, et nous rappelant aussi que malgré son réalisme, il ne s'agit finalement que d'une oeuvre de fiction. Rory Jansen qui sort de son gala "comme si la pluie ne pouvait pas l'atteindre"; le vieil homme qui s'était habillé "en mettant exactement les mêmes vêtements que la veille". Cela offre une certaine poésie au texte et dites donc, qu'est-ce qu'on a envie de lire "the Words", ou même le "petit livre" de Rory Jansen, tout en sachant pertinemment bien qu'aucun d'eux n'existe en vrai. 
Seulement deux des trois histoires sont décrites comme fictionnelles, cependant; la troisième histoire, celle de Clayton Hammond, est bien ancrée dans la réalité. La frontière entre fiction et réalité n'est pas claire, il le dit lui-même; il est facile de les confondre, car les deux se ressemblent, mais sont pourtant bien distinctes. Si tout n'est-il que fiction, quelle part de réalité s'y trouve-t-elle?
Et puis, allez-y déjà rien que pour le jeu des acteurs et les descriptions du processus d'écriture. De toute évidence, "the Words" a été réalisé par un amoureux des mots et des images, et on ne s'ennuie pas instant.  
Par contre, je dois vous prévenir que j'ai une interprétation bien à moi de la fin qui, j'ai pu le remarquer après le film, était assez différente de celle des autres. On en discute si vous voulez. Apparemment il sort en Belgique le 14 novembre, mais vous pouvez toujours checker les avant-premières.

1 comment:

Bibil said...

Pour preuve:
http://en.wikipedia.org/wiki/List_of_Gilmore_Girls_characters#Rory_Gilmore