Thursday, August 02, 2012

(oufti, j'ai les clés du blog!)

Ami de Sybille,

J'aurais pu te raconter l'histoire du type qui fait des travaux dans son appart ou l'histoire du type qui travaille à La Louvière (min wèèèèè?) voire l'histoire du type qui revient d'un dîner sous une pluie battante et se rend compte qu'il a oublié sa lessive en train de sécher sur la terrasse, mais je préfère te raconter l'histoire du type qui a rencontré un dieu vivant un peu à côté de ses pompes.

Ces 28 et 29 juillet, à Spa-Francorchamps se tenaient les "TOTAL 24 HOURS OF SPA". Il s'agit d'une des plus belles course automobile organisée dans notre petit pays (la Belgique pour ceux qui nous lisent de l'autre côté du monde) et qui dure 24h comme son nom l'indique. 24h avec des voitures qui tournent en rond et font un bruit de fou, comme c'est passionnant, me diras-tu (sans sarcasme)! Je ne doute pas un seul instant que tu rêves d'y assister (et je te comprends!)... En réalité, on ne fait pas que regarder des voitures qui tournent sur la piste, on profite aussi de l'animation qu'il y a autour (et pour les plus chanceux dont j'ai fait partie, des paddocks et des verres offerts par les écuries).

Team WRT - Les meilleurs!
De l'animation? Mais quelle animation? Par exemple du concert organisé à côté du circuit avec un artiste de renommée internationale... Cette année, c'était un petit britannique, un certain Faithless qui était programmé. Ami de Sybille, arrête toi un instant et crie ta jalousie: "Comment que ça se fait? il n’est pas censé être à la retraite ce monsieur, nom d'un pipe en bois?" Eh bien, visiblement, sa pension d'artiste ne doit pas lui suffire car il est venu en guest-star nous chanter quelques chansons (I can't get no sleep, tududududududududududududu) en concert public et enflammer par après le dance-floor dans la soirée privée qui a suivi dans la loge Smirnoff.

Les bracelets qui permettent d'aller un peu partout sur le circuit - ça t'intéresse, hein, ami de Sybille?
20 minutes avant le départ de la course, j'ai rencontré  "dieu vivant" (qui est tout petit, by the way) sur la piste, au moment où les voitures y étaient amenées. Le père de A. qui avait eu l'occasion de discuter avec lui auparavant m'a dit "il est très sympa le disc-jockey! Il paraît qu'il est connu dans le monde entier. Je l'ai invité à boire une bière dans la loge de mon organisation". Je crois qu'il n'aurait pas du le faire : Faithless (enfin, Maxi Jazz, parce qu'en réalité, Faithless, c'est un groupe) a mis un pied à l'étrier!

La course démarre... et la météo change! Pluie, pluie, pluie... Mes amis et moi nous nous réfugions dans une loge pour y manger (et boire un coup). Faithless et ses potes en ont fait autant (pas dans notre loge). Visiblement, ils n'ont pas beaucoup mangé mais plutôt bien bu et fumé des trucs qui font rigoler parce qu'au moment du concert public (enfin, 1h30 plus tard que prévu sur le programme), Maxi Jazz est arrivé bourré comme un camion pour entamer son tube "Insomnia". Après 45 secondes, il s'est mis derrière les platines. Après 60 secondes, la moitié de l'esplanade partait tant son set était affligeant de nullité. 15 minutes plus tard, il s'arrêtait. Déception totale. Pleurs, chouinements, cornet de frites de consolation (3,72€ le cornet. C’est quoi ce prix idiot ?) .

T et F, V, S et A quittent le circuit pour se diriger vers le B&B réservé à 15' de là. Moi, je reste avec B. mon beau-frère. C'est là que tout a dérapé. Après un tour dans les paddocks pour encore voir des voitures qui changent de roues et font le plein d'essence en quelques secondes (oui, c’est passionnant, tu peux garder tes sarcasmes, je t’em***), nous décidons de monter dans la loge Smirnoff; loge à laquelle nous pouvions accéder grâce au bracelet argenté que nous avions reçu lors de notre arrivée sur le circuit. Mine de rien, assister à une course, c'est fatiguant : on marche des kilomètres et tout et tout donc arrivés dans cette loge, B. et moi ne cherchons qu'une seule chose : un endroit où s'assoir, pas trop loin de la piste de danse pour mater les mannequins qui se trémoussent pour bien profiter de la musique. Bon, y'a qu'un seul endroit, c'est la loge VIP: on passe au culot. Bon, dans la loge VIP, y'a qu'un seul endroit de libre, à côté de Faithless. On s'y assied. C’est pas parce qu’il est connu qu’il va prendre toute la place non ?

Maxi Jazz était en train de boire du champagne/rouler un joint/boire une bière/allumer son joint/ inhaler un coup de Ventolin/boire du champagne quand il nous a vu. Pas de stress, welcome les gars, "mettez-vous" comme on dit, prenez à boire. Ca c'est dit, B. et moi avons entamé la vodka et le champagne (LP), ses potes aussi (sa pouf' du jour a adoré le mix vodka-champagne (« but you guys are crazy, I'm driving! »), elle ne connaissait pas le mélange, cette connasse m'a piqué mon verre).

La bibine de "l'animateur de la soirée" - encore plus intéressant, hein, ami de Sybille?
 C'est pas tout ça, mais y'a un moment dieu vivant s'est dit: "tiens, si j'allais mixer". Aussitôt dit, aussitôt fait (enfin, le temps d'arriver à la table de mixage parce que bon, chargé comme il était, il lui a fallu 15 minutes pour faire 15 mètres). Il a commencé. 100 personnes devant la table faisaient des wouhous, hip hip hip, bref, public VIP en délire, on ne se tenait plus, on s'arrachait les chemises Ralph et les polos d'écuries. B. et moi nous étions donné une consigne : on ne bouge pas, on finit les bouteilles. Ben, c'était tellement nul son truc (aucun enchaînement, même S de C faisait mieux à 18 ans avec son lecteur CD et son 4.86) que quand on est parti (et donc, ami de Sybille, tu as deviné, quand les bouteilles étaient vides) qu'il ne restait que 3 fans, avec leur iPhone en train de filmer un vieux déchet décharné passant de la musique, j'ai nommé : Faithless. Grandeur et décadence.

Faithless dans ses oeuvres - La photo est floue, je sais ami de Sybille, mais si tu lis bien le texte tu auras deviné que le premier moustique qui me piquait faisait un coma éthylique.
Déception. I can't get no sleep.

Le team WRT s'est classé 2ème à la fin de la course, c'est très bien. Moi, le lendemain matin, j'avais mal à la tête.

S.

4 comments:

Maman said...

Et tu mets ça dans la rubrique "le sport, c'est la santé"?

Bibil said...

Tu as laissé ton linge sur le balcon par un temps de pluie?

Anonymous said...

euhhh. mouais.

L'auteur said...

1) Les courses autos, c'est du sport...
2) Oui, j'ai laissé le linge sur le balcon, je suis parti dîner chez mes parents. Il s'est mis à dracher 1 minute avant que je n'arrive chez moi
3) Si si, c'est vrai. Je n'en reviens pas moi même.