Saturday, May 28, 2011

Les amis, ça va courir demain

Selon ma balance hyper sophistiquée, j'ai 1 kilo de muscles en plus que l'année passée. Yeah. (mais j'ai cuvé du porto pendant 3 jours donc je ne suis pas certaine de pouvoir exploiter cet avantage à son maximum). Si jamais vous m'attendez à Franklin Roosevelt, j'y passerai plus ou moins vers 16h30 (s'il faut attendre 30 minutes avant de pouvoir prendre le départ à cause du monde, comme l'année passée). Et je prie le grand dieu isostar de nous donner d'autres boissons au ravitaillement, celles de l'année passée étaient franchement pas bonnes.

Wednesday, May 25, 2011

Allez, hop, la suite

Après l'école doctorale (vendredi), après mon examen d'allemand (hier), voici venir deux jours de conférence dans une ville où le climat est plutôt comme ceci:
(Si vous vous posez la question, oui, c'est bien jeudi que nous présenterons et serons donc par conséquent enfermés toute la journée dans un bâtiment). 
Et pour terminer ce petit marathon, sachez que dimanche se déroulent les 20km de Bruxelles, où je participerai pour la 4e année d'affilée (ha!). Sauf que cette année, au vu de la probable météo et de mon entrainement hasardeux, je vise entre 2h et 2h10 (bon moins de 2h c'est bien, et plus de 2h10 ce sera le bide total). Si vous voulez me soutenir, vous pouvez m'attendre au même endroit que l'année passée, mais franchement pas d'obligation, parce que là ça fait 4 ans successifs et que vous avez sans doute déjà donné (ma propre mère ne sera pas là, c'est pour vous dire). Par contre si vous comptez rester près du départ/arrivée pendant tout le temps de la course et que je peux éventuellement vous laisser un sac, sachez que vous m'intéressez.
Voilà.
En informations diverses, sachez que je viens de manger des spaghettis à l'ail et que je plains d'avance mes collègues qui vont passer 1h de bus + 2h de train avec moi.

Tuesday, May 24, 2011

Meine Deutsche Prüfung c'est tout à l'heure

Et après cela plus de cours jusqu'en septembre. Imaginez cela seulement. Trois mois de vacances! (oui bon j'ai de quoi m'occuper avec ma thèse, ne nous faisons pas d'illusions). En attendant profitons un instant du confort que procurent ces tasses Starbucks devenues à présent collector, étant donné que le logo a changé...
Oui bon j'admets que j'espère que ce sera la même prof qui nous donnera cours en septembre parce qu'elle était quand même très motivante!

Saturday, May 21, 2011

Et sinon, le blocus, ça marche?

Très bien, merci. J'ai rejoint la maison familiale où ont élu domicile quantité de cousins et cousines bloqueurs. Sauf que jusqu'à présent, de mon samedi, j'ai fait une grasse mat, j'ai expliqué les partis anglais à ma cousine qui fait sciences po, j'ai bu un café au soleil, je suis allée trouver des photos apps pour iPhone (ici avec Instagram), j'ai pris des photos, j'ai pris l'apéro avec mon beau-frère, j'ai massivement posté sur Facebook les photos prises plus tôt, j'ai participé à un bon vieux repas familial, et maintenant je blogge. Mais bon. Le pire dans tout ça c'est que j'aime bien l'allemand; mais bon, le lendemain d'une big présentation et le weekend avant les 20km de Bruxelles, un peu moins. et puis même. Même à un autre moment ça aurait été pareil: me remettre à étudier, comme ça, quand j'en ai perdu l'habitude, c'est trash. Je connais un candidat notaire qui pourrait vous en dire autant s'il n'était pas en train de siroter des thés à la menthe sur une plage.

Tuesday, May 17, 2011

100 Emails!

Bon ceci dit je viens de me rendre compte que j'en suis à mon email numéro 100 depuis le début de mon terrain. Belle statistique, me direz-vous. So far j'ai reçu 8 réponses. 3 disaient, "Out of Office Auto-Reply".
Nom d'un scone, que cette phase-ci de mon terrain me semble longue.

Notes on a scandal

J'ai fini hier de lire "Notes on a Scandal" de Zoë Heller, et j'avoue que ce livre me laisse très, très perturbée. Genre, perturbée au point que cela m'est resté dans la tête toute la nuit et que j'y pense encore ce matin. L'histoire commence assez sainement par une personne âgée qui dit vouloir conter la vérité sur Sheba Hart, connue par les médias comme une professeur de secondaire ayant eu une histoire avec un de ses élèves. On apprend que la narratrice (Barbara) est une prof à la retraite ayant été la confidente de Sheba pendant les événements, et on imagine que le livre va être un point de vue sain sur une histoire en apparence malsaine. En effet, Barbara est une assez bonne narratrice, comptant minutieusement les faits, leur donnant des interprétations sensées, replaçant les faits avec exactitude dans l'espace et dans le temps. Barbara est une bonne observatrice. Une un peu trop bonne observatrice, d'ailleurs. Car au fur et à mesure des pages on se pose des questions sur Barbara, sur son amitié passionnée déguisant une vraie obsession, un besoin maladif de manipulation, et finalement on se demande qui est la personne la plus saine dans tout cela. En bref c'est un livre qui reste en tête, qui fait froid dans le dos, mais dont on ne peut plus se détacher, et cela malgré le fait que la fin nous soit révélée dès les premières pages. Car la fin nous révèle la chute de Sheba Hart, mais la vraie histoire tient dans cette maladive "amitié"...
Est-ce que quelqu'un a déjà lu le livre? Qu'est-ce que vous en avez pensé? (Sinon, même si j'ai conscience de ne pas en avoir fait une très bonne pub, je vous le recommande vivement et vous le prête si vous voulez).
PS: Apparemment il en a été fait un film, dont le trailer résume assez bien l'intrigue.

La solution à la frustration?

Exactement.

Monday, May 16, 2011

Eurovision et autres news

Oui, je l'avoue. J'ai regardé l'Eurovision. Si. J'ai cédé à la peer pressure. Voyez-vous, mon terrain s'est tellement mal passé la semaine dernière que j'avais comme un instinct primal de connecter avec mes collègues, pour qu'au moins je sois à Londres pour quelque chose d'un peu productif, et donc le résultat a été de dire oui à la première activité de teambuilding organisée, à savoir, un concours musical de haute qualité.
Et donc.
J'ai regardé. Tout. Les chansons, les votes, les commentaires, tout tout tout. Le pub dans lequel on était installés était bondé, servait des Leffes, et retentissait de cris de fervents supporters du Royaume-Uni, de l'Irlande et de la Moldavie (allez savoir). Alors que bon, en soi, le Royaume-Uni nous a décongelé un Boys Band au torse épilé et aux biceps de silicone:
L'Irlande nous a sorti les gagnants de l'émission anglaise X Factor (autant dire que ça n'est pas très bien passé), avec une chanson qui reste malheureusement en tête avec un peu trop d'insistance.
La Moldavie nous a sorti des nains de jardin et une femme-licorne sur une roue.
Et finalement le vainqueur était l’Azerbaïdjan, avec une chanteuse anglaise. Mais tout cela avait finalement très peu d'intérêt, car ce qui était au centre de toutes les conversations ce soir-là était:
1. L'Irlande n'a donné que 6 points au Royaume-Uni, alors que c'est le Royaume-Uni qui a formé leurs chanteurs, et
2. Pippa et Harry, apparemment, ce serait très proche.
Hum.
Bon sinon vous serez heureux de savoir que mon terrain commence très lentement à se débloquer. Certains de mes emails reçoivent même des réponses, et de toutes façons même si on ne me répond pas j'ai identifié une bonne partie des personnes responsables de l'époque. Donc bon voilà, le terrain ça avance, mais ça avance toujours lentement, c'est ça le truc. Genre, je ne l'aurai pas fini fin juin, ce qui va décaler tous mes autres terrains d'un ou deux mois. Mais bon. Du moment que je rende ma thèse dans les temps...

Sunday, May 15, 2011

Voilà ce qu'on peut trouver quand on court à Londres

Une surprise à tous les coins de parcs!

Héla! Mais!

Oh, dites, blogger m'a mangé mon post sur les cookies...
(Bon ça fait trois jours qu'il foire et je viens seulement de parvenir à y réaccéder). 

Wednesday, May 11, 2011

Ah oui, je me souviens pourquoi je n'aimais pas les débuts de terrain.

Pour tous ceux qui se posent d'énigmatiques questions à propos de toutes ces photos de muffins et autres londonneries, oui, vous l'avez deviné: je suis à Londres. J'y travaille jusque fin juin dans le cadre de mon terrain (en d'autres mots, collecte de données pour ma thèse). 
Comment ça se passe? Me diriez-vous.
Et bien, pour le moment, c'est un peu l'enfer. Un peu comme pour tout nouveau terrain, c'est percer la carapace des institutions qui est le plus difficile. J'ai connu ça pour mon terrain sur l'Union européenne, je connais ça maintenant, et le plus gai c'est que j'ai encore deux autres terrains qui m'attendent dans les 12 prochains mois. 
En bref, pour vous résumer la chose. Le mec le plus important pour ma recherche, genre celui qui était responsable de tout et connait toutes les infos, n'a pas le temps de me parler (en tous cas pas "in the foreseeable future") (ce qui veut sans doute dire jamais, soyons réalistes). Je n'arrive pas à aller plus loin que le switchboard des ministères, "si vous n'avez pas de noms on ne peut pas vous transférer", mais en même temps, "on ne peut pas vous donner de noms". D'une manière générale, mes répondants me regardent de haut, parce que je viens d'une université belge dont ils n'ont jamais entendu parler, et la Belgique ils connaissent pour le chocolat et les bières, mais pas pour la recherche. Le sujet sur lequel je fais ma thèse est bien trop sensible, parce qu'ici la libre circulation des travailleurs c'est vu comme de l'immigration, et les gens ne me font pas confiance (oui bon je ne vais pas aller contacter des tabloïds non plus). Mes coups de fils se traduisent par "envoyez un email", mes emails se traduisent par un silence absolu, enfin bref: la carapace des institutions. Personne ne veut prendre la responsabilité d'être la faille dans le système, la personne qui me donne un nom, juste un nom, quelqu'un à contacter. Donc je suis à Londres dans le but spécifique de pouvoir parler à des gens sur place, mais depuis avril je n'ai pas obtenu une seule interview, donc je pourrais tout autant être en Belgique, l'effet serait le même (et me serait moins couteux).
Et pour couronner tout ça les bibliothèques ne sont pas plus aidantes. Il y a un livre qu'il faut absolument que je consulte et qui ne se trouve dans aucune université belge. Pleine d'optimisme, je constate qu'il se trouve à la LSE, et justement la LSE dans un acte de générosité a considéré mon statut d'ancien étudiant et m'a généreusement offert une carte de bibliothèque. Ceci dit, cette carte ne me laisse accéder qu'à la zone pour visiteurs (ah quelle blague, mais où se trouve mon livre à votre avis?). Bref. La British Library l'a aussi, et donc je suis joyeusement allée faire renouveler mon ancienne carte qui avait expiré depuis. Mais comme mon adresse a changé depuis ma première inscription en 2006, et que je n'ai pas de preuve d'adresse avec moi (hein non je n'ai pas une facture de mon assurance habitation sur moi, pourquoi?), il faut que j'aille (attention ce n'est pas une blague) à l'ambassade belge pour qu'ils impriment les infos qui se trouvent sur la puce de ma carte d'identité, et la traduisent, parce que bon la différence entre "adresse" et "address" c'est trop difficile. Donc finalement ça me coutera moins cher de demander un prêt interuniversitaire depuis la Belgique, malgré le fait que je me trouve à Londres. De nouveau, à quoi ça sert que je me sois déplacée jusqu'ici, je vous le demande.
Enfin bon sinon j'ai mon examen d'allemand dans deux semaines, über cool, je n'ai pas fait un seul exercice depuis le mois de novembre, ni étudié un mot de vocabulaire, et je me trouve bien dépourvue lorsque la bise fut venue. Mais avant mon examen d'allemand, il faut que je présente les résultats de mon terrain "Union européenne" devant l'école doctorale (hein? Quoi? Parce que j'ai des résultats? Heu si si j'ai des résultats, vous me prenez pour quoi, pour quelqu'un qui n'a pas de résultats ou quoi?), raison pour laquelle mon promoteur me demande de rentrer en Belgique, mais bonne blague! Ma bourse ne trouve pas ça une raison valable pour me rembourser mon billet, donc je vais devoir fouiller les arcanes de l'administration pour qu'elle me le rembourse quand même. Et en parlant d'administration, il a été porté à mon attention par mes étudiants mécontents qu'ils ne se sont pas fait payer pour les retranscriptions qu'ils ont faites en avril. Malgré le fait que tous les documents aient été envoyés aux départements compétents dans les délais impartis. Ô joie.
Puis si vous voulez tout savoir j'ai quinze piqures d'araignée dans le dos, traitreusement effectuées pendant mon sommeil, et dont la présence m'est rappelée à chaque fois que j'appuie mon dos sur une chaise. Ce qui n'est rien à côté de la big allergie au pollen que je suis en train de me taper, genre j'en suis à une consommation très régulière de deux paquets de mouchoirs par jour, et à force de me moucher non stop, j'ai comme une sensation de calvitie là où se trouvaient, auparavant, mes poils de moustache, et où se trouve à présent une bonne couche d'homéoplasmine.
Enfin voilà, comme ça vous savez. Rien qui ne puisse être résolu avec le temps, mais en attendant c'est quand même un peu pénible. Chaque terrain a ses semaines horribilis et il faut à chaque fois passer par là.
Mais on the other hand je suis quand même à Londres et ça c'est cool. Je revois plein de gens que je n'avais pas vus depuis perpette, et j'en rencontre de nouveaux. Je mange des sushis (tous les jours si je veux!), et j'habite dans un superbe quartier dans lequel j'ai toujours rêvé d'habiter, pas loin de Hampstead. Mes colocs sont wundersympas (je m'entraine pour mon examen, vous avez vu l'effort), ils aiment bien quand je ramène du stilton qui pue et sont comme moi des adeptes de la tisane et des pantoufles après 21h. Et le marteau piqueur, présent à chacune de mes colocations à Londres (je ne sais pas ce qu'ils ont les londoniens avec leurs routes mais franchement je me pose des questions), n'est là qu'à partir de 9 heures. Bon évidemment il leur manque des moules à muffins mais je sens que la situation ne va très vite être résolue lors de mon prochain passage dans ma cuisine en Belgique!

Sunday, May 08, 2011

Danio est allée se rouler dans la vase...

... Quelque part près de la sortie 9 de la E411. Cette image est prise depuis le trajet du retour. Sur la E411. Dans les bouchons du dimanche soir. Et si vous êtes curieux, oui, la vase ça pue.

Friday, May 06, 2011

La vie est difficile.

Hier, je prévoyais de faire une orgie de sushis avec Esmé dans un nouveau all you can eat buffet près de Farrington, mais malheureusement, on n'est pas parvenues à passer le cap de l'entrée de tempuras "pour nous mettre en appétit"...
Triste destinée que cela.
Je considère une opération de chirurgie esthétique pour me permettre de manger plus...