Monday, January 31, 2011

Le lundi c'est dur, quand même.

Uuuuun jouuuur mon congé viendraaaa... Uuuun jouuuur il meee diraaaa... Je ne suis là que pour une semaine... Et après il y aura un lundi de retour au boulot.
Et comme le disait l'ami Kéké, le lundi, c'est une terrible façon de passer 1/7ème de sa vie.
Pfffff. C'est pas pour me plaindre, mais quand je vois ce que j'ai à faire, je repartirais bien. Ou alors, pour être plus réaliste, je m'assoirais bien devant ma to-do list et je me dirais, "et bien Bibil, on dirait que tu n'es jamais partie".

Friday, January 14, 2011

Voici qui est fort fâcheux

Je ne sais pas pour vous, mais pour moi, dormir, ces derniers temps, c'est une dure lutte. Comprenez-moi, je n'ai aucun mal à m'endormir, au contraire! Je suis tellement laminée par ma journée que j'ai à peine le temps de regarder l'heure qu'il est, et p-p-pouf, je l'ai perdue. (Quelque part dans ce post se trouve une subtile référence à la Cité de la Peur, l'habile lecteur pourra-t-elle la débusquer?) Mais immanquablement, 5 heures après m'être endormie, je me réveille. Comme ça, d'initiative propre, et toujours 5 heure après. Et là ce n'est juste plus possible de me rendormir. Ce n'est même pas qu'il y ait une raison particulière, mais enfin, au bout d'un certain temps à contempler la nuit, on commence à devoir aller faire pipi, à avoir faim, etc. Et puis aussi, à penser à ce qu'on doit faire le lendemain. 
Hé oui. On pense.
Et là c'est le drame, c'est fini, c'est la garantie pour que je ne dorme plus. De 4h à 6h du matin, je suis en brainstorming involontaire avec moi-même, en train de me dire, mais enfin Bibil c'est pas possible, rendors-toi sinon tu n'arriveras à rien. Et j'ai beau me repasser en tête le concerto pour violons de Tchaikovsky (ah ben d'habitude ça relaxe), compter les moutons, me concentrer sur la respiration, faire le vide, etc... Ben, non. L'insomnie totale.
Et quand on ne parvient à se rendormir qu'à 6h, mais qu'on a un réveil à 7h30, la vie parait très difficile au petit lever. Et le reste de la journée aussi. J'ai même dû admettre un "ich bin müde" après que ma prof d'allemand m'ait dit qu'houlala j'avais vraiment l'air au bout de ma vie et des cernes peu conventionnels. Et quand on a les yeux qui brûlent en plein milieu d'un entretien, que son corps tout entier appelle son lit au lieu de réfléchir à ma thèse, mais que bon on a quand même les entretiens suivants à préparer donc qu'on n'a pas trop le choix que de bosser...
Pfffff... 
Ich bin müde hein les amis, le blog attendra la fin de mes insomnies.
(Demain je dors jusque 14h au moins).

Wednesday, January 12, 2011

Quiiii veut faire une retranscription d'entretien?

J'ai deux entretiens en français à retranscrire, tous deux avec des anciens représentants permanents du Conseil; l'un via Skype, et l'autre en live. Est-ce que cela tente quelqu'un?
Malheureusement je n'ai pas de budget dans ma bourse pour les retranscriptions d'entretiens donc on va devoir trouver un arrangement sur base de mes fonds propres; mais cela veut aussi dire que vous ne devez pas spécialement être étudiant pour le faire, contrairement aux entretiens se passant sous contrat de mon université.
Tout ceci me rendrait grandement service (sans vouloir abuser). 

Tuesday, January 11, 2011

Ah oui, ben ça fait une semaine que je n'ai plus bloggé.

Et bien voilà. C'est fait. Je bloggue.
Que dire sur ce début d'année, si ce n'est qu'en dépit de toutes mes bonnes résolutions, je croule de nouveau sous le poids de toutes mes activités? J'ai commencé ma collecte de donnée, donc j'ai des entretiens tout le temps, ce qui implique: 1. que la personne soit d'accord de me parler, 2. qu'on trouve une date, 3. qu'elle accepte de m'appeler parce que, haha! Je ne peux pas faire d'appels internationaux depuis mon bureau; (ah  ben oui ces gens ne sont plus en Belgique, sinon ce ne serait plus drôle) 4. si elle n'accepte pas de m'appeler, trouver un moyen de l'appeler sur skype, ou alors depuis le secrétariat où tout le monde peut entendre mon bel accent anglais, et 6. retranscrire. Avec la difficulté supplémentaire que je ne sais pas enregistrer les entretiens téléphoniques et que donc je dois prendre note comme une malade, après ça j'ai la tête comme à la sortie d'un examen.
Et en parlant d'examens.
Trois surveillances cette année. 
Alors à la base les surveillances c'était drôle. Enfin, au début. Quand on se trouve encore pour la première fois de l'autre côté de la barrière et qu'on sent le pouvoir. Et puis ça devient juste bourrant.
Et mon cours d'allemand, aussi. Je ne dois pas oublier mon cours d'allemand.
Et puis le reste de mon travail de thèse, aussi. Lire des bouquins, analyser des données, tout ça. 
Bref.
Je n'ai pas bloggé depuis une semaine, et c'est relativement normal.
(Je vais me suicider à coup d'ondes de téléphone, tiens).

Tuesday, January 04, 2011

La loi de la frustration.

30 minutes pour me garer, 2 heures à regarder ce qu'il y avait dans les vitrines au milieu d'une foule monstre et monstrueusement envahissante, des essayages à tout go malgré la file pour aller aux cabines, pour ne finir que par repartir avec... une ceinture. Oui, juste une ceinture (à -30%, mais bon pour ce que cela change, sur le prix d'une ceinture...).
Par contre, je vais chez Carrefour juste après, et là je craque sur la trouvaille de l'année, 18 verrines à forme elliptique à moitié prix. 15 minutes.
C'est un tout petit peu frustrant.
Et ça me rappelle d'ailleurs que ma trouvaille de l'année précédente, c'étaient les 18 verres à cocktails à moitié prix trouvés au Delhaize, comme quoi l'histoire n'est qu'une éternelle répétition.

Monday, January 03, 2011

Juste pour vous rappeler de bons souvenirs

Au plus haut du haut du pic de neige que nous avons connu en décembre, chez nous, la route, ça donnait ceci.
La neige
Et un buisson, ça donnait ça...
Danio et la neige

Et une balade en forêt, c'était ceci:
Promenade dans la forêt de Soignes
Et un chien réactif, heu...
Chien de neige
Par contre, un dégât des eaux, ça ressemblait à ça:
Le dégât des eaux
Boooohooooo.
Pour mieux vous expliquer la chose, il faut d'abord considérer l'état de notre toit plat:
Le dégât des eaux: déblayage du toit
Complètement envahi par la neige, donc, vous l'aurez vu. Et quand la neige fond, que l'eau s'accumule en dessous de la neige avec la neige qui fait pression par au-dessus, et que d'un autre côté les évacuations d'eau sont gelées... Il y a, paraît-il, une forte probabilité que l'eau se fraie un chemin par d'autres voies. Comme par le plafond, par exemple. Ou dans les circuits électriques. Excellente idée.
Vous pouvez voir ici le toit dégagé:
Le dégât des eaux: le toit
Ainsi que l'écoulement d'eau, de l'ampoule au seau.
Le dégât des eaux
Yihaaaa. Par chance et malgré les congés du bâtiment, nous avons pu faire venir un couvreur qui nous a réglé le problème. Pour la réparation du plafond, on attendra mi-janvier... Au plus tôt.

Saturday, January 01, 2011

Le premier petit déjeuner de 2011

Chose ultra-rare dans ma colocation, en ce lendemain de Saint-Sylvestre, nous étions:
1. Au complet,
2. Levés en même temps, et
3. Aucun d'entre nous n'était malade (contrairement au réveillon de l'année passée qui... oh mais j'en ai déjà trop dit).
Nous nous sommes donc octroyés le luxe d'un petit déjeuner improvisé préparé avec ce que nous avions à la maison: crêpes au nutella, compote de pommes-poires, viennoiseries (surgelées à mettre au four, le meilleur des plans de petit lendemain), yaourts, muesli et mousses au chocolat (oui, des mousses, parfaitement; Théo traverse une phase "mousse au chocolat" pour le moment, mais c'est bientôt fini; c'est du moins sa résolution de la nouvelle année).
Voici une petite photo du making-of:
Le petit dej du 1er janvier 2011 chez nous
J'aurais bien voté ce petit-déjeuner comme le meilleur so far de 2011, mais paraît-il que nous avons une grande concurrence du côté de l'appartement de Strep, qui sur son profil facebook postait aujourd'hui ceci:
Le petit dej du 1er janvier 2011 chez Strep
Quoique j'aurais sans doute été incapable de manger ça tout fraîchement un bon lendemain de la veille.
Et chez Cath et Seb, nos remarquables hôtes de la veille, le petit dej n'a surprenament pas consisté en restes de champagnes, mais en un cramique et un café bien serré.
Mon correcteur d'orthographe m'apprend par là-même que le mot "surprenament" n'existe pas, ce que je ne m'explique guère. Mon ami google me suggère d'utiliser "étonnamment" à la place.
Comme ça on commencera 2011 moins bêtes.
Et vous, le petit dej, ça s'est bien passé, ou bien?