Tuesday, October 25, 2011

Quelques tests de couture

(Bon autant vous prévenir tout de suite, au cas où ce n'était pas clair dans le titre, ce post va parler de couture. Donc bon, maintenant, si vous persistez à lire, ne venez pas vous plaindre ensuite).
Je ne sais pas pour vous, mais moi la perspective de la machine à laver me terrifie. Combien de paires de chaussettes rétrécies de deux tailles, d'écharpes réduites en kipkap et de beaux manteaux recouverts de pluches! Alors, imaginez que vous passiez des après-midi entières appliquées à apprendre à coudre, dans la sueur de la concentration et la fierté de vos créations, et puis qu'à leur premier passage à la machine, bam... 
Par mesure de précaution, donc, je passe ma vie à faire des tests. Ne vous moquez pas de moi, certaines personnes poussent le bouchon jusqu'à laver leurs tissus en machine pour voir s'ils vont rétrécir, donc je sais que je ne suis pas un cas isolé.
Pour ne vous en citer que deux... Le premier test a concerné la fabrication de maniques. En gros, je cherchais un isolant. On m'avait dit que le coton rétrécissait, mais que le polyester fondait à la chaleur, pas de win win possible donc. J'ai fait des tests avec trois types d'isolants différents pour voir.
Et bien, le grand gagnant a été l'Insulbright batting, que j'ai dû importer des Etats-Unis pour l'occasion; c'est une sorte de tissus faisant vaguement penser à l'intérieur d'un frigobox et qui provoque plein de réactions allergiques quand on le touche, c'est hyper chelou (mais en même temps on nous dit bien de l'isoler entre deux couches de tissus, ce n'est sans doute pas pour rien). (M'étonnerait pas qu'on y retrouve de l'amiante un jour, tiens).
Manique 1
Mais bon, si vous avez peur, j'ai trouvé que du bête tissus matelassé à la ouatine de polyester ça marchait aussi vaguement, je ne sais juste pas à quel température ça risque de fondre. Et la catastrophe du jour revient évidemment à la ouatine de coton, qui a en effet rétréci, comme on me l'avait dit, mais évidemment il faut que je vérifie par moi-même, rhalala. Ca, c'est le avant.
Manique 2
Ca, c'est le après.
Bon, ben, au moins ça a un usage.
Bon, ben au moins ça sert à quelque chose, hein.
Pas peu fière de ce premier test, j'ai décidé d'aller encore plus loin avec un test pour un patchwork... Parce que je compte coudre un tapis de jeu pour enfant et que je voulais le confort maximal pour le petit être braillard (qu'on ne dise pas que c'est ma faute s'il pleure, vous comprenez). Et je suis tombée sur ceci.
La ouatine
Un beau morceau de ouatine, donc, juste approximativement le plus gros qu'il m'ait été donné de voir jusqu'à présent. L'avantage de la ouatine en polyester c'est qu'elle ne rétrécit pas. Le désavantage c'est que, comment dire, les fibres peuvent se disloquer au lavage. Ce n'est pas un problème pour les pros du quilting qui utilisent un pied pour piqué libre, ce qui évidemment relève d'un niveau que je n'ai pas encore atteint. Donc bon, il fallait que je sache de quel type de dislocation on parlait, genre disloqué disloqué ou alors pas un peu disloqué mais globalement solidaire? Bref.
Pour que l'objet ne soit pas perdu, j'ai décidé d'en faire un petit jeu pour bébé, parce qu'il parait que quand ils ne pleurent pas les bébés adorent mettre en bouche les rubans et labels de vêtement.
Avant.
Avant 1
Et heu, bien malheureusement, après
Après
Car oui amis lecteurs, sachez-le, 1. la ouatine de coton ça se disloque disloque, tout ce qu'on n'a pas cousu va se retrouver en boule au milieu de deux coutures (on n'est pas mal barré je dirais, je vais faire mes stocks de bobine); et 2. le petit nuage en feutre, là, mauvaise idée.
Ceci dit j'offre volontiers ce petit objet difforme à qui le souhaite malgré tout. Sa fonctionnalité est restée identique et vous aurez peu de scrupule à ce que votre descendance chérie ne bave dessus!
Bon, voici qui referme ce post couture, milles excuses pour ceux qui lisaient ce post en espérant que j'y aurais planqué des ragots ça et là entre les lignes. Les grossesses mentionnées ci-dessus sont bien annoncées et à la délivrance imminente, désolée pour vous. Et, heu, les maniques, je ne sais pas ce qu'on peut trouver comme ragot caché derrière (quelqu'un aurait une nouvelle cuisine? Maybe?) mais bon. On ne peut pas dire que je ne vous avais pas prévenus. :-)

No comments: