Monday, October 31, 2011

Il y a des signes qui ne trompent pas

J'ai soudainement tout plein de nouvelle littérature...
Oh, de la nouvelle littérature
Mes coutumes alimentaires évoluent...
Escargots
Je reçois des cadeaux bizarres...
Champignons de Paris
...Il n'y a pas de toute, il y a quelque chose qui se trame! Un départ, pour être plus précise, car cher lecteur (ou lectrice), actuellement je suis dans le Thalys en train de tester la nouvelle ligne Zaventem-Paris Nord (huhuhu oui bon, c'est un post programmé, je l'admets). Pourquoi? Me demanderas-tu. Et bien, en gros je vais faire ce que j'ai déjà fait à Londres, mais version française: un échange interuniversitaire de trois mois pour récolter les données de la partie "France" de ma thèse.
Techniquement, ce terrain devrait être assez agréable: je pars dans une ville dont je connais la langue, où je connais déjà quelques personnes, où la cuisine est bonne, où le shopping est riche, et bon, c'est Paris quoi. C'est clair qu'il va y avoir quelques moments plus difficiles au début, je pense par exemple à cette douloureuse phase où le chercheur doit trouver ses sources (mmmh voyons voir, qui donc aurait pu participer à la décision d'adopter des restrictions à la libre circulation des travailleurs entre 2001 et 2007?), se faire une place dans le monde universitaire alors que tout le monde sait que dans trois mois on est reparti, et surtout essayer de rencontrer des gens qui ont déjà leur propre cercle d'amis et n'en ont pas forcément besoin de nouveaux. Mais bon, c'est un passage obligé qui sera de courte durée, du moins je l'espère. (Attendez de voir comment ça va être fun à Berlin, cette partie-là, j'en suis d'avance impatiente).
Bref. Imaginez-moi en train de flâner le long des Champs Elysées (prononcez "champs Elaïsee" si vous voulez vous la jouer anglophone), une baguette à la main, des macarons Ladurée dans l'autre, et un polo rayé par dessus le tout. Ou, plus vraisemblablement, en train de faire du shopping de tissus au Marché Saint Pierre. Grrrrrrr. Tissus.
(Quoique, les macarons, quand même...)

No comments: