Friday, October 16, 2009

S'more!

Aujourd'hui, je vais vous introduire à un des joyaux de la culture Outre-Atlantique, j'ai nommé: le S'more. (Comme some more) (Comme: Give me some more). Bon, vous connaissez forcément. Si vous avez été vous-mêmes touristes en ces lieux lointains, vous en avez déjà goûtés. Sinon, dans plus d'un film américain, vous avez vu d'innocents jeunes collégiens se réunissant autour d'un feu de camp, plantant leurs marshmallows sur un bout de bois et les faisant fondre (le plus souvent avant de se faire massacrer à la tronçonneuse, mais peut-être n'avons-nous pas les mêmes références cinématographiques). Et bien voilà: on commence par un feu, par un bout de bois et par un marshmallow.
S'more
Admirez notre ami Kev qui s'est épilé pour l'occasion. (Et non, Gwen, ce n'est pas parce que je mets une photo de ton copain en maillot de bain sur mon blog que tu as le droit de balancer celles où je me balade la sabine à l'air).
(Retenez cette expression, elle se retrouvera dans un nouveau post).
(Je crée du suspense si je veux, d'abord).
On ajoute du chocolat et on sandwishe ça dans un graham cracker.
S'more
Et on obtient ensuite une espèce de mélange incroyable de chaud/froid, fondant/crémeux/craquant, chocolaté/biscuité, enfin, une véritable tuerie.
Ce qui me peine le plus là-dedans, c'est que le rayon "nourriture étrangère" de mon supermarché n'a pas de graham cracker. Triste. Enfin, c'est peut-être pour le plus grand bienfait de ma graisse abdominale.

No comments: