Monday, September 07, 2009

New York: suite et fin

Starbucks
J'introduis d'emblée mon post par une photo d'un muffin et d'un smoothie Starbucks, avec l'enseigne légendaire, et derrière un businessman et encore derrière un bus, qui lui-même cache des gratte-ciels. Notre dernier petit déjeuner à New York. Notre périple touristique touchait hélas à sa fin, et ce petit déjeuner était empli de mélancolie...
Il nous restait deux choses à faire ce matin-là. La première, c'était de visiter Greenwich Village, quartier résidentiel sympathique et épargné par les gratte-ciels à torticolis. Il parait que c'est parce que le sol n'est pas d'assez bonne qualité pour accueillir des structures aussi lourdes... Donc du coup, on n'y voit des maisons à deux ou trois étages, ou à la limite des immeubles à appartement aux dimensions limitées. Ca fait un sacré changement.
Ce qu'on ne savait pas, c'est que The Village est aussi connu pour son rôle dans les premiers mouvements de libération gay, qui ont pris naissance à Christopher Street.
Christophe, ceci est pour toi.
Gay Street - Christopher street
Vers 11 heures, cependant, il a recommencé à faire impossiblement chaud. Et - ô horreur! - nous avions rendu les clés de l'hôtel le matin-même. Il nous fallait de l'air conditionné, et il nous le fallait urgemment. Mais nous avions tout prévu. D'où, le deuxième objet de notre agenda.
Guggenheim
Ah! Le Guggenheim Museum, cette fois-ci sans monde et surtout frais comme une glacière. (Celui qui repère ce qui ne va pas sur la photo ci-dessus reçoit le prix de la logique en images). Mon souvenir du Guggenheim était un sentiment de frustration, car la dernière fois que j'y suis allée, il était en pleine rénovation... Et cette fois-ci, et bien, le musée se préparait à accueillir une grande exposition sur Kandinsky. Donc pas mal de murs étaient vides. Mais je me console en me disant que j'ai déjà vu cette exposition au Tate Modern il y a deux ans. J'étais donc triste, mais j'ai arrêté d'être triste, et j'ai commencé à être awesome à la place... True Story.
(Et il y avait quand même une expo intéressante sur Frank Lloyd Wright, l'architecte qui a construit le Guggenheim).
Puis nous sommes allés manger des sushis.
La Bento Box
Un des grands highlights du séjour. (Petit resto japonais que l'on trouve dans la East 51st St., au niveau de la 3rd av.). Mes papilles gustatives s'en souviennent encore.
Voilà! Une journée bien chargée, mais il nous restait encore une heure et demi à perdre avant de prendre le train. Nous nous sommes dit, allons nous balader du côté de la 5e avenue, c'est juste à côté. Il fait beau, on pourra bien prendre quelques photos...
Saint Patrick's Cathedral
Et c'est là que nous sommes tombés par hasard sur ce qui deviendrait le point culminant de notre séjour. J'ai dit: la Rockfeller Tower.
Dans cette petite heure à perdre avant de prendre le train, nous avons déambulé droit vers un guichet pour l'observation desk. Le quoi? Nous sommes nous dit, car il n'était dans aucun guide touristique.
Nous avons quand même pris un billet. Après tout, pourquoi pas?
Et là, rien à voir avec les files de l'Empire State! Une fois notre billet acheté, nous nous sommes dirigés droit vers l'ascenseur, sans attendre, puis nous sommes directement monté tout en haut.
Tout en haut, oui, mais vraiment tout en haut.
Parce qu'il faut savoir que ce qu'il y a tout en haut de la Rockfeller Tower, c'est une plateforme, avec une vue vertigineuse à 360° sur tout New York. Quasiment pas de monde, un calme parfait, avec les lointains sons de la ville qui remontaient de tout en bas... Et un petit vent chaud soufflant vers le haut en tourbillon.
Observation desk at the top of the Rockfeller Tower
Top of the Rockfeller Tower
En haut de la Rockfeller Tower
Et une vue imprenable sur l'Empire State Building...
Vue sur l'Empire State depuis la Rockfeller Tower
Et sur Central Park.
Central Park, from the top of the Rockfeller Tower
C'était tout juste incroyable!
Evidemment, on est restés tellement longtemps qu'on a failli rater notre train. Mais ça, c'est une autre histoire.
Et vers 16 heures 30 en ce mardi 4 août 2009, nous étions historiquement en route vers le Canada.

4 comments:

Vincent - L'assistant said...

Up(per east)side down?

Bibil said...

La palme du jeu de mot à l'Assistant. Joli, joli, très joli.

Seb - Strep said...

Pinaise j'ai le vertige rien qu'en regardant certaines photos.

Ceci étant : bravo pour la gay street. Très très joli. Le prix de l'excellence historique te serait revenu si tu avais su nous expliquer pourquoi on l'appelle Christopher Street... (Parce que la raison du nom Gay street est sur certainement sur wiki)

Bibil said...

La rue s'appelait déjà Christopher Street au moment de la libération gay. Une émeute a éclaté dans cette rue alors que la police était venue faire une descente. Par la suite s'est ajoutée la Gay Street, en souvenir.