Thursday, June 25, 2009

Allez, je vous donne de quoi vous distraire

C'est vrai après tout, il fait estival et on a l'esprit qui pense aux vacances... Alors il se perd... Il se perd... Dans les arcanes ensoleillées des souvenirs passés, des futurs potentiels, de la plage qui n'est pas si loin et de l'apéro qu'on pourrait tout aussi bien prendre. Sauf qu'on est au boulot. Alors pour se donner un peu de baume au coeur (sans penser au fait que Bibil est actuellement en train de bosser de son jardin), on échoue sur ce blog, sur les liens du blog, sur les liens des liens du blog, et on erre sans fin à travers la blogosphère.
Alors voilà.
Je vais vous donner de quoi vous distraire pendant des HEURES, que dis-je, pendant des JOURS, pendant des SEMAINES entières.
J'ai tout d'abord posté quelques uns de mes exercices d'écriture créative, un très long ici et un peu moins long .
J'ai ensuite un sujet de débat pour vous, enfin de quoi vous occuper jusqu'au prochain guest post d'anonymous au moins.
J'ai récemment regardé le premier film de Yann Arthus-Bertrand appelé "Home" (que vous pouvez voir gratuitement via youtube en cliquant sur le lien). Maman, profites-en: c'est sans doute ta seule chance d'utiliser ton budget internet pour toi-même et non pour qu'Alice regarde Grey's Anatomy en streaming jusque 5 heures du matin.
Mais soit.
Je vous préviens d'emblée: je n'ai pas adoré. Je ne viendrai même pas dire que j'ai bien aimé. Je dirais plutôt qu'il y a des aspects positifs et négatifs, que l'objectif est beau et qu'on voit le travail qui est derrière.
Car il y a de bons aspects à ce film. Ce sont de belles images et le montage est bien fait. C'est un film qui est indéniablement bien foutu. J'ai beaucoup apprécié le fait que Yann ne se limite pas qu'aux vues de la nature ou des pays en voie de développement, comme ce que montrent ses livres, mais qu'il couvre aussi les villes, la pollution des mers, l'agriculture en masse, les pesticides, les villes construites sur les déserts, les banlieuses américaines, etc. Quelquefois ce genre d'images fait mieux comprendre la disparité des richesses que n'importe quel discours.
Mais il y a du négatif. Le commentaire est un peu kitchoune, bon là dessus chacun a le droit d'avoir ses opinions.
Mais même sans le son, il y a un truc qui me frappe d'emblée.
Le principe du film, c'est de ne montrer que des images aériennes.
Des images prises à partir d'un avion, donc.
Pour promouvoir la bonne cause du respect de l'environnement.
A partir d'un avion, toujours. Oui. Bon. Qui voit une incohérence?
***
Allez, maintenant j'ai bloggé pour des jours et je vous ai fourni de quoi créer le débat, n'allez pas vous plaindre que je ne blogge plus et que vous m'en voulez à mort.
Et on ne va rien dire sur le fait que ce film soit mystérieusement sorti en période d'élections européennes non plus.

1 comment:

Line said...

on ne dira rien non plus sur le fait qu'écolo a fait un bon score...