Wednesday, February 27, 2008

Le Mal Dominant
Oh le bon jeu de mot, décidemment, je devrais en faire un recueil. Je l'appellerais le Bibil Blog Bonnes Blagues et je l'offrirai à tous les anniversaires auxquels on voudra encore m'inviter pour parvenir à les écouler parce que, naturellement, mes blagues sont tellement nulles qu'elles ne se vendraient pas.
Bref.
Petite disgression qui n'avait d'autre but que de me plaindre à nouveau: j'ai mal.
Verdict du docteur: sois un peu stoïque, des fois.
Oui mais j'ai mal quand même.
La bonne nouvelle c'est que les calculs sont peut-être assez petits que pour pouvoir être dégagés par voie médicamentale, être expédiés par des contractions multiples de ma vésicule, se retrouver en libre circulation dans le reste de mon système digestif et finalement échouer quelque part près de la tasse de mes WC (Faut pas manger quand on lit mon blog, je vous avais déjà prévenus). On va essayer ça et voir ce que ça donne. On m'a rajouté des médocs pour le foie dans la foulée, et puis zou, tant qu'on y est, on rajoute quelques vitamines, d'autres médocs que je ne sais pas à quoi ils servent, on remplit deux pages d'ordonnance, et c'est parti pour pouvoir engloutir la moitié d'une pharmacie pendant trois mois.
Trois mois pendant lesquels je devrai suivre un régime particulier: pas de lactose, pas de café (jusque là ça va parce que ce sont deux aliments que j'ai déjà arrêtés), mais aussi: pas d'alcool, pas d'aliments gras (comprenant aussi la catégorie sauces et desserts gras), pas d'épices, pas d'agrumes, pas de tomates, limiter le chocolat (quand ça n'entre pas dans la catégorie desserts gras, ce qui n'est pas gagné), et puis aussi: boire beaucoup d'eau, privilégier les aliments cuits (cuire mes fruits), et surtout, surtout, savoir que la douleur, c'est normal quand on a ce que j'ai. Stoïque il te faudra rester, jeune padawan.
Voilà. Vous savez tout.
Pour le moment l'opération est évitée et ma vésicule restera ma propriété exclusive. Sauf si la douleur s'accompagne de fièvre, alors si ça arrive, j'ai le droit d'appeler le docteur sur le gsm, voire même les urgences, et advienne que pourra de mon système digestif.

Thursday, February 21, 2008

Nene
"Lorsque l'on vit cinquante ans dans l'intimité d'une famille, à aider à grandir des tout-petits, est-on juste une employée"? C'est plus ou moins dans ces mots que s'est exprimé le prêtre. Lorsque Caroline a rejoint notre famille dans les années 40, elle avait une vingtaine d'année, s'occupait d'enfants depuis ses 14 ans et était orpheline depuis bien plus longtemps encore. Elle allait bouleverser nos vies. Tout le monde l'appelait Nene, un surnom que donne un enfant quand il ne sait pas prononcer les noms. Aujourd'hui, à son enterrement, nous l'appelions toujours ainsi: mes grand-oncles, oncles, cousins. Elle s'était occupée de la plupart d'entre nous. D'un côté, nous étions tous des enfants de Nene.
Je garderai toujours un souvenir profondemment affectueux de cette dame discrète, intime, intensément chaleureuse. Je la considérais comme ma troisième grand-mère. Je pense qu'elle aurait aimé l'adieu que nous lui avons fait aujourd'hui.
Et c'est bel et bien le joyeux retour des vacances
Marqué par deux décès dans ma famille, dont celui de "Nene", notre nanny, que j'aimais beaucoup. Marqué aussi par des crises de foie à répétition impliquant beaucoup de temps passé dans mon lit ou sur une cuvette de WC. Cinq jours que je ne mange que des artichauds, ce qui ne m'empêche pas d'avoir hyper mal au foie et de faire des crises de spasmes bien douloureuses. Pour couronner le tout j'ai peut-être des calculs à la vésicule biliaire, on saura ça vers la fin de la semaine après les tests médicaux. (C'est ici que j'ai un moment de compassion intense pour tous ceux qui se trouvent en Angleterre et qui sont obligés de se faire soigner par le NHS. Rapport à mes précédents maladies).
Du coup je suis d'une humeur de chien et je n'ai plus aucune patience. Je me suis brouillée avec la moitié de la terre au moins et le tiers du monde animal. Je suis frustrée par mon boulot aussi, parce que mon promoteur m'a demandé de traduire un texte du français vers l'anglais mais le texte original en français est tellement mal formulé que je vais devoir quasi tout réécrire (après l'avoir compris, ce qui n'est pas une mince affaire).
Et j'ai envie de dire:
CHIENNE DE VIE!!!!
Voilà c'est dit, qu'est-ce que ça fait du bien.
Pardon Danio, ce n'était pas une insulte personnelle. Me voici à présent brouillée avec la moitié du monde animal, au moins.
Edit: ce sont bel et bien des calculs de la vésicule biliaire. Je pourrais vous faire un mauvais jeu de mot sur mon aversion des maths mais ce serait mieux pour la postérité que je m'abstienne.

Tuesday, February 19, 2008

Skiskiskiskiski!
Voici déjà un petit aperçu de mes sports d'hiver édition 2008... Nous sommes allés sur les Arcs, un groupe de douze bons amis très motivés et désespéremment en quête de vacances, et je rassure ma mère, je ne me suis pas mise en danger pour réaliser les vidéos suivantes.




Là où je me suis réellement mise en danger, par contre, c'est sur ces pistes, très pentues, bosselées, verglacées, voire les trois en même temps...

Piste noire de Drozet



IMG_4625


Et vous pouvez déjà voir que nous avons eu beaucoup de chance avec le temps! La suite plus tard, à moins que je ne charge un des participants au séjour d'écrire le prochain post...

Sunday, February 17, 2008

400 ème post
Que je vais le célébrer avec cette vidéo historique que m'a envoyée Gwen.

Accessoirement, je suis du retour du ski. Rien de cassé, rien de brûlé à part ma peau, et en rentrant chez ma parents j'ai constaté que ma salle de bain était redevenue l'annexe de la chambre de ma soeur.

Friday, February 08, 2008

J'ai été enlevée par des extraterrestres. Je ne répondrai plus à vos emails pendant quelques jours. Je reviendrai dimanche 17, le ventre rempli de fondue sans lactose et de vin de Savoie.
Zut, je viens de donner un sérieux indice quant à l'endroit où je me trouverai.
Evidemment je n'ai pas encore fait mes valises.
Evidemment je me suis engagée à nettoyer près de 60m² de tapis à la machine du Brico avant de partir.
Evidemment c'est aussi le jour où le Roi du Matelas m'annonce que mon matelas est arrivé et qu'il faut que je vienne le chercher illico.
Evidemment je suis hyper en retard.
Mais pour ne pas faillir à mon habitude, je rédigerai toutefois une note d'adieu au cas où il m'arriverait quelque chose sur la route.
D'abord, Esmé aussi elle fait ça quand elle part en voyage, et non ce n'est pas bizarre. (Esmé qui vient de remporter un prix de cuisine internationale en présentant une mousse au chocolat belge, on peut la féliciter.)

Sunday, February 03, 2008

Faites la file comme tout le monde, Monsieur
Ce que les clients aiment le moins, c'est faire la file. Ils n'ont pas compris que pour éviter d'attendre il faut prendre rendez-vous. Non, ils aiment voir la banque comme un lieu convivial où l'on peut venir et se faire servir dans la minute comme dans un restaurant. Ils débarquent donc, voient la file au guichet jusque dehors, la file à l'accueil pareil, et une petite dizaine de personne qui attendent pour voir des conseillers. Et ça, ils n'aiment pas. Scandaleux que cela Mademoiselle, faire attendre une personne âgée c'est tout simplement une honte, avant c'était mieux, avant on était mieux servis.
A quoi je réponds: utilisez le Self.
Alors il y en a toujours qui sont plus intelligents que tout le monde et qui croient avoir trouvé la parade pour éviter la file. Ils ne vont pas au guichet, ils ne vont pas à l'accueil, non, ils se postent tout simplement à proximité des bureaux pour choper un conseiller qui aurait le malheur de passer par là.
C'est le cas du Pharmacien. Il est habitué. Il ne fait jamais la file. Il n'aime pas attendre. Il pourrait faire la file au guichet pour indépendents, où il n'y a que quinze minutes d'attente, mais non. Il s'assied près des bureaux et fait le siège, espérant que l'accueil ne remarque pas ses actes.
C'était sans compter sur l'hôtesse.
Une hôtesse c'est mobile, ça n'est pas enfermé derrière un bureau, ça vient demander en quoi elle peut vous aider. Ce à quoi le Pharmacien répond gentillement qu'il va être reçu par un conseiller. "Vous avez rendez-vous?" Je lui demande. Il n'a pas rendez-vous. "Vous vous êtes présentés au guichet?" Il ne s'est pas présenté, il y a trop de file. "C'est à quel sujet?" C'est confidentiel. Bon. Je vois bien qu'il ne veut pas me le dire parce que nous savons tous les deux que je vais l'envoyer au guichet. Je lui fais poliment remarquer qu'il y a plusieurs personnes avant lui, ce qui lui fait environ 30 à 40 minutes de file. Il râle. Il tient un commerce, il ne peut pas attendre. Je lui demande si c'est une opération qu'il peut faire au guichet. Je lui fais remarquer qu'il y a moins de file au guichet pour indépendents, 15 minutes, versus 40 minutes chez le conseiller. Il râle. Il ne veut toujours pas me dire pourquoi il est là. Je lui demande si c'est une opération qu'il peut faire au Self. Là il s'emporte carrément, disant que je suis folle à lier, que le Self je ne me rends pas compte, mais c'est hyper dangereux Mademoiselle, il ne faut jamais faire confiance au Self, les gens volent votre code, les machines falsifient votre carte, elles ne comptent pas juste et la banque prend un dividende caché qui n'apparaît pas sur les extraits de compte.
Gros blanc. Je suis un peu interloquée.
Un conseiller, attiré par le bruit, arrive, voit le Pharmacien, le reconnaît (il vient toutes les semaines il paraît), et le Pharmacien en profite pour lui foncer dessus en espérant couper la file. Comme chaque semaine il est là pour un dépôt d'argent. Comme chaque semaine le conseiller lui répond qu'on ne peut pas faire de dépôt d'argent en dehors des guichets, ce sont des normes de sécurité qui ont été imposées il y a quelques mois mais que le Pharmacien essaie néanmoins de contourner de façon hebdomadaire.
Si vous voulez, lui dit le conseiller, vous pouvez le faire via le Self.
Et là c'était la phrase qu'il ne fallait pas dire.
Il voyait clair dans notre jeu, le Pharmacien, on voulait lui faire utiliser le Self pour l'arnaquer, on allait lui voler son argent, ces machines n'étaient pas du tout fiables en plus, il y a des gens qui allaient lui copier sa carte, des bandits qui allaient la lui voler, on avait mis des caméras cachées pour vérifier son code secret, bref. En plus moi il ne me connaissait pas et il refusait que je le lui explique le Self, parce que vous savez ces jeunes ça croit tout savoir et ça ne sait rien, c'est d'une impertinence monstrueuse.
Un autre conseiller passe, même cinéma, même refus, même proposition d'utiliser le Self, même scandale. Finalement il se retrouve à faire la file au guichet des indépendents. Il a perdu 20 minutes à argumenter avec les conseillers et maintenant c'est la guichetière qui commence à paniquer, parce qu'elle connaît bien le client, elle a affaire à lui toutes les semaines.
Et c'est là qu'une fois au guichet, il le monopolise pendant 40 minutes.
40 minutes entières.
J'observe un petit peu et je remarque qu'il cherche partout dans ses vêtements des mini-trucs hyper pliés et que c'est là qui lui prend un temps dingue.
La guichetière m'expliquera plus tard qu'il a caché des billets partout dans ses vêtements, qu'il les a chiffonnés et dissimulés dans, par exemple, des papiers de bonbon ou des pochettes à CD.
Parce qu'il n'y a pas qu'au Self qu'on peut lui voler son argent. Quand il marche dans la rue, les gens le connaissent, c'est le Pharmacien, il tient un commerce, tout le monde sait que quand il va à la banque c'est pour un dépôt, alors il a peur.
En attendant: dépôt de billets au Self = 3 minutes. Au guichet pour indépendents = 15 minutes. Chez un conseiller = interdit, temps d'argumentation variable. Le Pharmacien a réussi à rester à la banque plus d'une heure pour une opération qui, montre en main, prend trois minutes au Self.
Alors je vous en supplie, la prochaine fois que vous irez dans une banque, amis lecteurs, posez-vous bien attentivement la question: est-ce une opération que je peux faire au Self? Vous vous épargnerez bien des souffrances...