Tuesday, February 27, 2007

Laaa yodelaï ituuuu!

Encore une carte de Suisse... Merci Papa, Maman et les Merriman. Cela me fait tellement plaisir que j'entonnerais bien un petit yodel en votre gloire.

Je me demande si notre ami Johnny profite de sa nouvelle nationalité pour envoyer des cartes de ce genre? En tous cas il peut pas se plaindre que ce ne soit pas assez jauni... (Ooouh là là c'est nul j'ai honte de mes propres jeux de mots)

Monday, February 26, 2007

Monday bliss
C'est lundi. Pour la première fois depuis des semaines, il fait beau et doux, presque printanier. J'ai pris le temps de manger avec des amis de cours, pris le temps de rire. Je suis rentrée à pied depuis mon université, j'ai les jambes fatiguées et le moral le plus haut que j'ai eu depuis longtemps. Dès que je me suis connectée à msn, Seb m'a proposé de mixer live, une playlist qu'il a séléctionnée rien que pour moi et qu'il me fait écouter à l'instant par skype.
J'ai un essay à écrire pour demain, et la rédaction avance bien. J'ai appliqué la méthode de mon mémoire: beaucoup de recherche, beaucoup de temps à noter des citations, puis les combiner entre elles. Ca avance vite et c'est presque amusant à faire. Et puis, le soleil, les Seb Mix, tout cela me ramène deux ans en arrière, lorsque j'écrivais mon premier mémoire. L'été, l'insouciance, l'époque où je pouvais encore dormir et boire.
Je pense maintenant que ces jours peuvent revenir.

Sunday, February 25, 2007

La note fourre-tout du dimanche
Ben oui, pas spécialement parce que c'est dimanche, mais parce que j'ai plein de petits trucs à dire sans relation entre eux. Et parce que ça me distrait de mes essays, là l'analyse économique du communisme sous Staline, je commence à saturer.
Je vais commencer par vous envoyer sur le blog de Kanako, qui écrit sur la culture japonaise à l'étranger. Elle a fait son projet journalistique sur la culture manga à Londres. Ici, elle a trouvé quelques vidéos sur la culture japonaise en France.
Ahem.
Enfin c'est sur ce lien. Regardez les vidéos ça en vaut la peine.
***
Tout-le-monde s'en fout, mais j'ai acheté une superbe mini-jupe aujourd'hui, enfin que moi je trouve superbe, mais peut-être que je m'anglicise de trop. J'ai fini par céder et acheter les collants opaques assortis, des leggins me dit Sandrine, autrement appelés cachons-vite-tout-ce-qu'on-voit-de-trop. Chose à laquelle j'avais résisté pendant plus d'un an, me disant que je ne mettrai jamais de jupes trop courtes que pour en avoir besoin.


***
La question qui m'a perturbée toute la semaine.
Pourquoi diantre les Activia ne sont-ils pas végétariens? J'ai regardé c'est pas les oeufs. Mais qu'est-ce qu'ils ont foutu là dedans? J'ai peur.

***

Esmé m'a passé un petit questionnaire pour tuer le temps et je l'ai passé à mon tour, que vous puissiez aussi vous octroyer une demi-heure de glande.
Un petit aperçu des réponses qui m'étaient personnellement destinées:
Charles: Couleur de vêtement préférée : variable, en fonction des saisons ( ta gueule bibil, je me vise jamais les défilés printemps automne sur france5 à 3h du mat) sauf le jaune
Strepy: As tu des amis spéciaux? Ouais, j’ai une amie qui est partie apprendre à faire des journals en Londronnie, mais ce que personne n’ose lui dire c’est que là bas, on parle pas la même langue et que si elle fait les même chez nous, personne ne les comprendra. En plus, elle a des mœurs alimentaires bizarres, elle ne se nourrit que dans un café ou les étoiles ont des bugs
Et enfin la perle de la fin (faite exprès si ça vous rassure): [Anonyme] Comment vois tu l'Amour? Avec un grand E.
Bon dimanche (manche!) (bon d'accord cette dernière blague c'était un peu pathétique).

Friday, February 23, 2007

Essays
Aaaalala encore une soirée où je rentre complètement vidée de l'unif. Je devrais écrire mes essays mais je perds mon temps à regarder dans le vide sans penser à rien - c'est-à-dire, à constater la déconnection de mon cerveau avec le reste de mon corps. Dormir les yeux ouverts, ça s'appelle.
Pour le moment, je suis lancée sur une série d'essays sur la chute du communisme. Je trouve ça un sujet passionant à débattre, mais très rébarbatif au niveau de la recherche. La plupart des livres qui me sont recommandés datent du début des années 90 et j'ai parfois l'impression que tout est complètement dépassé.
Tous mes essays actuels portent sur le même sujet, la chute du communisme, mais je dois l'expliquer par différents facteurs. Dans le premier, j'ai défendu que c'était à cause des réformes de Gorbachev. Là je suis en train de défendre que c'est parce que le communisme n'était pas un système viable tant économiquement que politiquement. Existe aussi en version: c'est tout la faute des démonstrations populaires. En même temps c'est le prof qui fait les questions hein, j'aurais pas trouvé ça toute seule.
En classe, on a fait un tour de table pour savoir quels souvenirs nous avions de la chute du communisme et j'ai dû avouer que je n'en avais aucun. J'avais 7 ans. Je l'ai peut-être vu à la télévision sans comprendre de quoi il s'agissait. C'était un gros contraste avec mes classmates. La plupart viennent d'Europe de l'Est (en même temps ce cours s'appelle "Politics and Government of Eastern Europe" donc faut pas s'étonner) et sont aussi un peu plus âgés. Ils s'en souviennent très bien, ils étaient là. Certains ont même franchi le mur le 9 novembre 1989.
Mais voilà quand même une petit page de culture américaine sur le sujet (remarquez la petite musique victorieuse de fond). C'est un ABC News Report, la date n'est pas précisée mais je dirais début 1990.

Wednesday, February 21, 2007

La vidéo du jour
Bon allez, pour contrebalancer la note dépressive d'hier, une petite vidéo komike. C'est dans Ice Age 2, quand le petit écureuil va au Paradis. Je ris comme pas possible à chaque fois que je la vois! Je suis officiellement fan de l'écureuil et de son gl... enfin non je vais pas le dire ça va faire double sens.


Aujourd'hui, il faisait beau, c'est-à-dire en traduction de l'anglais: il y avait un peu de soleil entre les nuages, et un petit vent froid qu'on faisait semblant d'ignorer. Sandrine et moi on s'est posées sur une terrasse devant St Paul Cathedral et on a glandé là toute l'après-midi. Avec une tasse de thé. Et un gateau. Ca donnait ça.

Je n'ai pas froid, je vous assure. D'ailleurs le vent ne me fait pas chier non plus. Je n'ai pas retiré mes gants pour la photo. Et ces cernes, on va dire que vous ne les avez pas vu, c'est juste un effet de lumière.

Regardez dans l'arrière-fond pour constater la plus horrible des modes qui ait jamais existée: les uggs, bottes en daim et fourrure qui s'arrêtent au milieu du molet, rien de tel pour raccourcir les jambes et arrondir les formes. Et parfois ces jolies petites bottes sont agrémentées d'un TALON, les deux concepts qui collent pas trop ensemble, mais bref. Un jour j'aurai la chance de vous montrer le retour en force du filet de pêche en dessous de la jupe, c'est encore plus laid, mais en même temps, c'est Londres hein.

Ah et merci beaucoup Maman pour ton postpack! Plein de chocolat suisse et de Ricola, trop bien... En plus il était de taille énorme et jaune flash, pas moyen de le rater, les gens m'ont regardée avec jalousie.

Tuesday, February 20, 2007

Recherche: énergie
Hé oui je faisais la maline parce que j'étais guérie de ma grippe, de ma bronchite ou de ma pneumonie, peut importe ce que c'était. Je me disais qu'il suffisait que le virus parte pour que je me sente bien.
Mais depuis lundi je me sens vidée de toute mon énergie. Vidée est vraiment le mot, parce que là où avant j'avais de l'énergie, et bien maintenant je n'en ai plus. Je n'ai plus envie de rien faire, d'ailleurs je ne fais plus rien. Même aller au supermarché est devenu une épreuve, j'ai les jambes lourdes et la tête qui tourne. Je dois presque m'assoir quand je marche plus d'un quart d'heure.
D'un autre côté je connais ça depuis que je suis à la LSE. Fatigue, stress, manque d'énergie, manque de motivation, et surtout se sentir faible tout le temps. Je ne fais plus que travailler, ma vie sociale se réduit à presque rien, et je suis devenue plus geek que les vrais geeks qu'on voit à la bibliothèque le samedi soir.
Vous ne vous imaginez pas à quel point ça me manque, ma vie lovaniste où personne ne travaillait après 18 heures. J'allais boire des verres, glander dans les kots, et surtout je faisais près d'une heure de sport par jour. Je me demande d'où je tenais toute ce dynamisme. Maintenant je manque de tomber dans les pommes dès que je monte les escaliers. J'attrape tous les virus qui passent. Parfois, je me réveille à 3 heures du matin, juste parce que je ne me sens pas bien. Je ne sais simplement plus où puiser de l'énergie, tout est parti. Alors je mange. Et je me plains de grossir.
Puis je me reclus dans ma chambre avec des bouquins toute la journée et je ne vois plus personne. Plus personne ne voit plus personne d'ailleurs, tout le monde travaille. Et je stresse parce que je travaille moins que les autres, parce que je n'ai pas l'énergie. Je me décourage. Il y a trop à faire, et plus rien que j'ai envie de réaliser. Londres, cette année, ce n'est simplement plus amusant. C'est une spirale d'énergie dont je ne fais plus partie. C'est gris. C'est triste. Et c'est très seul.
Bonne année chinoise à tous les cochons!

Par contre il parait que ce n'est pas une année de chance pour ceux qui sont nés en 1983, contrairement à ce qu'on aurait pu penser. Il faut porter beaucoup de rouge pour conjurer le mauvais sort. Spécialement les sous-vêtements, il paraît, bon je ne fais que citer mes sources hein. Strepy, je veux voir des caleçons rouges dès mon retour en Belgique.

Posted by Picasa

Saturday, February 17, 2007

Le printemps est là
Enfin pas tout à fait, mais comme je me sens mieux je me suis dit qu'il était temps d'évacuer l'hiver de mon blog.
Alors voilà je relooke. Et je vous mets une petite chanson de Vivaldi parce que c'est dans le thème.
***
Bon avec tout ça je ne vous ai pas encore parlé de mon week-end (passé, oui je sais il est temps)! Je l'admets, j'ai passé les derniers posts à me plaindre. C'est pas très gai à lire quelqu'un qui se plaint tout le temps, et puis il y a pire que de tomber malade, etc etc, mais enfin je n'avais rien d'autre à faire, et puis mon neurone plaintif c'est le seul qui n'était pas en grève. Mais c'était presque oublier de vous dire, avant la fièvre, avant les aphtes et tout ça, il y eu mon retour en Belgique!
Dès mon arrivée, je me suis fait kidnapper par Merriman pour un petit déjeuner dont eux seuls ont le secret:

Remarquez au passage la tasse Starbucks volée à Londres (au Starbucks entre Westminster Abbey et Victoria Station pour plus de précision).

Une photo floue mais que j'aime bien quand même, au Coach:Des bières belges, enfin! A boire! J'ai pris une Pécheresse, mais n'y voyez aucune allégorie.

L'anniversaire d'Eliane. Je n'ai que cette photo-là parce que j'avais laissé mon appareil dans la cuisine; ce sont Guillaume et Geoffrey qui apportent le gateau d'anniversaire. (C'est une insinuation. Famille, envoyez-moi vos pixels).J'ai revu beaucoup de monde et un peu repris le contact. Un moment, je me suis carrément isolée avec mon téléphone et j'ai appelé des gens que je n'avais plus vu depuis plus d'un an. Puis je suis allée manger une pitta, boire un verre, presque tout le monde était là. Evidemment, à chaque fois je me rends compte que je m'éloigne un petit peu plus; au bout de deux ans, on ne peut plus simplement rentrer deux jours à l'occasion puis s'attendre rattraper tout ce qui s'est passé entre temps. Les choses changent, je ne suis pas là pour les voir; et de mon côté, rien ne change vraiment. Ca me rend très nostalgique parfois.

Surtout qu'être malade à l'étranger c'est pas très drôle. Je suis repardie pour me plaindre un peu, mais c'est vrai: je n'ai pas beaucoup de confort ici, et pas beaucoup de distractions non plus. Pas la télé, pas la radio, et aucun des gens qui m'entourent d'habitude. J'ai un lit, une douche, un WC et un bureau. Confinée à une pièce unique pendant une semaine. Il n'y a pas à dire, rester dans son lit toute la journée, seule, à se demander ce que les gens font et si même les gens pensent à moi, ce n'est pas ce qu'il y a de meilleur pour mon moral. Tellement de fièvre, pas la force de bouger de mon lit... Et quand j'allais à la salle de bains et que je manquais de tomber dans les pommes, je me disais: si vraiment j'ai un malaise, qui va me retrouver? Le pire, c'était de devoir cuisiner pour moi-même. Et bien, j'ai fini par ne pas manger du tout, j'avais constamment faim et je grignotais des céréales dans mon lit. J'ai perdu un poids dingue. Mais dès demain c'est l'orgie à ma santé (presque) retrouvée!

Thursday, February 15, 2007

Un p'tit trou, deux p'tits trous, encore des p'tits trous...
Il y a des sons auxquels on aime bien se réveiller. Le chant des oiseaux, le son de pluie ou le mugissement des vagues, par exemple. Ou encore, le bruit fort harmonieux quoique haut en volume d'un marteau piqueur en dessous de sa fenêtre.
Non seulement l'esthétique et le ramage de ces douces machines m'enchantent de façon inégalée, mais en plus j'ai toujours eu un faible sur les ouvriers en uniformes qui se gueulent des insultes et sifflent les filles.
Surtout que comme ce sont les conduites d'eau qu'ils sont en train de remplacer, cela veut dire qu'on n'a plus d'eau entre 8 et 18 heures.
Je suis au comble de l'extase. On ne pouvait me faire un meilleur cadeau de Saint Valentin.
Allez, quelques chiffres pour titiller les sens des mathématiciens d'entre vous.
Fièvre: 37,4.
Apthes: 5.
Apthes de la taille d'un petit pois: 2.
Consommation de céréales depuis lundi: 3 paquets (de 500 gr.)
Consommation de papier WC à usage mouchoirdesque depuis lundi: 2.
Nombres de nuits passées avec le rouleau de papier WC à côté de mon oreiller: 4.
Déclarations d'amour enflammées: 1 (Merci Kanako!). Bon d'accord c'était une carte d'amitié.
Nombres de conseils régimes, matrimoniaux et vestimentaires collectés dans les magazines de Sandrine: multiples.
Essays à rendre dans les quatre prochaines semaines: 4.
Présentations à rendre dans les quatre prochaines semaines: 1.
Niveau de stress: variable.
Niveau de fatigue: 9/10
Niveau d'ennui: 10/10
S'il vous plait, distrayez-moi!

Wednesday, February 14, 2007

Joyeuse Saint-Val... keuheukeuheu kof kof kof rhaaaa!
Atchaaa sniiiirlf kof kof kof.
*crachat*
(Ah pardon, vous étiez en train de manger, là?)
Bon, après cette entrée en matière des plus appétissantes, histoire de vous couper l'appétit avant votre petit resto romantique ou votre gavage solitaire de Ben and Jerry's, j'ai le plaisir de vous annoncer... que je n'ai rien à vous raconter. Depuis hier la situation n'a pas beaucoup changé, j'ai toujours de la fièvre, je tousse toujours. Mais comme j'ai décidé de vous ruiner l'appétit pour de bon je vous mentionne quand même en passant que j'ai développé de gros aphtes bien dégueu dans ma bouche surinfectée et que ça fait mal sa mère la p*te (la mère de l'aphte, si je puis préciser).
Ceci dit, une série de choses positives aujourd'hui.
Mon prof a été adorable et m'a envoyé les notes des cours que j'ai raté, me disant de ne pas me soucier à propos de mes essays, je les ferai quand j'irai mieux.
Sandrine aussi a été adorable en allant me faire des courses de bouffe et en m'offrant des magazines hautement intellectuels: les derniers "Glamour" et "Cosmopolitan", où je peux étudier à mon gré les comportements vestimentaires d'Outre-Manche.
Nina a cuisiné pour moi, ce qui me change de mon gavage continu de céréales, nourriture privilégiée de mes moments de flemme extrême mais qui connait quand même certaines limites.
Si vous vous le demandiez, je n'ai pas encore reçu de fleurs ni de déclaration enflammée (pas même de ma propre mère, c'est du joli). Par contre, juste pour me faire plaisir, les ouvriers ont décidé d'ouvrir la route en bas de chez moi au marteau-piqueur.
Allez, je retourne sous ma couette, histoire de boycotter malgré moi cette fête ultracommerciale, kitsch et surtout prétexte à se faire inviter au resto/célébrer son célibat par une grosse orgie.

Tuesday, February 13, 2007

Et voici venir la monstrueuse femme-serpillière...
C'est moi les amis, c'est moi! L'énergie d'une loque, le look d'un torchon et la sexytude d'un rouleau de papier WC... Qui se déchire d'une quinte de toux toutes les dix minutes et se gave de céréales à même la boite parce que pas la force d'aller me cuisiner un vrai truc.
Alors, je me suis dit, en cette spéciale occasion, je vais en profiter pour vous offrir une minute de lamentation.
Plainte numéro un: Pourquoi, alors que je me targuais si fièrement d'avoir résisté pendant deux semaines à l'épidémie de grippe londonienne, est-ce que j'en chope une dès que je pose le pied en Belgique? (Remarque bien Gwen, j'ai pas dit à cause de Kévin, je laisse le doute planer... J'espère que ça te fait plézir).
Plainte numéro deux: Pourquoi est-ce que je me sens toute courbaturée alors que tout ce que j'ai fait c'était me vautrer dans mon lit?
Plainte numéro trois: allez, je vais vous fournir un extrait de Wikipedia pour vous faire comprendre.

Influenza: In humans, common symptoms of influenza infection
are fever, nausea, vomiting, sore throat, muscle pains, severe headache, coughing, and weakness and fatigue.[1] In more serious cases, influenza causes pneumonia, which can be fatal.

Mis à part le fait que je trouve cette dernière phrase très sympathique, je puis ajouter à ces symptômes: vachement mal aux poumons, sa mère la p*te (la mère du virus, je précise). Sommeil interrompu par des quintes de toux et des nausées, sommeil rendu impossible par des maux de tête, sommeil contrarié par les ouvriers qui bossent en bas dans la rue. Mal aux dents, mal aux yeux, plaques rouges un peu partout sur la peau (super sexy), bleus aux articulations, rhume, chaud et froid, et j'en passe encore des meilleures.
Plainte numéro quatre: j'ai comme la bizarre sensation que le docteur n'est pas très sûr de son diagnostic (et que fondamentalement il n'en a pas grand chose à cirer). J'en veux pour preuve cet échange d'email avec Esmé, qui m'a très gentillement expliqué le diagnostic final de mon médecin: "flu-like illness with dysoxia". Ce qui donne (Esmé tu me permets de publier un bout de ton email):

Ben en fait, il en sait rien du tout... Parce que flu-like, ca veut dire
qu'il sait pas ce que c'est, et dysoxia, c'est juste pour dire que tu as du mal
au niveau respiratoire, ce qui peut etre la bronchopneumonia dtil etait pas
sur!!!!


Et enfin plainte finale numéro cinq: je loupe le jour de la Saint Valentin. (aha vous aimeriez bien savoir si j'avais des plans n'est-ce pas). Y a plein de chouettes trucs organisés partout ce jour-là. Enfin, si je peux me permettre un jeu de mot vaseux, pour moi ça se terminera sous la couette! (Hahahaha... Non? Bon mettez ça sur le compte de la fièvre).

Monday, February 12, 2007

Bibil est malade (encore)
Tiens, vous avez comme déjà entendu cette complainte? Cette fois-ci je tousse, et grace au thermomètre que ma petite Maman m'a donné je peux voir que j'ai 38,5 de fièvre. Ouéééééé (Kévin si c toi qui m'a refilé ta grippe j'aurai ta peau).
Mais, ô miracle! J'ai réussi à avoir un rdv avec le docteur aujourd'hui. Oui, dans 4h30 précisemment... Qu'est-ce qui se passe?

...

Edit. Je suis donc allée chez le docteur, me traînant de par les rues battues par le vent et par la pluie, ayant juste enfilé un jeans au dessus de mon pyjama, et crachant mes poumons à tout azimut. (Ca va pour la description mélo-dramatique?)
Et là le docteur avait un peu de retard, c'est-à-dire à peine une demie-heure pour être plus précise. Je voyais les gens arrivés après moi être reçus avant, et j'ai été tentée un instant de me mettre à agoniser par terre pour qu'on avance un peu le rdv. Bref une demie-heure plus tard le docteur me reçoit et me demande ce que j'ai. De la fièvre, je tousse, il m'examine, constate que oh, j'ai 39,5° de fièvre, et qu'en effet je ne respire pas très bien (sans blague). Il me dit que j'ai sans doute une grippe, avec en plus une infection des voies respiratoires et des poumons. Je suis un peu perdue et lui fais préciser. "Vous avez une pneumonie. Ou un bronchite. Ou une bronchopneumonie". Quel diagnostic sans faille.
Et là il prend son air le plus professionnel et me dit: "Je vais vous prescrire du Nurofen". Blanc. "C'est tout?" je lui demande. Et lui de me dire: "Le Nurofen c'est très bon pour faire diminuer la fièvre". En fait son plan c'est de me donner du Nurofen pendant une semaine, puis de me donner des antibiotiques si la situation empire.
Alors là je m'énnerve un peu, ce qui au vu de mon état signifie j'ai éclaté en gros sanglots gracieux et il a pris peur. "C'est bon c'est bon je vous donne des antibiotiques maintenant". De la péniciline pure en fait. Les amis j'ai hyper confiance en ce traitement de choc.
Eurostarlette
Samedi matin, 4 heures, le silence de la nuit (si on peut appeler ça le silence, il y a un oiseau sadique qui chante à partir de 2 heures du matin, quel malade) est interrompu par la sonnerie stridente de mon gsm. Debout. Ah, quoi, qui, pourquoi? Un coup d'oeil à l'énorme valise à mes pieds, et cela me revient. Prendre l'Eurostar. Parce que dans sa très grande bonté, l'Eurostar m'a octroyé des billets gratuits, mais seulement à 6 heures du matin... Joie. Enfin je file sous la douche, le regard sexy-balles de ping pong des difficiles lendemains, et puis je suis partie.
Le chauffeur de taxi a l'air fatigué. Je lui demande si je suis sa première cliente. Non, il a travaillé toute la nuit: tous les week-ends, il travaille la nuit, depuis 4 ans. C'est un peu difficile d'acquérir le rythme, mais on s'y fait. Par contre c'est agréable d'avoir une conversation normale avec ses clients de nuits, parce que d'habitude ils ne sont pas sobres. Il me demande pour quelle occasion je voyage. Je lui réponds, c'est juste pour revoir ma famille et mes amis.
"It is so hard to keep in touch when you're abroad", je lui dis. Il est tout à fait d'accord. Sauf que lui vient d'Afrique, et rentrer chez lui, c'est difficile. Il téléphone parfois. Internet, sa famille ne l'a pas, et lui non plus d'ailleurs.
Moi c'est par internet que je garde le contact. J'écris un blog, j'écris des emails, je parle sur msn. Je ne veux pas me l'avouer mais mine de rien je suis quand même isolée. En Belgique, j'ai revu des gens que je n'avais pas vu depuis longtemps, et j'ai appelé des gens que je n'avais pas entendu depuis plus longtemps encore. J'étais chez moi, et j'appelais pendant des heures comme quand j'avais 14 ans. Puis j'allais manger une pitta comme quand j'en avais 20. Et j'allais boire des bières au Coach comme à chaque fois que je rentre Londres. J'avais tellement de choses à dire, tellement de choses à entendre, tellement de bêtises à raconter, tellement de choses à rattraper. Tellement de nouveaux souvenirs à créer.
En même temps, j'aime aussi l'idée d'être comme un oiseau migrateur. M'immerger dans un pays, puis retourner dans un autre, et voir comme tout a changé mais en même temps que tout est resté le même.

Friday, February 09, 2007

Un appétit de Sumo
Aaaaaah regardez-moi ça... Un buffet de sushis, AS MUCH AS YOU CAN EAT! Oh my God j'en bave... Que c'est beau, les amis, que c'est beau.Alors là vous pouvez voir des sushis aux avocats, au saumon, aux avocats et saumon, au crabe, au saumon épicé, des sashimis au saumon et la blinde de saumon cru... Et derrière quelques tempuras et autres trucs fris comme des champignons, des patates ou des bouts de pieuvre.
Ci-dessous des Edamame (petits haricots qui servent surtout de snack), thé vert et miso soup. Le tout à volonté, vous m'avez bien entendue, A VOLONTE! Aaaah j'en ai les larmes aux yeux, désolée, c'est l'émotion.
Si vous vous demandez en quelle occasion nous avons englouti un tel festin, c'était notre girl's night out de la semaine, j'ai emmené tout le monde chez Hi Sushi, dans lequel j'avais déjà emmené mes chers parents, ainsi que Kanako, Laurent et Noor.
En plus le Nouvel An Chinois approche à grands pas donc c'est plein d'ambiance à Chinatown. Il y a des lampions partout, une affluence de monde presque jamais vue, et ça sent bon le riz chaud et la sauce soja.
Mais pourquoi est-ce qu'il faut que je blogge avant le repas j'ai super faim maintenant!

Thursday, February 08, 2007

Il neige!
Pour l'occasion j'ai un peu relooké mon blog et je vous ai ajouté une musique d'ambiance. Je vous amènerai des photos bientôt...
Edit Je suis descendue avec mon appareil photo, et... trop taaaaard! La neige s'était transformée en pluie et il ne restait plus rien du grand manteau blanc. Alors à la place j'ai préféré voler des photos par ci par là.
Regent's park, photographie prise par Matthew Armstrong, que je ne connais pas mais que je remercie d'être sur Flickr

De même que cette photo prise près de Kings Cross par Doced.

Pendant toute la journée il a fait gris. Il ne reste rien de la neige maintenant, juste des rues dégoulinantes d'eau. C'est le chaos total dans les transports en commun: le train, le métro, tout est bloqué. Heureusement moi je prends le bus (et c'est pas évident d'être au deuxième étage, on ne voit rien à cause de la buée).

Et je suis contente d'avoir eu de la neige...

Wednesday, February 07, 2007

L'envolée bucolique du week-end
On n'est jamais que mercredi, vous allez me dire, mais j'ai été très occupée ces derniers jours donc j'ai un peu de retard sur mon blog.
Superbe temps samedi. Je devais me rendre à la bibliothèque et j'en ai profité pour marcher le long de la Tamise. On se serait cru au début de l'été. Il faisait tellement chaud que les gens se baladaient sans veste. Ils déambulaient lentement, sans rien à faire, rien qu'à profiter de la journée. Il y avait un monde fou, et comme un air de vacances. Les gens souriaient, cela devient tellement rare! D'habitude je ne croise que les têtes fatiguées des sorties du boulot.
Rester à l'intérieur de la bibliothèque, évidemment, était une vraie torture, alors que j'aurais pu follâtrer gaiement parmi les herbes hautes (houla je m'emballe). Je suis donc allée lire à St James Park:
C'était à peu près tout pour samedi; samedi soir j'ai bien regretté d'avoir glandé et j'ai bossé jusque 2 heures.
Le lendemain, je me suis laissée entraîner par Sandrine pour le Superbowl. La conversation msn donnait à peu près cela:
Sandrine: Allez viens, s'il-te-plait, ça ne sera pas
long
Sybille: Je sais pas, je suis assez en retard sur ma
présentation...
Sandrine: Ce sera une heure ou deux, et il y aura plein de
mecs
Sybille: ... des mecs tu dis?
Innocemment, en bonne Belge et ignare de la culture américaine, je pensais que le Superbowl c'était un lieu où on faisait du bowling. Que nenni! Apparemment je n'ai pas assez regardé Friends; c'est une sorte de match, mais ça commençait à 23 heures, ce qui fait qu'en attendant on a mangé comme des porcs. Ici, des nachos avec du fromage fondu, de la viande hachée, des piments et des beans. Le barbecue a été sorti pour l'occasion (hé oui quand il fait beau à Londres on ne fait pas les choses à demi-mesure). On a aussi eu des hot dogs à profusion, et au moment où Sandrine et moi n'avions plus faim, on nous a amené des cuisses de poulet grillées et épicées comme pas permis. Finalement, on n'est pas restées 2 heures, mais 6 heures, et on a raté les hamburgers.
Résultat, j'ai donné une présentation tellement chiante que même moi je m'endormais par moments (peut-être aussi à cause de mes 4 heures de sommeil). La question: "Does the right to national self-determination support minority claims for internal government?" Yihaaaa party time.
Bon, je m'en retourne discuter une autre question pour un autre essay. "Communist party reformers played a pivotal role in the dismantling of communism in 1989, discuss".
Et ce week-end je serai à Bruxelles!

Tuesday, February 06, 2007

Yeah!
J'ai reçu une carte de Suisse de la part de mes amis Günter, Kurt, Brad et Juan. Ils m'ont écrit des petits mots d'amour dans leurs langues respectives me faisant des propositions indécentes.
Perso, je pencherai plutôt pour aller manger une choucroutte avec Günter. C'est le blond, à droite, en string.
(Merci Alice)

Sunday, February 04, 2007

Mgn?
Je suis en pyjama, j'ai les cheveux dans tous les sens, mes cernes des jours studieux accentués par mes horribles lunettes, une bonne tasse de thé noir et une furieuse envie de fusiller mes bouquins...
Rhaaa je finirai jamais jamais cette présentation! (D'un autre côté si je continue à dessiner des petits bonhommes South Park c'est clair que j'y arriverai pas)