Wednesday, November 22, 2006

Les copains d'abord
Samedi soir, chez moi, aux alentours de minuit. Un feu allumé quelques heures auparavant s'éteint doucement. Catherine et moi sommes assises dos à la cheminée, la chaleur des cendres nous réchauffant un peu. Seb est assis dans un fauteuil voisin, et en face de moi, Strepy et Manu dans un canapé pour quatre. Charles, très à son aise, s'enfonce progressivenent dans son fauteuil, jusqu'à ce que son bassin en dépasse et que sa tête descende en dessous des accoudoirs. Diane, Amaury, Mathilde et Sophie sont déjà partis, mais ce soir, presque tout-le-monde était là. Gaëlle, Alexis et Charlotte n'étaient pas à Bruxelles, et Gatien décuvait péniblement chez lui.
<-- Joyeux anniversaire Manu!
C'est mon groupe d'amis de toujours. Quand je suis en Belgique, peu importe le nombre d'heures que j'ai devant moi, j'essaie de les revoir. Ce sont mes amis d'université, de vacances et des soirées étudiantes. Ceux qui étaient là depuis le début, à travers les bons comme les mauvais moments. Ce sont ceux que je connais tellement bien que je pourrais prédire leurs paroles avant qu'ils ne parlent.
Comme cela lui arrive deux ou trois fois l'an, Seb avait un rhume. "Un rhuBe", sniff, "c'est parce que je suis allé voir ArBiD". Sa bouteille de Vibrocil est toujours à portée de main; elle est sortie à plusieurs occasions, jusqu'à ce que Seb la laisse tomber au sol.
"Tu t'imagines", réplique alors Strepy, "Sans cette bouteille de Vibrocil, nous ne nous serions jamais rencontrés". Il explique. Première année de droit, premières semaines, un des premiers cours dans les auditoires géants de Saint-Louis. Seb s'était assis derrière Strep; à l'époque, on les appellait encore tous les deux Sébastien, mais la bouteille de Vibrocil était déjà là. Comme ce soir, elle tombe des mains de Seb, elle roule aux pieds de Strep, qui la ramasse, et c'est comme ça qu'ils se sont rencontrés.
Et moi, je ne connaissais que mes amies de secondaire, Diane, Charlotte et Sophie.
Puis Strep a rencontré Diane à un examen, moi-même j'ai rencontré Strep dans son kot, et puis finalement nous sommes tous partis aux sports d'hiver.
Et c'est là, à la sortie du téléphérique des Arcs, que j'ai rencontré Charles et Manu. C'est aussi dans un auditoire, je crois, que Strep a rencontré Manu. Charles, Strep le connaissait par Seb, qui lui-même le connaissait de ses années de secondaire. "Enchantée, je suis Sybille, c'est moi qui vous ai invités". "Ah c'est bien", a répondu Charles, "comme ça on voit au moins qui tu es". Le bon temps où les choses étaient aussi simples que ça!
Il y a eu d'autres vacances, d'autres amis. J'ai amené Gaelle de mon cours d'Histoire, et elle a amené Alexis, ils étaient déjà ensemble depuis un ou deux ans à l'époque. Diane a amené Amaury, difficile de s'imaginer qu'il fut un temps où ces deux là ne se connaissaient pas. Amaury a amené Gatien, qui s'est présenté habillé en peignoir, venant de se raser au volant de sa voiture. Je n'ai vraiment connu Cath que plus tard, mais il parait que c'est Manu qui l'avait rencontrée en premier dans la file du secrétariat de droit. Et Mathilde, je ne me souviens même plus comment je l'ai rencontrée. Cela ne fait que quelques années, mais j'ai l'impression de tous les connaître depuis si longtemps!
Et maintenant les études sont finies, ils travaillent presque tous. Les conversations qui s'étaient pendant si longtemps focalisées sur Delpérée ou sur les ragots de l'auditoire de droit, sont devenues: "Tu as combien d'heures/semaines?" "Combien de jours de vacances?". Certains se fiancent, d'autres vivent ensemble, commencent une famille. Même Strepy, qui naguère me cuisinait son omelette au camembert en imitant Paola, vient d'investir dans une voiture où l'on peut ajouter un siège enfant. -->
Et d'un côté, cela me fait mal d'être loin d'eux, de ne pas les voir vivre et changer. Mais je les connais tellement bien...

11 comments:

Gatien said...

D'un coté moi j'ai pas changé, tjr les même préoccupations ... Tjr les mêmes activités le weekend (boire, sortir, jeux vidéo,...) et surtout je m'apprète à recommander une voiture 2 places ... où on ne sait pas metre de siège bébé :-)

strep said...

Euuuuh...j'ai pas acheté la voiture pour le siège enfant hein ! C'était de série ;-)

Un beau résumé de ces longs moments d'amitié, dis-donc! Me voilà tout déprimé pour le restant de la journée!

J'veux pas bosser...

Gaëlle said...

bouh... moi non plus je veut pas bosser et en plus je suis débordée... mais quelle page de nostalgie !! C'est beau l'amitié qui dure!
vive nous! ;0)

Seb said...

J'ai pas attrapé mon ruhme a rotterdam d'abord.. mais bien dans les courants d'air que ma mere s'acharne a organiser chez moi :-)

Sinon marrant de voir comment tout cela s'est goupillé et de voir comment on s'est connus a travers des coincidences, des connaissances de connaissances etc :-)

Mathilde said...

j adore le "vive nous" de gaelle.


Ma presence est tellement discrete qu on ne sait meme plus comment on me rencontre;)

maman said...

alors raconte!!

Seb said...

c'était pas au ski avec manu et wezembeek? A l'époque on t'avait surnommé Kraainem et du coup tu avais réagi en donnant a strepy le doux surnom qu'il porte aujourd'hui (car avant il devait subir Benoit ;-) )

Et oui Strepy c'est une création de mathilde

Bibil said...

Je dois dire j'ai fait un peu mon Charles, j'ai connu Mathilde en partant chez elle au ski... Mais apparemment tout le monde la connaissait déjà, donc voilà c'est pour ça que je ne me souviens pas, je n'étais pas là!

F-Red said...

Et bien que de commentaires...

Freedom66 said...

Tiens amusant, je ne suis pas repris dans la liste... Il suffit de partir a plus de 5000km pour qu'on m'oublie? Merci :)

Esmeralda said...

C'est comique comme tu réagis exactement de la même manière que moi à voir tous tes copains évoluer dans notre plat pays et de ne pas pouvoir vivre tous ces moments avec eux. Mais n'oublie pas que tu as une chance extraordinaire de pouvoir vivre ce que tu vis...
En tout cas, je suis contente de t'avoir rencontrée via VOAC... Et tout ce beau monde était donc à LLN... VIVE LLN... oh que cette ville et vie me manquent...